Comptes rendus de lecture

Manager l’innovation en PME. Focus sur la gestion des ressources humaines, Ludivine ADLA et Virginie GALLEGO-ROQUELAURE, Éditions EMS, Collection Pratiques d’entreprises, Caen, 213 pages, 2019

  • Lise Gastaldi,
  • Cathy Krohmer et
  • Marie-Laure Buisson

…plus d’informations

  • Lise Gastaldi
    Maître de conférences en sciences de gestion Aix-Marseille Université LEST (UMR CNRS 7317)

  • Cathy Krohmer
    Maître de conférences en sciences de gestion Aix-Marseille Université LEST (UMR CNRS 7317)

  • Marie-Laure Buisson
    Maître de conférences en sciences de gestion Aix-Marseille Université LEST (UMR CNRS 7317)

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès
Couverture de Volume 33, numéro 1, 2020, p. 7-188, Revue internationale P.M.E.

L’ouvrage Manager l’innovation en PME s’adresse prioritairement aux dirigeants de PME qui cherchent à articuler leur démarche d’innovation avec leurs pratiques de gestion des ressources humaines (GRH) et, plus largement, de management. Issu des travaux que Ludivine Adla a menés dans le cadre de sa thèse de doctorat en sciences de gestion (soutenue en 2018), l’ouvrage dresse un panorama de l’innovation en PME, éclaire le poids de la GRH dans ce processus et formule un certain nombre de préconisations managériales. Celles-ci reposent sur un modèle proposé par les auteures, dénommé LMR (pour Libérer – Mobiliser – Repenser les dons), qui s’appuie sur la théorie du don/contre-don fondée par Marcel Mauss (1925). Ce modèle LMR vise à aider les dirigeants à « transformer leurs pratiques de GRH en un véritable levier d’innovation » (p. 21), actant tout à la fois de l’importance stratégique de l’innovation pour les PME, mais aussi des difficultés et des obstacles auxquelles celles-ci font face en la matière (notamment quant à des ressources – financières et plus encore humaines – limitées). Les auteures ont eu le souci de rendre leur récit clair et illustré. Celui-ci est ponctué d’encadrés mettant en scène trois PME de la région Auvergne Rhône-Alpes, dont on découvre progressivement les enjeux, réussites et écueils en matière d’innovation, ainsi que les modalités de management et de GRH mises en place par ces entreprises au cours de leur trajectoire. L’ouvrage est structuré en trois parties équilibrées, chacune composée de deux chapitres, dont la lecture est fluide et agréable. Dans une première partie, les auteures s’intéressent à l’innovation en PME et à ses spécificités. Le chapitre 1 précise ce qu’est l’innovation, concept polysémique et protéiforme. Partant des travaux fondateurs de Schumpeter, les auteures distinguent ensuite les perspectives qui considèrent l’innovation comme un résultat ou comme un processus allant de la génération d’une idée à sa concrétisation et son adoption. C’est dans cette veine que s’inscrit cet ouvrage, considérant l’innovation comme « un processus, soumis à des facteurs contextuels internes et externes, qui se fonde sur les multiples contributions des acteurs interagissant dans ce cadre. Il vise à introduire une nouveauté relative, susceptible de revêtir diverses formes, au sein de l’organisation » (Adla, 2018). Sont alors mises en avant les trois typologies classiques de l’innovation : selon sa nature (innovation technologique ou administrative), son objet (innovation produit, procédé ou organisationnelle) et son degré d’intensité (innovation incrémentale ou radicale). S’en suit une présentation de l’évolution des approches de l’innovation du modèle linéaire et séquentiel (techno-push) à un modèle intégratif. Les auteures expliquent ce changement du fait des limites du premier modèle qui ne tient pas compte des phénomènes de feedbacks et d’apprentissage, notamment venant des utilisateurs. Ce modèle intégratif aurait pu être plus clairement explicité (il est seulement indiqué qu’il repose sur une appréhension globale et la prise en compte des diverses parties prenantes interdépendantes) et discuté, alors que l’ambition des auteures est de proposer, à leur tour, un nouveau modèle. Le chapitre 1 s’achève sur la tendance contemporaine. S’il est indiqué qu’elle consiste à « systématiquement réaliser de l’exploration, de la rétention et de l’exploitation, à l’intérieur et à l’extérieur des frontières de l’entreprise, tout au long du processus d’innovation » (Lichtenthaler, 2011, p. 77), sur les activités des entreprises ne sont pas détaillées. Après ce large tour d’horizon, le chapitre 2 traite des spécificités de l’innovation en contexte PME. Après avoir rappelé que les PME représentent plus de 99 % des entreprises en France et emploient plus de 6 millions de salariés, les auteures répertorient les différentes conceptions de la PME. Ainsi, le courant des …

Parties annexes