Rubrique sur la mobilisation des connaissances

Rubrique sur la mobilisation des connaissances

  • Sophie Reboud

…plus d’informations

  • Sophie Reboud
    Université Bourgogne Franche-Comté Burgundy School of Business – CEREN Honorary Research Fellow – University of Western Australia

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès
Couverture de L’entrepreneuriat en marge des masses dans les industries créatives et culturelles, Volume 33, numéro 3-4, 2020, p. 7-304, Revue internationale P.M.E.

La 17e contribution à la rubrique « Mobilisation des connaissances » aborde une question du transfert d’un outil d’évaluation vers des organismes, publics ou privés, d’aide au développement des PME. Avec cette nouvelle histoire, nous retrouvons ainsi un contexte de diffusion des connaissances que nous avons rencontré à plusieurs reprises : celui du soutien et de l’accompagnement. Cet outil en particulier se concentre sur les difficultés d’accès au financement que rencontrent les PME et le délicat dialogue qui s’instaure entre ces entreprises et leurs fournisseurs de ressources financières (banques, organismes publics, autres entreprises) et non financières ainsi que leurs clients. Le contexte est international, avec au départ une collaboration entre pays méditerranéens, puis, avec le soutien de l’OCDE, une emprise encore plus large. Cette histoire nous montre la rigueur d’une théorisation qui permet de trouver une approche partagée et un vocabulaire commun entre des parties prenantes bien différentes, que ces acteurs relèvent du monde de la recherche ou de la pratique. On y retrouve également le rôle facilitant qu’ont pu jouer les technologies que ce soit pour coordonner le projet ou pour collecter, traiter et mettre à disposition les informations. Comme dans les chroniques précédentes, nous retrouvons les thèmes qui nous sont chers dans cette rubrique : des questions pratiques interpellant la recherche, un rapprochement avec les praticiens et les raisons de ce dialogue, les principaux défis rencontrés et les bénéfices que chacun des acteurs a pu retirer de cette démarche partagée. Nous vous en souhaitons une bonne lecture !