En raison des circonstances exceptionnelles dues à la COVID-19, Érudit souhaite assurer à ses utilisateurs et partenaires que l'ensemble de ses services demeurent opérationnels. L’équipe d’Érudit est en mode télétravail jusqu'à nouvel ordre et certaines opérations pourraient en être ralenties. Merci de votre compréhension. Plus de détails

Introduction[1]Citoyenneté des enfants et des adolescents[Notice]

  • Stéphanie Gaudet

…plus d’informations

  • Stéphanie Gaudet
    Professeure - Centre interdisciplinaire de recherche sur la citoyenneté et les minorités, Université d’Ottawa

Toutes les sociétés, à travers le cours de leurs histoires respectives, ont eu à coeur de former et de socialiser les enfants afin qu’ils deviennent de « bons citoyens ». Dès que des turbulences sociales sont pointées du doigt telles que l’accroissement de la violence, la radicalisation ou même le désengagement politique, les enfants et les adolescents sont la cible de discours publics réformateurs, d’actions éducatives et disciplinaires. Ils deviennent l’écran de projection des peurs, des craintes sociales et des désirs du monde adulte. Même si la citoyenneté des enfants et des adolescents est au coeur de nos politiques publiques, de nos institutions et de nos interactions quotidiennes, elle demeure nébuleuse par son caractère polysémique. Elle fait l’objet d’une pluralité de discours normatifs, d’impératifs moraux et de représentations sociales en tensions les uns avec les autres. En effet, qu’est-ce qu’un bon citoyen ? Selon qui ? Et dans quelle visée ? Les textes réunis pour ce numéro invitent à réfléchir à la notion de citoyenneté enfantine et adolescente dans le contexte des régimes politiques démocratiques. Westheimer (2015) rappelle que l’éducation à la citoyenneté réduite à une socialisation à la civilité et à la responsabilité individuelle s’observe autant dans les régimes totalitaires que dans les régimes démocratiques. La particularité de la citoyenneté démocratique est qu’elle implique une réflexion sur l’égalité et la justice et appelle à des compétences délibératives, critiques et collectives. La difficulté de penser la citoyenneté des enfants et des adolescents s’explique peut-être par son inscription récente dans l’histoire des sociétés. Depuis 1989, La convention internationale relative aux droits de l’enfant leur reconnait de nouveaux droits et un nouveau statut, celui d’un sujet de droit égal à celui des adultes. La question n’est donc plus de savoir s’ils sont citoyens ou non, mais plutôt de réfléchir à la particularité de leur statut, d’analyser le rôle des institutions sociales à leur égard, de comprendre leurs pratiques au sein de la société. Il s’agit d’un chantier de recherche assez récent et ce numéro met en lumière trois défis intellectuels : 1) penser la citoyenneté substantive en tension avec la citoyenneté formelle ; 2) penser la citoyenneté différenciée des enfants et des adolescents ; 3) penser la citoyenneté des enfants au-delà des discours capacitaires. Chacune des contributions de ce numéro révèle clairement un ou plusieurs de ces défis selon différences échelles d’analyse. La première partie du numéro porte sur les normativités et les représentations sociales de la citoyenneté enfantine et adolescente véhiculées par les instruments de politiques publiques en France et au Québec. La deuxième section porte sur les institutions qui répondent directement des politiques publiques et qui ont pour mandat de socialiser et d’éduquer les enfants et les adolescents aux pratiques de citoyenneté démocratique. La troisième section de ce numéro présente deux contributions qui rendent compte de l’agencéité (agency) des jeunes et de leurs pratiques citoyennes, c’est-à-dire leur capacité à développer des intentions politiques et à les mettre en action les uns avec les autres. Ce terme se distingue de celui d’agentivité qui est utilisé davantage en sciences cognitives et s’intéresse plus spécifiquement aux mécanismes de l’action individuelle (Glossaire, 2009). Finalement, nous terminons le numéro par des analyses à l’échelle des quartiers et des organisations jeunesse. On y voit comment les intervenants de première ligne, et leurs organisations locales, négocient différentes visions de l’éducation citoyenne, allant de l’éducation à la civilité jusqu’à l’intervention démocratique. Ces échelles d’analyse nous permettent d’observer les représentations de la citoyenneté en fonction des rapports de classe et d’ethnicité. Les considérations sur la citoyenneté des enfants renvoient directement aux réflexions en cours au sein des citizenship studies …

Parties annexes