Recensions

Jean-Daniel Macchi, La Bible à l’épreuve des sciences humaines. Genève, Éditions Labor et Fides (coll. « Essais bibliques »), 2022, 219 p.

  • Sébastien Doane

…plus d’informations

  • Sébastien Doane
    Université Laval, Québec

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès
Couverture de Volume 79, numéro 1, 2023, p. 3-135, Laval théologique et philosophique

Cet ouvrage vise — et réussit — à rendre accessible l’analyse critique de la Bible hébraïque. Les premiers chapitres introduisent à la Bible, ses anciennes interprétations, l’histoire de son canon. Puis, les chapitres suivants s’orientent vers le travail des exégètes en décrivant la traduction, la critique textuelle et la délimitation de passage. Enfin les derniers chapitres présentent diverses méthodes exégétiques : l’analyse narrative, la critique des sources, la critique de la rédaction, l’analyse sémantique, l’intertextualité, la recherche du contexte historique et l’histoire de la réception. Chaque chapitre propose de suivre un passage biblique particulier comme exemple. Le résultat donne un ouvrage qui se lit très bien et permet une introduction à la Bible hébraïque et son étude. Ainsi, il peut être utile pour les étudiants de premier cycle. Il ne propose aucune note de bas de page et aucune référence aux chercheurs qui ont établi les méthodes exégétiques pour être le plus accessible possible. Cela dit, il se termine avec une vingtaine de pages présentant des livres pour aller plus loin. Le seul bémol provient des attentes générées par le titre de l’ouvrage. Celui-ci invite à une réflexion sur la Bible à partir des sciences humaines. Une telle proposition annonce un projet qui devrait être interdisciplinaire, en dialogue avec la sociologie, les études féministes, l’histoire, la psychologie ou la philosophie. Or, il n’en est rien. Ce qui est proposé est une excellente introduction aux méthodes développées en exégèse il y a déjà plusieurs décennies. Certes, ces méthodes ont été influencées par les sciences humaines à l’origine, mais le livre n’entre pas en discussion avec les sciences actuelles. Cette critique est un défi pour les études bibliques : ne devrait-on pas entrer en relation interdisciplinaire avec la recherche en sciences humaines et leurs métrologies actuelles pour analyser la Bible aujourd’hui ? Ce livre est beaucoup mieux décrit par son sous-titre : « Introduction à l’analyse critique de la Bible hébraïque ». Il atteint d’ailleurs très bien cet objectif en permettant à ses lecteurs de s’acclimater à la Bible et aux pratiques interprétatives qui ont fait leurs preuves.