Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

PrefacePréface

  • Joël Castonguay-Bélanger,
  • Betty A. Schellenberg et
  • Diana Solomon

…plus d’informations

  • Joël Castonguay-Bélanger
    Département d’études francaises, hispaniques et italiennes, Université de Colombie-Britannique

  • Betty A. Schellenberg
    Department of English, Simon Fraser University

  • Diana Solomon
    Department of English, Simon Fraser University

Couverture de Volume 36, 2017, p. 1-176, Lumen

Corps de l’article

The 2015 CSECS/SCEDHS conference in Vancouver brought together over 170 scholars from Canada, the US, Europe, and South America to consider the conference theme “The States of the Book,” taking up questions related to how print in all its forms influenced and was shaped by the long eighteenth century. Literacy, the book trade, readership, the sociability of texts, and the interplay of print and manuscript are often pursued within more narrow confines, such as London’s Grub Street or the decade of the 1740s, but the internationality of the conference made it possible to consider these issues on a global scale. Special features of CSECS/SCEDHS 2015 included a reception at Simon Fraser University’s Woodwards campus featuring Steve Collis’s reading of a poem “Home at Gasmere”; a performance of seventeenth- and eighteenth-century French and German lute music; and a tour of sites in Vancouver’s Stanley Park meaningful to Indigenous peoples in the eighteenth century and earlier.

The first of our keynote speakers, Professor Roger Chartier of the Collège de France and the University of Pennsylvania, is one of the most influential scholars of the “States of the Book” for his work on the book as material object embedded in social and cultural history. From his seminal text The Order of Books to his recent studies of the physical circulation and changing meanings of European works such as Cervantes’ Don Quixote and Las Casas’ La destruyción de las Indias, Chartier demonstrates how the early modern book dictates its modes of consumption and the systems of knowledge that contain it. We are honoured to have the opportunity to feature in this volume Chartier’s plenary address, entitled “Materiality of the Text and Expectations of Reading: Congruence or Conflict?” In this article, Chartier challenges structuralist and reader-response theories of textuality and interpretation on the one hand, and the new bibliography on the other, for reinforcing the separation of the physical book from the “text.” We must rather, he argues, insist on the expressivity of the material text itself, on the porosity of boundaries between author, printer, and reader in the creation of the text, and on the power of material forms of the book to engender interpretations and reinterpretations.

Putting such interpretive principles to work, Professor Janine Barchas of the University of Texas at Austin has published a wide range of scholarship that painstakingly traces the connections between material objects and literary meaning. In Graphic Design, Print Culture, and the Eighteenth-Century Novel, Barchas considers how paratexts such as title pages, ornaments, and indexes fostered the development of the novel as an independent genre. Her second book, Matters of Fact in Jane Austen, interprets Austen as a historically-informed, celebrity-watching writer who chose real names, events, and locations based on her own research. “What Jane Saw,” an innovative digital humanities project, opens up even further interpretive possibilities for Austen as it reveals what paintings she would have seen during her visits to London’s Shakespeare Gallery in 1796 and to the Sir Joshua Reynolds exhibition in 1813. At CSECS/SCEDHS, Barchas delivered a ground-breaking plenary talk, “The Lost Books of Austen Studies,” in which she convincingly dismantled the commonly-held belief that R.W. Chapman was Austen’s first critical editor. The talk produced audible gasps, tears, and a sustained standing ovation with the audience realizing that Barchas had corrected a long-standing mistake in Austen studies and given a forgotten heroine her due.

The conference’s thirty-four panels on book history and print culture spanned geographies, genres, practices, and textual forms. Geographies ranged from the broad – the Canadian North, the Transatlantic, and prerevolutionary France – to the specific: books in convents. Genres included political printings, plays, visual satire, sacred and profane books, the digital humanities, and newspapers, the last of which featured Chance David Pahl’s analysis of how Samuel Johnson’s periodical accounts of sentimental suffering reflect their generic form. Many presentations took up practices of writing, editing, circulating, marketing, and reading. Gary Kelly argues that a distinctive and unofficial form of cultural citizenship was fostered by late eighteenth-century six-penny publications as cheap sources of knowledge and entertainment. David Smith’s article demonstrates how descriptive bibliography and paratextual analysis can illuminate the circumstances of composition, transmission, and reception of the works of Mme de Graffigny. In a study of post-revolutionary book culture in France, Annie Champagne analyses the dissonant production and reception of Pierre Didot’s most ambitious publishing venture, the monumental edition of Oeuvres de Jean Racine. Catherine Fleming’s print-culture-themed paper on the collaboration between John Dryden and printer Jacob Tonson was featured on a panel entitled “Producing Dryden, Producing the King.” Among a series of papers on beautiful books, ugly books, dangerous books, and “books that make you feel bad” were two sessions devoted to “Nuns and the Book.” In one of those panels, Amandine Bonesso proposed a re-reading of the spiritual autobiography of Marie de l’Incarnation through analysis of her self-representation as reader and author.

As is the practice at CSECS conferences, presentations on all topics related to the eighteenth century were welcomed, and we are pleased to publish several strong papers that move beyond the conference theme. Jes Battis’s article on how eighteenth-century molly culture used slang to create and transmit queer subculture originated on a panel about humour, and Eric Miller originally presented his work on poetic responses to “Druid Rocks” as part of a session on influences from classical antiquity on eighteenth-century life. Erica Mannucci’s study of French radical Sylvain Maréchal discusses his early imprisonment for sedition as his motive for embedding inflammatory ideas within commercial serial publications.

It is fitting that a conference dedicated to discussing the “States of the Book” should conclude by producing a volume available in print and online. We hope you enjoy the completed articles that developed from some of the conference’s most stimulating presentations.


À l’occasion du congrès annuel de la Société canadienne d’étude du dix-huitième siècle (SCEDHS/CSECS) organisé à Vancouver en 2015, près de 170 chercheurs du Canada, des États-Unis, d’Europe et d’Amérique du Sud se sont rassemblés autour du thème « Le livre dans tous ses états » pour réfléchir au rôle et à la place de la culture imprimée au cours du long dix-huitième siècle. Trop souvent, les questions qui relèvent de l’histoire de l’alphabétisation, du commerce du livre, du lectorat, de la sociabilité des textes et des rapports entre manuscrits et imprimés sont abordées à l’intérieur de cadres déterminés par les fiefs spécifiques à chaque spécialiste – un tel s’intéressera surtout à la bohème littéraire de Londres, un autre consacrera ses travaux à l’étude d’une seule décennie, etc. La nature internationale du congrès a toutefois permis d’exposer ces questions à de nouvelles perspectives et à d’autres échelles d’analyse. Parmi les activités et événements spéciaux qui ont marqué ce congrès 2015, mentionnons d’abord la lecture du poème « Home at Gasmere » par Steve Collis lors de la réception organisée au campus Woodwards de l’Université Simon Fraser. Nous avons également eu droit à un récital de luth qui mettait à l’honneur la musique française et allemande des xviie et xviiie siècles, ainsi qu’à une visite guidée de Stanley Park à travers quelques sites fréquentés depuis plusieurs siècles par les populations autochtones.

La première de nos conférences plénières a été prononcée par Roger Chartier, professeur au Collège de France et à l’Université de Pennsylvanie, spécialiste reconnu mondialement pour ses travaux importants en histoire du livre, de l’édition et de la lecture. Depuis ses toutes premières publications, le professeur Chartier nous invite à ne jamais perdre de vue que le livre est d’abord un objet matériel, et que la circulation de celui-ci s’inscrit toujours à l’intérieur d’une histoire sociale et culturelle dont il faut tenir compte pour comprendre la manière dont différentes époques et différents milieux ont pu s’approprier ses contenus. Dans un ouvrage majeur comme L’ordre des livres, de même que dans ses études plus récentes consacrées aux fluctuations de sens ayant touché des oeuvres comme Don Quichotte de Cervantes et La destruyción de las Indias de Las Casas au cours de leur diffusion européenne, Chartier nous rappelle qu’un texte rencontre toujours son lecteur par l’entremise d’un objet qui lui dicte les modalités de son appropriation et les systèmes de savoirs dans lequel il s’inscrit. Nous sommes honorés de pouvoir présenter dans ce volume la version écrite de la conférence de Roger Chartier, « Matérialité du texte et attentes de lectures. Concordances ou discordances ? ». Dans ce texte, Chartier revient sur la manière dont la bibliographie matérielle a pu, au même titre que les théories formalistes de l’interprétation mises de l’avant par les tenants d’une approche purement linguistique des textes, contribuer à renforcer plutôt qu’à effacer l’opposition classique (mais trompeuse) distinguant d’un côté l’oeuvre et, de l’autre, le livre ou l’objet imprimé. Beaucoup plus fertile est l’approche soucieuse de mettre en lumière l’expressivité spécifique du support matériel, la porosité des frontières entre auteur, imprimeur et lecteur dans le processus de production du texte, et la manière dont la variété des formes matérielles du livre participe aux interprétations et aux réinterprétations dont il fait l’objet.

En s’appuyant sur ces principes, Janine Barchas de l’Université du Texas à Austin a consacré une grande partie de ses travaux à retracer minutieusement les relations qui existent entre objet matériel et sens littéraire. Dans son ouvrage Graphic Design, Print Culture, and the Eighteenth-Century Novel, la professeure Barchas s’est intéressée au rôle joué par le paratexte (page titre, ornements, index, etc.) dans le développement du roman en tant que genre littéraire autonome. Son deuxième livre, Matters of Fact in Jane Austen, présente Austen comme une auteure férue d’histoire et très au fait de l’actualité, s’appuyant dans l’écriture de ses romans sur des recherches préalables qu’elle n’hésitait pas à effectuer elle-même. « What Jane Saw », projet novateur qui s’inscrit dans le domaine en plein essor des humanités numériques, entend élargir encore davantage l’éventail des interprétations possibles de l’oeuvre d’Austen en révélant les peintures que l’écrivaine aurait vues lors de ses visites de la Shakespeare Gallery de Londres, en 1796, et de l’exposition de Sir Joshua Reynolds en 1813. Dans sa conférence plénière intitulée « The Lost Books of Austen Studies », Barthas s’est attaqué de façon audacieuse mais convaincante à l’opinion commune voulant que la première édition critique des oeuvres d’Austen soit attribuable à R.W. Chapman. Des soupirs bien audibles et quelques pleurs n’ont pas manqué de se faire entendre tout au long de cette conférence, mais celle-ci s’est tout de même conclue sous les applaudissements d’un public heureux de voir Barthas rendre justice à une héroïne obscure et corriger enfin une erreur trop longtemps admise au sein des spécialistes de Jane Austen.

Les trente-quatre séances de ce congrès consacré à l’histoire du livre et de l’imprimé ont donné l’occasion d’aborder des géographies, des genres, des pratiques et des formes textuelles nombreuses et variées. Les espaces couverts allaient du très large – le Grand Nord canadien, l’espace transatlantique, la France prérévolutionnaire – au plus restreint : les couvents. Parmi les genres étudiés figuraient des pamphlets politiques, des pièces de théâtre, des caricatures, des livres sacrés et profanes, des nouveaux médias et des journaux, ces derniers ayant permis à Chance David Pahl de se livrer à une analyse de la manière dont les comptes rendus périodiques des souffrances sentimentales de Samuel Johnson ont été marqués des traces formelles de leur origine générique. Plusieurs communications ont porté sur des questions relatives aux pratiques d’écriture, d’édition, de circulation, de promotion et de lecture. Gary Kelly soutient qu’une forme distincte et non officielle de citoyenneté culturelle a vu le jour grâce aux éditions bon marché qui, à la fin du xviiie siècle, ont rendu les divertissements et les savoirs plus accessibles. L’article de David Smith montre comment la bibliographie matérielle et l’analyse du paratexte peuvent éclairer les circonstances de composition, de transmission et de réception de l’oeuvre de Mme de Graffigny. Dans son étude sur la culture du livre dans la France postrévolutionnaire, Annie Champagne tente d’éclairer la production et la réception dissonantes de la plus ambitieuse entreprise éditoriale de Pierre Didot, sa monumentale édition en trois volumes des Oeuvres de Jean Racine. La communication de Catherine Fleming consacrée à la collaboration entre John Dryden et l’imprimeur Jacob Tonson a été livrée au cours d’une séance intitulée « Produire Dryden, produire le roi ». Au milieu d’un ensemble de communications consacrées aux beaux et aux moins beaux livres, aux livres « dangereux » et à ceux qui rendent malade, deux séances proposaient d’étudier les rapports entre « Les religieuses et le livre ». Amandine Bonesso y a présenté à une relecture de l’autobiographie spirituelle de Marie de l’Incarnation à travers l’analyse de sa représentation en tant que lectrice et écrivaine.

Comme il est d’usage à la SCEDHS, les communications sur tout sujet relatif au long dix-huitième siècle étaient les bienvenues et nous sommes heureux de publier quelques articles qui explorent d’autres thèmes que celui du congrès. Le texte de Jes Battis sur la transmission linguistique d’une culture homosexuelle clandestine en Angleterre trouve son origine dans une séance dédiée à l’humour tandis que la communication « Druid Rocks » d’Eric Miller a d’abord été présentée dans une séance sur les influences de l’Antiquité classique au dix-huitième siècle. Enfin, dans son article, Erica Mannuci revient sur quelques-unes des idées radicales et séditieuses de l’écrivain pamphlétaire Sylvain Maréchal et analyse la manière dont celles-ci ont pu être enchâssées dans ses publications commerciales et sérielles.

On ne saurait trouver de meilleure façon de souligner le succès d’un congrès voué au « livre dans tous ses états » qu’en publiant un volume qu’on pourra lire aussi bien dans sa forme imprimée que dans sa forme numérique. Nous espérons que vous apprécierez les articles stimulants que nous avons réunis ici et vous souhaitons une agréable lecture.

Parties annexes

Parties annexes