Résumés du colloque 60e anniversaire de META : « Les horizons de la traduction : retour vers le futur »

Flashforward : la traductologie de demain, c’est aujourd’hui

  • Isabelle Collombat

…plus d’informations

Couverture de 60<sup>e</sup> anniversaire. Les horizons de la traduction : retour vers le futur, Volume 60, numéro 2, août 2015, p. 207-379, Meta

Corps de l’article

En 1999, Wilss (1999 : 9) affirmait que la traduction spécialisée représentait quelque 80 % du volume total de traduction, les 20 % restants étant constitués des traductions littéraire et biblique, « the two traditional fields of translation ». Plus récemment, Vande Walle (2007 : 31-33) estimait même qu’en Europe, en 2006, 99 % des traductions ressortissaient aux domaines techniques (39 %), commercial (26 %), juridique (12 %), médical (9 %), administratif (9 %) et scientifique (1 %), le 1 % restant étant constitué de textes voués à la publication, dont un infime 0,03 % de textes littéraires. Or, en 2004, Aixelá indiquait que, sur les 20 495 entrées répertoriées dans la Bibliographie d’interprétation et de traduction (Universidad de Alicante, Espagne), 1 905 publications portaient sur la traduction technique (soit 9,3 %), alors que 4 314 publications (soit 21 %) traitaient de traduction littéraire. Ces chiffres montrent clairement que, bien qu’elle soit marginale comme « production », la traduction littéraire occupe paradoxalement l’essentiel de « la réflexion traductologique » (Tatilon 2003 : 110). C’est effectivement paradoxal, car non seulement la réflexion traductologique est souvent alimentée par la pratique (voir notamment Eco 2009 : 12), mais en outre, l’enseignement de la traduction est essentiellement orienté vers la pratique professionnelle. Certes, la position séculaire de la traduction littéraire dans le développement de la pensée traductologique est indéniable et son importance, indiscutable ; toutefois, ce divorce entre la réalité actuelle du « marché » de la traduction et la réflexion traductologique risque à terme d’augmenter le fossé entre théoriciens et praticiens – entre traductologues et traducteurs. Pour contrer ce phénomène, Froeliger (2010) prône l’affirmation d’une « traductologie pragmatique ». Au-delà, nous proposons de poser les bases d’une réflexion épistémologique visant l’émergence d’une traductologie holistique apte à transcender les traditionnelles dichotomies qui sous-tendent le champ traductologique.

Parties annexes