Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

Documentation

Nord, B. und P. Schmitt (eds) (2003) : Traducta Navis, Festschrift zum 60. Geburtstag von Christiane Nord, Stauffenerg, Tübingen, 297 p.

  • Roger Goffin

…plus d’informations

  • Roger Goffin
    Université Libre de Bruxelles, Bruxelles, Belgique

Corps de l’article

Le présent ouvrage réunit en un fécond voisinage les contributions de dix-neuf chercheurs (collègues, amis et proches), publiées à l’occasion du soixantième anniversaire de Christiane Nord, un grand nom de la traductologie et ardent défenseur de la traduction fonctionnelle au triple plan des théories, de la didactique et des pratiques. Les articles s’articulent autour des grands thèmes qui ont jalonné un parcours universitaire exemplaire.

C. Nord, en effet, a consacré toutes ses énergies à donner ses lettres de noblesse à la traductologie, une discipline trop longtemps rejetée, en Allemagne comme ailleurs, dans les ghettos de la recherche universitaire.

Dans le premier article, K. Berger met en lumière les similitudes sur le plan des théories entre la traduction de la Bible de C. F. Bahrdt (1781) et celle établie par C. Nord et lui-même. Pour le domaine de la traduction littéraire, nous retiendrons notamment B. Nord « Heimliche u. unheimliche Ideale der literarischen Übersetzng », qui plaide pour que le traducteur littéraire s’exprime plus souvent à propos de son travail et pour que les critiques apportent davantage d’informations sur la qualité d’une traduction qu’ils récusent. Signalons également l’article de H. Salevsky, « Kultur u. Loyalität in der Lyrikübertragung », consacré aux concepts de loyauté et de fidélité, ainsi que H. Siver, « Kreatives Übersetzen ». Dans le domaine de la traductologie, nous retenons l’article de H. Gerzymisch-Arbogast, « Die Translationwissenschaft in Deutschland », en faveur d’une reconnaissance à part entière de la traductologie comme discipline universitaire autonome. L’analyse du processus traductif fait l’objet de plusieurs articles, par exemple G. Hansen, « Der Übersetzungsprozess bei bilingualen Übersetzern » ; S. Göpferich, « Metapher und Translation » ; ou encore P. Kussmaul, « Der Professionalität auf der Spur », qui analyse les stratégies des traducteurs professionnels et enseignants, appelés à résoudre des problèmes de sens sur la base de leurs compétences métalinguistiques.

Mentionnons encore l’article de K. Kaindl, « Ein Schiff wird kommen », sur les spécificités culturelles et les aspects sémiotiques de la traduction de la chanson populaire, notamment de J. Brel et de T. Jones.

La traduction à vue et l’interprétation ne sont pas en reste, à preuve l’article de S. Kalina, de H. G. Hönig et de F. Pöchhacker, ce dernier met en lumière l’intérêt de la composante situationelle et des théories fonctionnelles.

On lira avec un intérêt particulier les contributions de H. Vermeer, de W. Wilss et de G. Wotjak. Le premier exige du traducteur qu’il joue un rôle de coauteur créateur ; le second décrit le parti à tirer du « knowledge management » dans la pratique langagière ; le dernier décrit quelques concepts-clefs de la traductologie (Sinngetung, Sinndeutung, Funktion et Skopos).

Il ne nous est malheureusement pas loisible de décrire en détail toutes les richesses de ce volume. Nous nous sommes contenté de quelques moments forts, laissant au lecteur le plaisir de la découverte.