Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

Traduire le vocabulaire juridique français en roumain

  • Gabriela Scurtu

…plus d’informations

Corps de l’article

Introduction

La langue juridique est l’une des langues de spécialité les plus complexes. Ses éléments constitutifs sont, selon Gémar, le sens, la syntaxe, le lexique et le style, dont le premier serait « le plus impénétrable » (1991 : 276).

Sa traduction est donc complexe elle aussi, car les difficultés procèdent fondamentalement du caractère contraignant du texte juridique. Ce caractère lui est attribué par la norme de droit. Traduire des textes juridiques signifie reconnaître les éléments juridiques et linguistiques qui ont façonné la norme de droit et les transposer dans une autre langue et dans une autre culture. C’est une tâche qui laisse au traducteur une marge de manoeuvre assez restreinte quant au choix des ressources linguistiques. Lerat souligne à cet égard que « les principales difficultés de la traduction juridique sont les dénominations, les constructions et les compatibilités sémantiques » (2002 : 155).

À l’heure actuelle, en Roumanie, les intervenants du domaine juridique disposent, malheureusement, de trop peu d’outils conceptuels issus des recherches et des réflexions menées dans ce domaine. Pourtant, les universités roumaines offrent aujourd’hui une formation en terminologie et traduction juridiques, surtout en vue de former des traducteurs spécialisés, capables de préparer la documentation exigée dans la perspective de l’intégration des pays de l’Est dans l’Union européenne.

Dans le cadre esquissé, nous nous proposons de discuter certains problèmes de traduction soulevés par les textes normatifs français[1] (textes qui ont pour vocation d’exposer les règles de conduite, les obligations et les droits de diverses catégories de populations – les sujets de droit –, qu’il s’agisse des citoyens d’un État ou de catégories plus larges encore, dans le cas du droit communautaire).

Le but de cet article est de mettre en évidence un faisceau de traits pertinents pour la structuration linguistique des textes normatifs, portant sur ce que les auteurs en jurilinguistique considèrent, non sans raison, comme le premier obstacle à la communication juridique, à savoir le lexique.

Catégories de termes et types de difficultés lexicales

Une caractéristique immédiatement observable de la langue juridique réside dans le phénomène d’opacité. Nous citons à cet égard Sourioux et Lerat : « […] le droit est un phénomène aussi largement social que la langue elle-même, mais qui suscite un sentiment d’étrangeté chez le plus grand nombre » (1975 : 10). En effet, la communication du droit se heurte à un véritable écran linguistique, se situant en dehors du circuit naturel d’intercompréhension qui caractérise les échanges linguistiques ordinaires entre les membres d’une communauté linguistique donnée. À cette impression concourent, peut-être à égale mesure, le lexique (avec tout ce que ce terme implique) et la « juridicité » des énoncés.

Au sein de ce qu’il est d’usage d’appeler avec un terme générique « vocabulaire juridique », nous avons établi plusieurs catégories de termes et de structures lexicales qui seront envisagées sous l’angle de leur traduction vers le roumain. Selon Gémar (1991 : 276), la structure d’un discours spécialisé, en l’occurrence du droit, pourrait être représentée par une série de cercles concentriques dont le premier, au centre, serait la nomenclature (la charge notionnelle des termes), suivi d’un cercle plus large qui contiendrait le vocabulaire de soutien (ou les mots cooccurrents du domaine), enfin le troisième cercle symboliserait les éléments de la langue ou les mots du vocabulaire général (articles, pronoms, verbes, adjectifs, adverbes) auxquels il faut recourir pour construire une phrase conforme aux normes de la syntaxe de la langue en question.

Notre article porte sur la nomenclature du droit, constituée de mots d’appartenance juridique exclusive et de mots à double appartenance, ainsi que sur le vocabulaire de soutien du domaine. En outre, y est abordé le problème de l’agencement des mots selon un schéma préétabli. Dans ce sens, l’étude des collocations en langue juridique s’avère d’un intérêt parfaitement justifié, car celles-ci posent de réels problèmes de traduction par leur spécificité dans chaque langue.

Les mots d’appartenance juridique exclusive

Le vocabulaire juridique comprend tout d’abord une série de mots d’appartenance juridique exclusive (cf. Cornu 2005a : 62-68), par exemple : abrogatif, absolutoire, acquêts, cassation, comparant, déshérence, dol, greffier, irréfragable, nue-propriété, pétitoire, pourvoi, prononcé, récriminatoire, reddition, saisine, subrogation, successible, synallagmatique, testateur, etc.

Ce sont des termes techniques, employés par les initiés. Envisagés sous l’angle de la traduction en roumain, on peut en distinguer plusieurs catégories :

  1. En premier lieu, les termes techniques qui ne soulèvent aucune difficulté de traduction, vu l’existence d’un correspondant direct en roumain, le plus souvent un mot emprunté au français, et qui se caractérise donc par une ressemblance formelle évidente avec le mot d’origine :

abrogatif, -ive

loi abrogative

abrogativ, - ă

lege abrogativă

abroger

abroger une loi, une disposition légale

a abroga

a abroga o lege, o dispoziţie legală

absolutoire

sentence absolutoire

circonstances absolutoires

absolutoriu

sentinţă absolutorie

circumstanţe absolutorii

dérogation

en dérogation à…

derogare

prin derogare de la…

dol

dol

duplique

duplică

impunité

impunitate

présomption

présomption d’innocence, de fraude

prezumţie

prezumţie de nevinovăţie, de fraudă

  1. Certains autres termes posent des difficultés de traduction, dans le sens où le terme correspondant existe, mais il n’a pas la transparence signalée plus haut :

grosse s.f.

faire une grosse

copie (a unui act)

a face o copie

mémoire en défense

introduire un mémoire en défense

întâmpinare

a depune o întâmpinare

prononcé employé comme s.m.

le prononcé du divorce

pronunţare

pronunţarea divorţului

  1. Enfin, pour une troisième catégorie de termes français, le roumain ne possède pas de terme simple, mais comme la réalité juridique évoquée existe, la langue fait usage d’une paraphrase explicative :

acquêts

bunuri achiziţionate în timpul căsătoriei (litt.[2] « biens acquis pendant le mariage »)

communauté réduite aux acquêts

regim matrimonial legal (litt. « régime matrimonial légal »)

ayant-droit

persoană care a dobândit un drept, îndreptăţit (litt. « personne qui a acquis un droit »)

les ayants-droit à une prestation

cei îndreptăţiţi la o prestaţie (litt. « les personnes qui ont droit à une prestation »)

comparant

(persoană) care se înfăţişează / care se prezintă în faţa unei autorităţi (litt. « personne qui se présente devant une autorité »)

les déclarations des comparants

declaraţiile persoanelor care s-au prezentat în faţa autorităţii judiciare (litt. « les déclarations des personnes qui se sont présentées devant l’autorité judiciare »)

déshérence

lipsă de moştenitori (la o succesiune) (litt. « absence d’héritiers pour une succession »)

succession en déshérence

succesiune fără moştenitori (litt. « succession sans héritiers »); à relever aussi le néologisme desherenţă

grossoyer

a face o copie (a unui act) (litt. « faire la copie d’un acte »)

grossoyer un contrat

a face / a întocmi o copie a unui contract (litt. « faire / établir la copie d’un contrat »)

Les mots à double appartenance

En deuxième lieu, le vocabulaire juridique comprend des mots à double appartenance, c’est-à-dire des termes que le droit emploie dans une acception qui lui est propre. Ces termes ont au moins un sens dans l’usage courant et au moins un sens en langue juridique. Leur ensemble constitue, avec les mots d’appartenance juridique exclusive, la nomenclature du droit (la terminologie de ce domaine), noyau dur des notions fondamentales particulières à celui-ci, à partir de laquelle se réalise le discours juridique (cf. Darbelnet 1982 : 51 ; Gémar 1991 : 275).

Au sein de cette catégorie, on peut encore distinguer (cf. Cornu 2005a : 68-87) :

  1. Les termes d’appartenance juridique principale

    Ces termes ont un sens juridique principal et un sens extrajuridique dérivé. Ils sont donc passés dans la langue courante avec un sens secondaire, représentant de la sorte un enrichissement du français à partir du vocabulaire du droit. Ces termes constituent un trésor de mots-clés, porteurs des notions fondamentales du droit – catégories et opérations juridiques principales, actes juridiques courants, etc. : aliénation, arbitre, arbitrage, audience, autorité, avocat, caution, clause, compétence, contentieux, contestation, contrat, convention, débat, délit, gage, garantie, interdiction, héritage, héritier, justice, juge, juger, jugement, juridiction, juste, légitime, loi, magistrat, magistrature, procédure, procès, plaider, prérogative, règle, rente, requête, révocation, sanction, sentence, sursis, témoignage, témoin, testament, tribunal, tutelle, usufruit, valable, etc.

  2. Les termes d’appartenance juridique secondaire

    Ces termes ont leur sens principal dans la langue courante et ont acquis, dans la langue du droit, un sens particulier.

  1. Certains termes possèdent le même sens dans la langue juridique et dans la langue courante (c’est-à-dire que le droit a conservé le sens principal de la langue courante). Ils représentent les instruments essentiels de la pensée et sont mobilisés pour juger, par tous les moyens d’observation, de l’existence d’un fait, ou par tout mode de raisonnement, du bien-fondé d’une affirmation : admettre, argumenter, certitude, constatation, constater, contradiction, conviction, contredire, document, doute, énoncer, établir, exposé, exposer, négation, nier, objecter, présumer, prouver, réfutation, rejeter, supposer, supposition, etc.

  2. D’autres termes entrant dans cette catégorie ont acquis dans la langue du droit un sens spécifique. Ce sont les outils universaux de la pensée analytique : abus, acte, aptitude, avantage, besoin, bien, bienfait, capacité, cause, défaut, essence, fait, forme, jouissance, matière, motif, mobile, objet, ordre, origine, profit, protection, puissance, ressources, sujet, usage, vice, volonté, etc.

Le droit puise donc abondamment dans la langue générale. Et cela constitue l’une des grandes difficultés de cette langue de spécialité : ces termes de la langue de tous les jours peuvent être dotés d’un sens différent, dans un contexte précis. Cette diversité présente la grande difficulté de ne pas être répertoriée dans son ensemble dans les divers lexiques et dictionnaires spécialisés. Les ouvrages en question n’incluent souvent que les termes du domaine proprement dit et excluent les termes de la langue courante qui, ayant acquis un sens particulier, échappent à la compréhension du néophyte.

Qu’il s’agisse de termes d’appartenance juridique principale ou secondaire, cela importe peu pour la traduction. Mais dans l’un ou l’autre cas, elle ne se résout qu’en contexte.

Par exemple adhésion trouve ses hétéronymes en roumain en fonction du déterminant que ce nom admet (1-2) ou du déterminé qui le régit (3-4) :

ADHÉSION

 

adhésion à un parti, à une idée

1. adeziune

adeziune la un partid, la o idee

 

adhésion de nouvelles parties contractantes

2. admitere

admitere de noi părţi contractante

 

procédé d’adhésion

pays en voie d’adhésion

3. aderare

procedeu de aderare

ţară în curs de aderare

 

donner son adhésion à qqch.

4. consimţământ

a-şi da adeziunea / consimţământul la ceva

Il en est de même pour accomplissement, qui se traduit en fonction de ses déterminants :

ACCOMPLISSEMENT

 

accomplissement d’un devoir, d’une formalité

1. îndeplinire

îndeplinire a unei datorii, a unei formalităţi

 

accomplissement d’un projet

2. realizare

realizare a unui proiect

 

accomplissement d’une infraction

3. săvârşire

săvârşire a unei infracţiuni

Arrêt se traduit à son tour par :

ARRÊT

 

arrêt de renvoi

arrêt de la Cour d’appel

arrêt rendu par la Cour

1. hotărâre, decizie

hotărâre de trimitere

hotărâre / decizie a Curţii de apel

hotărâre pronunţată de Curte

 

arrêt de mort

rendre un arrêt

prononcer un arrêt

2. sentinţă

(sentinţă de) condamnare la moarte

a da o sentinţă

a pronunţa o sentinţă

 

mandat d’arrêt

jours d’arrêt

3. arestare, arest

mandat de arestare

zile de arest

Dépôt a comme correspondants :

DÉPÔT

 

dépôt légal

1. depozit

depozit legal

 

dépôt d’une somme, d’une motion, d’un instrument de ratification

dépôt d’une demande

mandat de dépôt

2. depunere

depunere a unei sume, a unei moţiuni, a unui instrument de ratificare

depunere a unei cereri

mandat de depunere

Détention se traduit par :

DÉTENTION

 

détention d’armes

1. deţinere

deţinere de arme

 

détention régulière, arbitraire, préventive

détention d’un infracteur

2. detenţie, detenţiune

detenţie legală, arbitrară, preventivă

detenţie a unui infractor

 

détention d’un mineur

3. reţinere

reţinere a unui minor

Faute se traduit couramment par greşeală, eroare, mais, dans son sens juridique, il a pour équivalent en roumain culpă, vină :

FAUTE

 

faire une faute

1. greşeală, eroare

a face o greşeală

 

divorce pour faute

en cas de faute grave

2. culpă

divorţ din culpă

în caz de culpă gravă

 

faute d’omission

3. vină

vină de omisiune

C’est aussi le cas du mot lésion, pour lequel le roumain différencie le sens courant du sens juridique, par l’emploi de deux termes différents :

LÉSION

 

1. leziune (cour.)

 

lésion d’un intérêt légitime

2. lezare (jur.)

lezare a unui interes legitim

Le verbe siéger pose de nombreuses difficultés au traducteur :

SIÉGER

 

1. a-şi desfăşura activitatea (litt. « déployer son activité »)

les juges siègent à la Cour

judecătorii îşi desfăşoară activitatea la Curte (litt. « les juges déploient leur activité à la Cour »)

personne qui siège en qualité de (juge)

persoană care funcţionează în calitate de (judecător) (litt. « personne qui agit en qualité de juge »)

employé avec la préposition en la Cour siège en comités

2. a se constitui

Curtea se constituie în comitete (litt. « la Cour se constitue en comités »)

 

Le Conseil siège en différentes formations

3. a se întruni

Consiliul se întruneşte în diferite formaţiuni (litt. « le Conseil se réunit en différentes formations »)

Le Conseil siège en public

Consiliul se întruneşte în public (litt. « le Conseil se réunit en public »)

Le problème de la polysémie de la langue juridique s’avère en effet l’un des aspects les plus difficiles à surmonter. La langue du droit est l’une des langues les plus polysémiques, un très grand nombre de termes juridiques présentant souvent, comme tous ces exemples le démontrent, plusieurs significations. Ce phénomène est d’une importance capitale et constitue selon Cornu (2005a : 92) une marque essentielle du vocabulaire juridique. Le traducteur est donc soumis à la dificulté de savoir cerner la signification précise dans le contexte donné pour trouver l’équivalent approprié en langue cible, en l’occurrence, le roumain. Comme constatation plutôt intuitive, nous pouvons retenir le fait que la riche polysémie des termes juridiques français ne se retrouve souvent plus en roumain, où elle est explicitée par l’emploi de termes différents correspondant aux différents sens du mot français équivalent.

Une autre source de difficultés réside dans le caractère archaïsant de la langue du droit. Ce trait peut se manifester à tous les niveaux du texte : du choix des termes jusqu’à la construction de la phrase. Le traducteur qui se trouve face à des archaïsmes doit savoir reconnaître le synonyme actuel, et, par voie de conséquence, l’équivalent roumain. Tel est, par exemple, le cas de connaître, employé dans son sens vieilli (« reconnaître »), dans l’article de loi suivant :

« Dans tous les cas où un tribunal de grande instance connaîtra des actes relatifs à l’état civil […]. »

In toate cazurile în care un tribunal de mare instanţă va recunoaşte acte referitoare la starea civilă […].

art. 54 C. civ.

Le cas du mot crime illustre des différences d’équivalence compte tenu de l’aire d’extension de ce terme, par exemple « la prévention du crime », traduit, avec justesse, par prevenirea infracţiunilor, puisque le mot crime a le sens général de « infraction grave », en plus du sens spécial de « homicide, meurtre » :

« L’exercice de ces libertés […] peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique […] à la défense de l’ordre et à la prévention du crime […]. »

Exercitarea acestor libertăţi […] poate fi supusă unor formalităţi, condiţii, restrângeri sau sancţiuni prevăzute de lege, care constituie măsuri necesare, într-o societate democratică, pentru apărarea ordinii şi prevenirea infracţiunilor […].

art. 10-2 CEDH

Dans les exemples suivants, les noms jouissance et exercice ont été traduits tous les deux par exercitare :

« L’exercice de ces droits ne peut faire l’objet d’autres restrictions […]. »

Exercitarea acestor drepturi nu poate face obiectul altor restrângeri […].

art. 11-2 CEDH

« L’exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités […]. »

Exercitarea acestor libertăţi ce comportă îndatoriri şi responsabilităţi poate fi supusă unor formalităţi […].

art. 10-2 CEDH

« La jouissance des droits et libertés reconnus dans la présente Convention doit être assurée […]. »

Exercitarea drepturilor şi libertăţilor recunoscute de prezenta convenţie trebuie să fie asigurată […].

art. 14 CEDH

Or, le terme jouissance est défini par le TLFi : « fait d’être titulaire d’un droit » (par exemple : la jouissance s’oppose à l’exercice d’un droit), alors que l’exercice est le fait même (l’action) d’exercer (un droit, une liberté). Pour mettre en évidence l’opposition sémantique entre les deux termes, dans le Code civil roumain, nous avons relevé le terme folosinţă (a unui drept), à côté de exercitare, le roumain étant dans l’incapacité d’exprimer l’idée de virtualité dans la jouissance d’un droit. D’ailleurs, dans le Projet du Code civil, on distingue nettement entre : a) capacitate de exerciţiu (capacité d’exercer = exercice) et b) capacitate de folosinţă (aptitude des personnes à avoir des obligations et des droits civils = jouissance). C’est donc un cas de modulation (emploi du concret pour l’abstrait), imposée par l’usage de la langue d’arrivée.

Le vocabulaire de soutien

Les observations rigoureuses de la linguistique juridique sont focalisées sur le domaine terminologique (le vocabulaire juridique), donc sur les mots « porteurs d’un sens juridique » (Cornu 2005a : 61). Darbelnet (1979 ; 1982) distingue la nomenclature du droit et le vocabulaire de soutien du droit. La nomenclature comprend, comme on l’a vu plus haut, les termes appartenant à un sujet. C’est ce que Sourioux et Lerat (1975 : 15) appellent « mots-bases ». Mais Darbelnet suggère que le vocabulaire de soutien du droit devrait être recensé dans les lexiques et les dictionnaires spécialisés au même titre que les termes techniques. Selon cet auteur, le vocabulaire de soutien inclut les mots d’une technicité moindre ou nulle qui servent à actualiser les mots spécialisés et à donner au texte une organisation. Ce sont donc des mots usuels ou de la langue courante ayant un sens technique, que Darbelnet appelle aussi « vocabulaire para-technique », et Gémar « vocabulaire quasi juridique » (1991 : 281).

Paradoxalement, pour rédiger ou traduire un texte, souvent ce n’est pas le mot technique qui constitue le problème le plus important (ces mots techniques ont fait et continuent de faire l’objet de lexicographies terminologiques). On constate, en feuilletant des répertoires de la langue juridique, que nombre de termes utilisés dans la rédaction de textes juridiques et administratifs n’ont pas été retenus. Cela est d’autant plus valable si on prend en considération la situation des dictionnaires bilingues dans le domaine. Il est vrai qu’en général les répertoires visent plutôt à la compréhension qu’à la rédaction. Au contraire, les termes du vocabulaire de soutien, bien qu’apparaissant comme marginaux, parce que transparents, s’avèrent d’un maniement plus délicat, car ils sont nécessaires pour passer de simples listes de termes au texte : c’est au moment où il faut rédiger, précise encore Darbelnet, et, en l’occurrence, complétons-nous, traduire, que ce vocabulaire prend effectivement toute sa valeur.

L’auteur précité mentionne comme appartenant au vocabulaire de soutien des mots tels que rupture (de la vie commune), entendre (un témoin), exorbiter, dépérir, supporter (au sens fiscal). Cette catégorie de termes pourrait être incluse, à notre avis, dans la classe de mots à double appartenance. À son tour, Gémar considère comme appartenant au vocabulaire de soutien « les cooccurrents du domaine » (1991 : 276-277), par exemple commettre dans l’énoncé Quiconque commet un délit sera puni sévèrement. Cette question reviendra ci-après lors de l’analyse des collocations rencontrées dans ce type de textes.

À notre avis, appartiennent au vocabulaire de soutien les catégories suivantes de termes :

  1. Les mots à double appartenance mis à part, il reste un certain nombre de termes qui, sans avoir un sens juridique, apparaissent toutefois dans les textes avec une valeur spécifique, différente de celle qu’ils ont dans la langue « commune ». Nous donnerons l’exemple de interessé et de affaire qui ne sont pas retenus dans les lexiques comme des mots d’appartenance juridique.

    C’est ainsi qu’affaire n’a pas le sens qui est rendu en roumain par afacere. Dans des contextes juridiques, il se traduit par cauză ; proces :

AFFAIRE

 

homme d’affaires

faire des affaires

les Affaires étrangères

1. afacere

om de affaceri

a face afaceri, a se ocupa de afaceri

Afacerile Externe, Ministerul de Externe

 

porter une affaire devant la Cour

plaider une affaire

2. cauză; proces (litt. « cause, procès »)

a duce o cauză înaintea Curţii

a pleda un proces

À son tour, intéressé, -e, employé comme nom m.f., se traduit par persoană în cauză :

INTÉRESSÉ, -E

persoană în cauză (litt. « personne en cause »)

« comparution de l’intéressé à l’audience »

prezentare a persoanei în cauză la audiere

art. 5-3 CEDH
  1. D’autre part, le vocabulaire de soutien comprend des formules spécifiques et des mots-outils, essentiels pour l’articulation logique du discours : en cas de, en raison de, conformément à, au titre de, en vertu de, à l’égard de, etc.

    Nous ferons, dans la suite du travail, quelques remarques concernant ces deux dernières catégories de termes appartenant au vocabulaire de soutien, ainsi que les problèmes posés par leur traduction en roumain.

  1. Un des éléments de la composante rhétorique consiste à employer des formules spécifiques. C’est ainsi que les textes normatifs renvoient souvent à des règles posées dans d’autres textes. De tels renvois sont introduits par des expressions spécifiques : conformément à…, en vertu de…, etc. Mais, comme il s’agit de renvois concernant exclusivement des textes, on ne rencontrera jamais de références à la pensée ou à la position d’un auteur, du type : comme le pense…, selon la thèse de…. En revanche, on pourra avoir des références impersonnelles telles que selon / d’après l’usage (le droit national, les normes internationales, etc.), en vertu des principes régissant…, étant donné que dans ces hypothèses, l’usage, les règles et les principes ont quasiment force de loi :

« […] pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection […]. »

[…] pentru a reprima, conform legii, tulburări violente sau o insurecţie […].

art. 2-2 CEDH

« En vertu du principe de coopération loyale, l’Union et les États membres se respectent et s’assistent mutuellement dans l’accomplissement des missions découlant de la Constitution. »

În temeiul principiului cooperării loiale, Uniunea şi statele membre se respectă şi se asistă reciproc în îndeplinirea misiunilor ce decurg din Constituţie.

art. I-5-2 TCE

« Elle [la Commission] veille à l’application de la Constitution ainsi que des mesures adoptées par les institutions en vertu de celle-ci. »

Comisia veghează la aplicarea Constituţiei, precum şi a măsurilor adoptate de către instituţii în temeiul acesteia.

art. I-26-1 TCE

« Nul ne peut être condamné pour une action ou une omission qui, au moment où elle a été commise, ne constituait pas une infraction d’après le droit national ou international. »

Nimeni nu poate fi condamnat pentru o acţiune sau o omisiune care, în momentul in care a fost săvârşită, nu constituia o infracţiune, potrivit dreptului naţional şi internaţional.

art. 7-1 CEDH

Le texte est donc soumis à une contrainte globale de nature systémique : règles de fond et règles de forme témoignant de l’étroite solidarité entre le fond et la forme que le traducteur se doit de respecter dans le texte d’arrivée.

  1. Enfin, une dernière catégorie de termes appartenant toujours au susnommé vocabulaire de soutien inclurait les mots-outils servant à exprimer les différentes articulations du texte ainsi que les diverses valeurs circonstancielles présentes dans le texte législatif, par lesquelles il est à même de fournir des précisions pouvant fixer les conditions d’application de la prescription légale.

    On peut relever de nombreuses structures préférentielles dans l’expression des relations logiques, dans le cas des deux langues :

    Par exemple, pour le complément d’exception :

« Le Conseil statue à la majorité qualifiée, sauf dans les cas où la Constitution en dispose autrement. »

Consiliul hotărăşte cu majoritate calificată, cu excepţia cazului în care (litt. « à l’exception du cas où ») în Constituţie se prevede altfel.

art. I-23-3 TCE

Pour l’expression de la restriction :

« Il ne peut y avoir ingérence d’une autorité publique dans l’exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi. »

Nu este admis amestecul unei autorităţi publice în exercitarea acestui drept decât în măsura în care (litt. « que dans la mesure où ») acest amestec este prevăzut de lege.

art. 8-2 CEDH

Pour l’expression de la condition négative :

« […] la Commission est composée d’un nombre de membres […] correspondant aux deux tiers du nombre d’États membres, à moins que le Conseil européen, statuant à l’unanimité, ne décide de modifier ce nombre. »

Comisia este formată dintr-un număr de membri […] care corespunde cu două treimi din numărul statelor membre, atât timp cât (litt. « tant que ») Consiliul European, care hotărăşte în unanimitate, nu decide modificarea acestui număr.

art. I-26-6 TCE

Pour l’expression de la cause :

« Les membres de la Commission sont choisis en raison de leur compétence générale et de leur engagement européen […]. »

Membrii Comisiei sunt aleşi pe baza (litt. « sur la base de ») competenţei lor generale şi a angajamentului european […].

art. I-26-4 TCE

Comme le discours juridique fait appel à des expressions vieillies, littéraires, mais qui rehaussent le texte stylistiquement, on peut y mentionner la locution à raison de (expression vieillie et surannée), employée à côté de en raison de, qui est certainement l’expression usuelle :

« Les personnes qui ont perdu la nationalité française à raison du mariage avec un étranger […]. »

Persoanele care au pierdut naţionalitatea franceză din cauza (litt. « à cause de ») / în urma (litt. « suite à ») căsătoriei cu un străin.

art. 24-2 C. Civ.

Cette contrainte systémique (règles de fond + règles de forme inextricablement mêlés) est un des facteurs essentiels qui fondent l’autorité des textes normatifs.

Les collocations

La difficulté de la langue juridique n’est pas seulement une question de terminologie, mais aussi d’agencement des mots selon un schéma préétabli. Voilà pourquoi le dernier aspect que nous voudrions aborder est celui des collocations qui apparaissent dans ce type de textes avec une fréquence remarquable et posent des problèmes au traducteur par leur spécificité dans chaque langue. Rappelons brièvement que les collocations sont des suites de mots figés, placés en cooccurrence, dans une structure binaire et selon un statut sémiotaxique différencié (González Rey 2002 : 83). L’un des deux lexèmes est la base ou le collocateur, l’autre est le collocatif. En principe, le sémantisme de la base reste inchangé, tandis que celui du collocatif prend généralement un sens particulier. La combinaison qui en résulte est donc partiellement compositionnelle.

Du point de vue de la traduction, les principales difficultés se situent à ce niveau intermédiaire entre le mot et la phrase, « là où tel substantif appelle normalement tel verbe ou tel adjectif dans les textes spécialisés » (Sourioux et Lerat 1975 : 329).

Quant à leur typologie, les collocations sont de nature diverse, mais nous nous arrêterons à celles de base nominale et verbale.

  1. Les collocations nominales posent des problèmes au niveau du collocatif :

    témoins à charge/décharge – martorii acuzării/apărării (litt. « les témoins de l’accusation/de la défense »)

« […] interroger ou faire interroger les témoins à charge et obtenir la convocation et l’interrogation des témoins à décharge dans les mêmes conditions que les témoins à charge […]. »

[…] să întrebe sau să solicite audierea martorilor acuzării şi să obţină citarea şi audierea martorilor apărării în aceleaşi condiţii ca şi martorii acuzării […].

art. 6-3d CEDH

Dans la même classe des collocations nominales, on peut identifier des collocations terminologiques ou « phraséotermes » (c’est-à-dire les termes complexes propres à un champ de connaissances déterminé) qui s’opposent aux collocations définitoires ou « phraséotextes », c’est-à-dire la définition donnant accès à la compréhension du phraséoterme (Gréciano 1997 ; cité dans González Rey 2002 : 92) :

objecteurs de conscience et objection de conscience – la traduction est sujette à une adaptation :

« […] tout service de caractère militaire ou, dans le cas d’objecteurs de conscience dans les pays où l’objection de conscience est reconnue comme légitime […]. » ()

[…] orice serviciu cu caracter militar sau, în cazul celor care refuză să satisfacă serviciul militar din motive de conştiină, în ţările în care acest lucru este recunoscut ca legitim […]. (litt. « dans le cas de ceux qui refusent de satisfaire le service militaire pour des raisons de conscience dans les pays où ce fait est reconnu comme légitime »)

art. 4-3b CEDH

En français, on a employé une collocation terminologique, alors que le traducteur a dû faire appel à la collocation définitoire, vu que le phraséoterme équivalent manque en roumain.

  1. Les difficultés de traduction relevant du mot base (ou collocateur) concernent surtout les collocations verbales :

    Accomplir se traduit en roumain comme suit, en fonction du déterminant avec lequel le verbe se combine :

ACCOMPLIR

accomplir un travail forcé

1. a executa, a efectua

a executa o muncă forţată

 

accomplir ses devoirs

accomplir une tâche

2. a îndeplini

a-şi îndeplini obligaţiile

a îndeplini o misiune

 

accomplir une réforme

3. realiza, a înfăptui

a realiza o reformă

 

accomplir un crime

4. a săvârşi

a săvârşi o crimă

Ci-dessous sont présentés quelques exemples de collocations verbales relevées dans le corpus, avec leur équivalent en roumain :

conduire (qqn) devant l'autorité judiciaire

a aduce pe cineva în faţa autorităţii judiciare

(litt. « apporter qqn devant l'autorité judiciaire »)

« Nul ne peut être privé de sa liberté, sauf dans les cas suivants et selon les voies légales: […] s'il a été arrêté et détenu en vue d'être conduit devant l'autorité judiciaire compétente […]. »

Nimeni nu poate fi lipsit de libertatea sa, cu excepţia următoarelor cazuri şi potrivit căilor legale: […] dacă a fost arestat sau reţinut în vederea aducerii sale în faţa autorităţii judiciare competente […].

art. 5-1c CEDH

traduire (qqn) devant l'autorité compétente

a aduce pe cineva în faţa autorităţii competente (litt. « apporter qqn devant l'autorité compétente »)

« […] s'il s'agit de la détention régulière d'un mineur, décidée pour son éducation surveillée, ou de sa détention régulière, afin de le traduire devant l'autorité compétente[…]. »

[…] dacă este vorba de detenţia legală a unui minor, hotărâtă pentru educaţia sa sub supraveghere sau despre detenţia sa legală, în scopul aducerii sale in faţa autorităţii competente […].

art. 5-1d CEDH

infliger la mort (à qqn)

a cauza moartea (cuiva) (litt. « causer la mort à qqn »)

« La mort n'est pas considérée comme infligée en violation de cet article dans les cas où elle résulterait d'un recours à la force rendu absolument nécessaire. »

Moartea nu este considerată ca fiind cauzată prin încălcarea acestui articol în cazurile în care aceasta ar rezulta dintr-o recurgere absolut necesară la forţă.

art. 2-2 CEDH

rendre une ordonnance

a pronunţa o hotărâre (litt. « prononcer une ordonnance »)

« […] une ordonnance rendue, conformément à la loi, par un tribunal […]. »

[…] o hotărâre pronunţată, conform legii, de către un tribunal […].

art. 5-1b CEDH

porter une accusation (contre qqn)

a aduce o acuzaţie (împotriva cuiva) (litt. « apporter une accusation »)

« Toute personne arrêtée doit être informée [...] des raisons de son arrestation et de toute accusation portée contre elle. »

Orice persoană arestată trebuie să fie informată […] asupra motivelor arestării sale şi asupra oricărei acuzaţii aduse împotriva sa.

art. 5-2 CEDH

contracter mariage

a încheia o căsătorie (litt. " conclure un mariage ")

« L'étranger ou apatride qui contracte mariage avec un conjoint de nationalité française peut […], acquérir la nationalité française […]. "

Străinul sau apatridul care încheie o căsătorie cu o persoană de naţionalitate franceză poate dobândi naţionalitatea franceză […].

art. 21-2 C.civ.

dissoudre un mariage

a desface o căsătorie (litt. « défaire un mariage »)

« La décision qui prononce le divorce dissout le mariage à la date à laquelle elle prend force de chose jugée. »

Hotărârea care pronunţă divorţul desface căsătoria la data la care ea capătă puterea lucrului judecat.

art. 260 C.civ.

ouvrir la tutelle

a institui tutela (litt. « instituer la tutelle »)

« […] le juge des tutelles peut […] décider d'ouvrir la tutelle […]. »

[…] instanţa tutelară poate […] hotărî instituirea tutelei […].

art. 391 C.civ.

Les collocations appartiennent à la langue en tant que norme. Elles sont transparentes, disponibles en bloc et apprises par coeur comme une simple unité.

En langues de spécialité, la plupart des termes complexes sont employés dans un sens littéral et n’opposent aucune résistance au décodage, mais en traduction, des problèmes surgissent visant le choix du terme juste, qu’il soit la base ou le collocatif.

Conclusion

La démarche proposée a permis de mettre en évidence le fait qu’en ce qui a trait au vocabulaire, le traducteur est soumis à des contraintes plus sévères que dans la traduction des structures phrastiques, étant donné que les mots véhiculent le sens juridique même.

La langue du droit possède, en tant que langue de spécialité, des traits qui en font une langue unique et très complexe. Son vocabulaire comprend un grand nombre de termes qui proviennent de la langue courante et de termes qui ne sauraient exister en dehors du cadre juridique.

Mais le sens que véhiculent les mots du texte, si bien choisis soient-ils, ne sera pas clairement transmis si ces mots ne sont pas agencés d’une manière précise.

La terminologie et l’agencement des mots constituent donc deux éléments du discours d’importance égale pour la signification du message.

Parties annexes