Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

Recensions

Potvin, C., Power, T.M. et Ronchi, A. (dir.) (2014). La formation en ligne : les conseillers et ingénieurs pédagogiques. 20 études de cas. Laval : Presses de l’Université Laval

  • Caroline Bourque

…plus d’informations

  • Caroline Bourque
    Étudiante au doctorat, Université de Sherbrooke

Corps de l’article

Présentation

Cet ouvrage a vu le jour sur la base d’une problématique que vivent régulièrement les conseillers et ingénieurs pédagogiques (CP/IP): la non-reconnaissance de leur expertise pour soutenir et accompagner des formateurs[1] universitaires dans les dimensions pédagogique et technologique de leur cours. Cette situation est bien mise de l’avant dans les deux préfaces et en introduction de ce livre où il est mentionné que souvent bien peu de crédibilité est accordée aux CP/IP lorsqu’il est question de soutenir l’élaboration de cours universitaires, n’étant ni chercheurs ni professeurs, mais des professionnels de la formation.

Le contexte ciblé dans cet ouvrage est l’émergence des formations en ligne en enseignement supérieur. De plus en plus de formateurs sont incités à adapter et repenser leurs contenus de cours pour les offrir à distance. Or, ce type de formation demande une connaissance et une compréhension d’une pédagogie de la formation en ligne et nécessite certaines connaissances technologiques. Dans ce contexte, il est d’autant plus vrai que ces CP/IP peuvent soutenir ces formateurs dans l’élaboration de nombreux cours et programmes en ligne. Ainsi, travaillant plutôt dans l’ombre et possédant des expertises importantes, mais souvent méconnues, ces professionnels relèvent des défis et rencontrent certaines difficultés dans leur travail d’accompagnement auprès de ces formateurs. C’est cette situation, vécue tant au Canada qu’en Europe francophone, qui constitue l’objet de cet ouvrage.

Les directeurs de rédaction, Claude Potvin, Thomas Michael Power et Anne Ronchi, ont donc invité des CP/IP des deux côtés de l’Atlantique à partager leurs témoignages. Ce livre, identifié comme étant «une première en langue française», constitue une compilation de 20 études de cas, dont 9 sont des cas européens et 11, des cas canadiens. Dans l’ensemble de ces études de cas, les CP/IP s’expriment et partagent une expérience d’accompagnement de formateurs dans l’élaboration de cours ou de programmes partiellement ou totalement en ligne (design pédagogique). Chacun d’eux est indépendant et respecte une structure et une longueur assez semblables (entre 15 et 20 pages). Outre le contexte de la situation et la présentation des acteurs concernés, toujours dans un souci d’anonymat, le cas est décrit chronologiquement, tel qu’il est vécu, et prend la forme d’un récit. Les auteurs présentent d’abord la situation problématique vécue et la racontent de leur point de vue personnel en mettant en évidence les difficultés éprouvées, les défis à relever, les questionnements soulevés, les solutions envisagées et mises en place, ainsi que les résultats obtenus. Les échanges entre les acteurs prennent la forme de dialogues et les écrits sont ponctués de «métaréflexions» dans lesquelles ces experts partagent, au fil de leur récit, leurs sentiments et états d’âme au regard de la problématique vécue. De plus, des encadrés de «Complément d’informations» ou «Informations complémentaires» (selon les cas) donnent davantage de précisions sur certains concepts employés et des tableaux, schémas et captures d’écran servent à illustrer les propos ou à synthétiser l’information. Enfin, chaque cas est introduit par un résumé, des mots-clés, et une brève présentation du contexte spécifique.

Pour orienter le lecteur, une matrice est présentée au début du livre, indiquant: l’envergure de chaque cas (cours, modules, programmes ou autres, totalement ou partiellement en ligne); le niveau ciblé (1er ou 2e cycle universitaire, collégial, formation continue ou autres); le domaine (sciences de la santé, humaines, environnementales, économiques, de la gestion, ou autres); le titre et les mots-clés; les problèmes soulevés; les méthodes (ADDIE[2], MISA[3] ou autres) et les auteurs.

Point de vue

Cet ouvrage revêt avant tout une couleur professionnelle. Les cas canadiens mettent davantage l’accent sur la création de cours et le soutien, tandis que les cas européens sont axés surtout sur les programmes en ligne et l’hybridation de la formation. Quoi qu’il en soit, ces 20 cas font ressortir une variété de modèles de design, de fondements théoriques et de stratégies technopédagogiques. En ce sens, l’une des grandes forces de ce livre est, à notre avis, les nombreux appuis à la littérature scientifique (auteurs et modèles reconnus) dans chacun de ces cas. En effet, lorsqu’il est question, par exemple, du design de cours en ligne ou d’ingénierie pédagogique, des modèles connus (comme ADDIE et MISA) ainsi que des chercheurs réputés dans ce domaine (Lebrun, Paquette, Quintin et autres) sont évoqués. La plupart du temps, ces références scientifiques enrichissent les propos des auteurs et permettent d’approfondir les thèmes abordés. Nous pouvons citer en exemple le cas 6 où, pour aborder le design d’un module de cours en ligne, l’auteur traite et définit la scénarisation pédagogique comme étant un acte pédagogique: «La scénarisation n’a plus simplement pour but de stimuler l’apprenant et de lui permettre d’entrer en rapport avec un contenu d’apprentissage, mais bien de structurer et d’organiser son activité pour l’amener à apprendre dans un contexte signifiant» (Henri, Compte et Charlier, 2007, p. 18, dans Potvin, Power et Ronchi, 2014, p. 138). Dans cet exemple, c’est sur la base de cette définition que l’actrice concernée prend des décisions pédagogiques éclairées. Ces diverses références permettent donc d’appuyer scientifiquement les propos des experts et donnent des pistes au lecteur pour aller plus loin et poursuivre la réflexion. Toutefois, à ce niveau, un manque d’uniformité entre les cas est observé. Certains ne font référence qu’à quelques sources seulement (deux ou trois), tandis que d’autres réfèrent à près d’une trentaine d’auteurs.

Dans l’ensemble, le fil conducteur qui relie les cas les uns aux autres est un peu ténu. En effet, l’indépendance de chacun des cas entre eux, la diversité des contextes et des situations, de même que l’ordre alphabétique dans lequel ils sont présentés ne permettent pas de distinguer la cohérence interne de l’ouvrage. Une conclusion générale, synthétisant les éléments importants et faisant ressortir les principaux enjeux à retenir, aurait sans doute facilité une meilleure compréhension de l’ensemble. Les titres sont généralement pertinents et explicites, comme ce dernier: «Accompagner des projets professionnels en formation continue: le cas d’un certificat de formation hybride et immersive», mais certains auraient parfois pu être plus précis: «Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage» et «Des défis difficiles à prévoir». La simple consultation de ces deux titres, contrairement aux autres cas, ne permet pas au lecteur de saisir le thème qui sera abordé ni la clientèle, le niveau ou le domaine ciblé.

Le style narratif employé dans chacun des cas rappelle la forme d’un récit, comme énoncé plus tôt, et facilite la compréhension de la situation problématique évoquée par l’auteur. Bien que nous ayons relevé plusieurs erreurs grammaticales et syntaxiques, le style simple de l’écriture, le respect de la chronologie des événements, les réflexions métacognitives, les nombreux dialogues (verbatims) et les compléments d’information, permettent au lecteur, «d’entrer dans l’histoire», de vivre la situation décrite et même de ressentir les enjeux évoqués, et ce, du point de vue des acteurs. De façon générale, ces cas soulèvent des enjeux réels qui touchent concrètement la formation en ligne et amènent des réflexions pédagogiques pertinentes au regard de ce type de formation.

La lecture de ce livre a le mérite de mettre à l’avant-plan l’expertise professionnelle des CP/IP et permet au lecteur de mieux comprendre les différents rôles et responsabilités de ces derniers. Il permet de répondre à un réel besoin chez ces experts et pourra s’avérer rassurant et inspirant, on l’imagine, pour leurs collègues qui liront ces cas. Du point de vue des auteurs eux-mêmes, nous pouvons supposer que ces derniers ont cheminé quant à leur pratique réflexive, ayant dû décrire et documenter leur pratique et les situations vécues. D’ailleurs, même s’ils ne sont pas les premiers lecteurs ciblés par cet ouvrage, nous sommes d’avis que les chercheurs pourront y trouver des ressources utiles, grâce aux nombreux appuis scientifiques que contiennent ces cas. Cette lecture apparait enfin utile pour sensibiliser les formateurs quant à l’expertise des CP/IP, à leur rôle pivot et aux partenariats alors envisageables pour le développement de nouveaux projets en ligne.

Parties annexes