Certaines fonctionnalités pourraient être temporairement inaccessibles ce jeudi 29 septembre en raison d'une maintenance chez notre prestataire de service. Suivez l'évolution

Le dossier : L’approche biographique et l’approche narrative : contributions à l’intervention sociale

L’approche biographique et l’approche narrative : contributions à l’intervention socialePrésentation du dossier

  • Danielle Desmarais et
  • Annie Gusew

…plus d’informations

  • Danielle Desmarais
    Professeure associée, École de travail social de l’Université du Québec à Montréal

  • Annie Gusew
    Professeure associée, École de travail social de l’Université du Québec à Montréal

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès
Couverture de L’approche biographique et l’approche narrative : contributions à l’intervention sociale, Volume 32, numéro 2, automne 2021, p. 1-404, Nouvelles pratiques sociales

Les approches biographique (AB) et narrative (AN) ont connu des développements autonomes. Leurs origines respectives se situent dans la recherche en sciences humaines et sociales pour l’une et dans l’intervention sociale pour l’autre. Il nous est toutefois apparu qu’une comparaison de leurs contributions pourrait se révéler fructueuse tant pour la recherche que pour l’intervention sociale. Un examen de leurs convergences, sans pour autant délaisser leurs spécificités, concrétisées par leurs divergences, permettrait un enrichissement mutuel et un potentiel décuplé de possibilités pour les deux types de pratiques que sont la recherche et l’intervention sociale auxquelles nous ajouterons la formation. C’est le défi que nous avons voulu relever, avec les auteur.e.s qui ont apporté leur contribution au Dossier et aux Échos de pratique. L’approche biographique permet de regrouper un grand nombre de pratiques et d’appellations, transitant historiquement du récit de vie en tant que technique de collecte de données en recherche – en passant par l’histoire de vie, l’(auto)biographie – vers le développement progressif d’une méthodologie autonome en sciences humaines, sociales et éducatives qui se met aujourd’hui au service de trois principales finalités : la production de connaissances (recherche), l’amélioration du vivre individuel et collectif (intervention) et, enfin, la mise en forme de soi (formation). L’approche narrative avec des individus et des familles, de son côté, est définie de manière succincte par White et Epston (2003) comme « Une thérapie du raconter ». Par contre, cette définition n’englobe pas l’approche narrative collective qui vise plutôt à accompagner des communautés aux prises avec de la souffrance sociale ou un vécu traumatique (intervention) pour lesquels la thérapie n’est pas souhaitable ou n’a pas de référence culturelle (Denborough, 2012). Dans les deux cas, l’intervention cible le discours de personnes souffrant de l’internalisation d’un problème qui produit de l’aliénation et accompagne la personne, les groupes ou communautés concernés dans la recherche d’une alternarration potentiellement émancipatrice. Depuis ses débuts, les fondateurs et les tenants de l’AN travaillent à développer, enrichir et évaluer ses assises théoriques et à les traduire dans des pratiques d’intervention qui inscrivent les histoires de problème dans leur contexte culturel, historique et relationnel (recherche). Ils sont aussi animés par l’importance de diffuser et de partager les idées narratives pour les faire évoluer (formation). Dans ce qui suit, nous nous proposons de développer brièvement quelques-uns des grands thèmes qui étayent ces contributions. Nous débutons avec une énumération des convergences et spécificités de chaque approche, eu égard à leurs finalités. Suivent l’enjeu de l’élaboration de dispositifs axés sur la production de sens qui scelle le caractère clinique des deux approches, la question des positions respectives des protagonistes dans chaque approche et, enfin, l’enjeu double de la réarticulation de la temporalité et l’édification d’un monde meilleur en tant que retombées des processus biographique et narratif. Les principales contributions de l’approche biographique (AB) et de l’approche narrative (AN) à l’intervention apparaissent d’abord au niveau de leurs convergences. Soulignons d’entrée de jeu que les deux approches s’adressent aux individus, aux groupes ou aux collectivités. De plus, elles s’appuient sur une narration de soi dans une perspective temporelle dont l’horizon couvre toute la vie, dans l’AB et, de manière plus pointue, se concentre sur une histoire de problème vécu, dans l’AN. Dans les deux approches, cette démarche narrative repose sur une quête de sens. L’issue attendue de l’une ou l’autre démarche est une émancipation individuelle ou collective. Le langage – et ses différentes fonctions (prescriptive, performative, etc.) – est le principal support de chaque démarche, laquelle, comme toute démarche humaine significative, se concrétise dans un processus. Les deux approches partagent une vision socioculturelle du sujet en démarche …

Parties annexes