Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

Elmyna Bouchard. Illuminer le grain

  • Annie Lafleur

…plus d’informations

  • Une présentation d’
    Annie Lafleur

Corps de l’article

Le dessin, écrit Merleau-Ponty, nous concernera comme une parole décisive, il réveillera en nous le profond arrangement qui nous a installés dans notre corps et par lui dans le monde, il portera le sceau de notre finitude, mais ainsi, et par là même, il nous conduira à la substance secrète de l’objet dont tout à l’heure nous n’avions que l’enveloppe.

1969 : 208-209 ; nous soulignons

Image

Cahier de solfège page 1, 2006. Eau-forte et relief, 56 x 76 cm.

Cahier de solfège page 1, 2006. Eau-forte et relief, 56 x 76 cm.

-> Voir la liste des figures

Elmyna Bouchard emprunte la trajectoire clandestine des bouts de papier soigneusement encrés, étudiés, pliés, tandis que la table ferme l’ensemble aux quatre coins, qui débordent par la force des fragments étalés. Le trait ne stope jamais sa fuite spatiale, car il la conçoit sans arrêt dans l’action d’un étirement, d’une vrille, d’un jaillissement. Mais cette parole décisive qui prend de l’expansion le fait par murmures, soupirs, petits rires. Bien vite, ces oeuvres reconduisent la substance secrètede l’objet à la frontière de nos sens, sous l’emprise d’une tonalité qui évoque une odeur ou d’un tracé qui pique notre mémoire d’enfant. Elles nous ramènent par tendres extraits, là où l’oeil ne s’était pas posé depuis longtemps.

Le travail de l’artiste est constitué d’horizons purs dans lesquels notre perception devient un nombre transfini. Quelque chose d’inédit se pose incidemment avec autant de mémoire que d’étrangeté. Comme si, là, le soleil se levait selon sa propre équation algébrique. Cette science gravée propage avec assurance l’intense plaisir du tracé. Il transperce et propulse sa couleur comme un petit cavalier sur sa monture à travers tous les paysages possibles, pénètre le papier, rougit, respire et meurt en de forts éclats d’encre noire, finement perlés. Il éclate en jaune couronné ou sanglote tranquillement en fines rayures, dans la pulpe même du papier.

L’oeuvre d’Elmyna Bouchard est Stiftung, de sorte qu’elle « désigne […] cette fécondité indéfinie de chaque moment du temps, qui justement parce qu’il est singulier et qu’il passe, ne pourra jamais cesser d’avoir été ou d’être universellement » (ibid. : 96). En cela, les papiers agissent comme l’oscillographe qui note les variations d’une grandeur physique en fonction du temps : « Le but est de marquer sur le papier une trace de notre contact avec [l’]objet et [l]e spectacle, en tant qu’ils font vibrer notre regard, virtuellement notre toucher, nos oreilles, notre sentiment du hasard ou du destin ou de la liberté » (ibid. : 208). Ensembles, spectacle et objet inconnus, ils forment une vie de papier, un cosmos qui fait porte ouverte le temps d’un dessin. Si le tracé des collages s’achève brusquement, il réapparaît toutefois avec bonheur par cette mathématique imaginaire qui régit toute composition. Les règles planimétriques rêvent et se dispersent dans l’arabesque, « vers une signification qui n’était nulle part avant elle » (ibid. : 211).

Les vivres chromatiques sont renfloués au contact du support en de minuscules spectacles nucléiques, savante cadence aux pastilles colorées, galaxie sous-marine rallumée sur la plage en faisceaux paraboliques. La couleur parade comme un gros bonbon englouti, un peu fondu sur le pouce. L’oeuvre s’abandonne à une conquête d’illumination du grain, comme y parvient la neige ou le pollen sur fond d’atmosphère. Tout devient visible. Le papier retrouve une façon d’être sans synonyme.

L’artiste exprime et imprime avec grâce ce qui se cache au fond d’un pigment, sur la trame humide de l’encre, dans l’intime repli du papier, en une « résonance secrète par laquelle notre finitude s’ouvre à l’être du monde et se fait poésie » (ibid. : 209). Elle restitue les figurants au premier plan : la fibre, le grain, le pli, la tonalité doivent jouer leur vie, dans tous les costumes. Le rideau de théâtre est ensuite découpé et mis en scène comme autant de personnages en quête d’une petite pièce pour papier.

Image

Lipstick, 2006. Eau-forte, 33 x 57 cm.

Lipstick, 2006. Eau-forte, 33 x 57 cm.

-> Voir la liste des figures

Image

Petite pièce ouverte no 36, 2007. Encre, acrylique et collage sur papier, 56 x 76 cm.

Petite pièce ouverte no 36, 2007. Encre, acrylique et collage sur papier, 56 x 76 cm.

-> Voir la liste des figures

Image

Sans titre no 2, 2007. Encre et collage sur papier, 52 x 68 cm.

Sans titre no 2, 2007. Encre et collage sur papier, 52 x 68 cm.

-> Voir la liste des figures

Image

Petite pièce ouverte no 38, 2007. Encre et collage, 28 x 38 cm.

Petite pièce ouverte no 38, 2007. Encre et collage, 28 x 38 cm.

-> Voir la liste des figures

Image

Air de flûte, 2006. Lavis, eau-forte et relief, 56 x 76 cm.

Air de flûte, 2006. Lavis, eau-forte et relief, 56 x 76 cm.

-> Voir la liste des figures

Image

Petite pièce ouverte no 21, 2007. Encre et collage sur papier, 56 x 76 cm.

Petite pièce ouverte no 21, 2007. Encre et collage sur papier, 56 x 76 cm.

-> Voir la liste des figures

Image

Petite pièce ouverte no 5, 2007. Encre, acrylique et collage sur papier, 56 x 76 cm.

Petite pièce ouverte no 5, 2007. Encre, acrylique et collage sur papier, 56 x 76 cm.

-> Voir la liste des figures

Image

Morceau en U, 2006. Eau-forte et relief, 56 x 76 cm.

Morceau en U, 2006. Eau-forte et relief, 56 x 76 cm.

-> Voir la liste des figures

Image

Variation pulsative no 2, 2006. Eau-forte, 33 x 57 cm.

Variation pulsative no 2, 2006. Eau-forte, 33 x 57 cm.

-> Voir la liste des figures

Parties annexes