La restriction d’accès aux articles les plus récents des revues sous abonnement a été rétablie le 12 janvier 2021. Pour consulter ces articles, vous pouvez notamment passer par le portail de ressources numériques de l’une des 1 200 institutions partenaires ou abonnées d’Érudit. Plus d'informations

Recensions

L’agonie yougoslave (1986-2003) : les États-Unis et l’Europe face aux guerres balkaniques, de Renéo Luki´c, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2003, 613 p.[Notice]

  • Camille A. Monteux

…plus d’informations

  • Camille A. Monteux
    London School of Economics and Political Sciences

Comme l’indique l’auteur dans son introduction, « ce livre se veut avant tout une histoire politique de la désintégration de la République socialiste fédérative de Yougoslavie » (p. 1). Avec son commentaire de la genèse du rêve yougoslave du dix-neuvième siècle à la disparition de l’entité appelée Yougoslavie en 2003, Renéo Luki´c inscrit son livre dans une abondante documentation sur le sujet de la désintégration yougoslave. Cependant, loin d’imiter ses confrères plus ou moins illustres, R. Luki´c entend, tout d’abord, clarifier le débat sur cette désintégration en discréditant un certain nombre d’idées reçues, diffusées par de nombreuses études sur les guerres yougoslaves ; ensuite, il veut compléter le dialogue en étendant son analyse aux événements récents qui, bien que très étudiés, n’ont pas encore été traités dans une perspective qui inclut les autres conflits ayant ravagé les Balkans occidentaux à la fin du vingtième siècle. Son argumentation se déroule en trois temps : 1) une introduction approfondie des circonstances dans lesquelles s’est produite la désintégration ; 2) l’analyse détaillée des différents conflits et la complexité de leurs conséquences, qui ont contribué au dépeçage de la Fédération ; 3) un bref examen de la situation contemporaine au lendemain de la désintégration. Dans la première partie de L’agonie yougoslave, R. Luki´c expose ce qu’il considère comme les clés nécessaires à la compréhension des évènements qui ont embrasé la Yougoslavie des années 1990. Pour lui, les poussées nationalistes responsables de la dissolution de l’État multinational yougoslave ne sont que le continuum du processus global de quête de l’État-nation, développé au cours des dix-neuvième et vingtième siècles. Après une brève explication du contexte dans lequel s’est formée et a évolué la République socialiste fédérative de Yougoslavie (RSFY) sous Tito, R. Luki´c aborde ce qu’il considère comme la cause immédiate et déterminante de la désintégration yougoslave : la prise et la consolidation du pouvoir par Slobodan Milo?sevi´c au sein des institutions fédérales, fondant sa rhétorique ainsi que les bases de la culture politique serbe sur un nationalisme agressif panserbe. Le contexte nécessaire à la compréhension de la désintégration de la RSFY étant évoqué, le livre aborde ensuite les différents épisodes dramatiques qui ont mené la Yougoslavie à sa fin. De l’ouverture des hostilités en Slovénie au dernier conflit balkanique en Macédoine, en passant par les guerres de Croatie, de Bosnie-Herzégovine (BiH) et du Kosovo, l’auteur dépeint les tenants et aboutissants de la longue « agonie » yougoslave. L’évocation de ce récit lui permet de mettre en évidence un certain nombre de questions fondamentales et d’y apporter ses réponses. Selon R. Luki´c, les interventions militaires en Slovénie et en Croatie soulignent la distinction entre le « nationalisme de conquête serbe » et le « nationalisme de repli » slovène et croate, qui s’est développé par réaction (p. 194). Le fameux discours de Milo?sevi´c sur le « Champs des Merles », à l’occasion de la célébration de la bataille du Kosovo, la politique totalitaire serbe au Kosovo et en Vojvodine, la manipulation et le développement de la révolte serbe en Croatie, ainsi que le détournement de l’armée fédérale pour le projet « grande Serbie » sont autant de signes qui démontrent les visées impérialistes de Milo?sevi´c et qui mettent en cause sa responsabilité dans les évènements qui ont immanquablement mené à la mort de la Yougoslavie. Selon l’auteur, la communauté internationale se révèle incapable d’évaluer ce danger et d’y répondre de manière appropriée ; la guerre en BiH, conséquence directe de cette incapacité, en est la plus flagrante des preuves et un témoignage accablant. En ce qui concerne le conflit bosniaque, R. Luki´c prend résolument le …