In memoriam

Max Gros-Louis (Oné Onti) [1931-2020]

  • L’équipe de Recherches amérindiennes au Québec

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès
Couverture de Imaginaires, territoires et marginalisation, Volume 49, numéro 3, 2019, p. 3-94, Recherches amérindiennes au Québec

Au moment de publier ce numéro, nous apprenons le décès de l’ancien Grand Chef Max Gros-Louis qui a dirigé la Nation huronne-wendat pendant 33 ans : de 1964 à 1984, de 1987 à 1996 et de 2004 à 2008. Max Gros-Louis a été en 1969 l’un des fondateurs de la Fraternité nationale des Indiens du Canada, qui deviendra l’Assemblée des Premières Nations au début des années 1980. Grand leader et figure politique depuis plus d’un demi-siècle, Max Gros-Louis aura toujours valorisé le vivre ensemble tout en renforçant la fierté identitaire des membres de sa communauté. Toutes nos sympathies aux membres de sa famille et à ses proches. Nous vous invitons à visionner un extrait du film Les sept vies de Laurent Girouard sur notre site Internet qui montre un entretien entre Max Gros-Louis, un ami fidèle de notre revue, et Laurent Girouard, un de ses fondateurs.