La restriction d’accès aux articles les plus récents des revues sous abonnement a été rétablie le 12 janvier 2021. Pour consulter ces articles, vous pouvez notamment passer par le portail de ressources numériques de l’une des 1 200 institutions partenaires ou abonnées d’Érudit. Plus d'informations

Recherche

Présentation : L’antilibéralisme au Québec au xxe siècle[Notice]

  • Gilles Gagné et
  • Andrée Fortin

…plus d’informations

  • Gilles Gagné
    Département de sociologie
    Université Laval
    gilles.gagne@soc.ulaval.ca

  • Andrée Fortin
    Département de sociologie
    Université Laval

En octobre 2001, Recherches sociographiques, associée pour la circonstance avec le Département de sociologie de l’Université Laval et le groupe de recherche sur le XXe siècle québécois, renouait avec la tradition des colloques fermés de la revue en participant à la création des Séminaires Fernand-Dumont et en assurant de son soutien les organisateurs des premières éditions de ces séminaires. Selon le projet de ses initiateurs, Les Séminaires Fernand-Dumont sont des lieux de rencontre et de discussions bisannuels réunissant autour d’un thème commun un groupe de professeurs ou de chercheurs provenant de diverses disciplines. Dans la lignée des travaux engagés et scientifiques de Fernand Dumont, à qui ils rendent hommage, ils ont pour objectif général de stimuler les débats intellectuels sur les grandes questions qui traversent les sociétés occidentales et, partant, la société québécoise. Deux rencontres ont déjà été tenues, qui ont commencé à mettre en forme cette intention. Celle de l’automne 2001 s’intitulait L’antilibéralisme au Québec au XXe siècle et elle se proposait de revenir sur les critiques, théoriques et pratiques, du libéralisme au vingtième siècle afin de revoir dans la lumière de ces mouvements de contestation et de recherche les actuelles résistances au fameux néolibéralisme ; celle de l’automne 2003 s’intitulait Le Canada français. Son temps, sa nature, son héritage et elle voulait se faire l’écho des nombreux essais sur la nation québécoise parus depuis la fin des années 1980 et tenter un premier bilan de débats récents en histoire et en sociologie qui ont tourné autour de la question du Canada français, de ses gloires et de ses misères. Ces deux premières rencontres, organisées essentiellement dans le giron du Département de sociologie de l’Université Laval, ont réuni dans chaque cas et conformément à l’intention originale, entre trente et quarante personnes provenant d’une dizaine d’universités et d’autant de disciplines. Elles ont rencontré un accueil enthousiaste de la part de ceux et celles qui ont été invités à y participer et ont fourni une occasion exceptionnelle de confronter des perspectives et de développer à loisir des échanges intellectuels esquissés dans d’autres lieux. La rencontre de l’automne 2005, dont l’organisation ne relèvera pas du Département de sociologie de l’Université Laval, sera sans doute plutôt portée par un effort de prospective, si cela n’est pas trop s’aventurer que de le dire ainsi, vu que les organisateurs en sont encore aux réflexions sur le thème. En décidant d’associer la revue à cette série de rencontres fermées, notre intention n’était nullement de procéder à des choix ou de proposer des exclusives mais plutôt d’élargir la dynamique des échanges intellectuels, quitte à le faire dans un contexte qui donnerait à la discussion le temps dont elle a besoin. Baptisés en hommage à la mémoire de Fernand Dumont, les séminaires bisannuels tenteront de mettre en valeur une approche bien « dumontienne », c’est-à-dire une certaine tendance au recul, à la saisie seconde de la connaissance objective, et un certain goût pour la synthèse théorique des résultats de la recherche. Les thèmes, à portée universelle, qui les occuperont seront traités, comme c’est le cas chez Dumont encore une fois, mais aussi chez la plupart des sociologues de cette génération, à la lumière de leur signification pour notre société. Nous serons largement satisfaits si ces Séminaires parviennent à offrir à ceux qui étudient la société québécoise un lieu de rencontre où pourront se rejoindre les disciplines maintenant isolées des sciences sociales et humaines et si nous pouvons contribuer au dialogue entre les producteurs « primaires » de la connaissance spécialisée et les utilisateurs « secondaires » de ses résultats avérés. Comme c’est à …

Parties annexes