La restriction d’accès aux articles les plus récents des revues sous abonnement a été rétablie le 12 janvier 2021. Pour consulter ces articles, vous pouvez notamment passer par le portail de ressources numériques de l’une des 1 200 institutions partenaires ou abonnées d’Érudit. Plus d'informations

Comptes rendus

Michel Venne (dir.), L’annuaire du Québec, Montréal, Éditions Fides, 2004, 1007 p. [Notice]

  • Jacques Palard

…plus d’informations

  • Jacques Palard
    Institut d’études politiques de Bordeaux

Imaginez que vous ayez à concevoir un ouvrage dont l’objet est de présenter l’état des lieux du pays λ. Que vous deviez donc y traiter non seulement des grandes structures mais aussi de ce qui s’y transforme, des enjeux sociaux et politiques, du présent et de la prospective. Tracez quelques lignes directrices, donnez le ton, fixez les têtes de chapitres et prêtez-vous au jeu du casting et de la mise en scène : choisissez les scénaristes, attribuez les rôles, organisez la mise en musique de cette oeuvre symphonique. C’est ce véritable défi qu’a relevé de la meilleure manière Michel Venne dans la dernière édition de L’annuaire du Québec, version 2004. À l’ouverture de l’ouvrage, il faut commencer par se souhaiter bien du plaisir, c’est-à-dire tout à la fois du courage et du bonheur… Du courage, d’abord ! Faisons brièvement les comptes : plus de 1000 pages, en petits caractères et en une écriture dense qui aime à prendre appui sur des graphiques, des tableaux et des cartes – quelque 200 au total ; la contribution de plus de 130 auteurs, spécialistes dans leur domaine d’analyse et dont les investigations et les interprétations ne laissent aucun secteur d’importance dans l’ombre ; des références bibliographiques ; enfin, un index de huit pages. Le livre s’ouvre sur une présentation du Québec « en un coup d’oeil », qui donne les grands repères et dresse la toile de fond : le climat, l’occupation du sol, les principaux traits de la démographie ainsi que la chronologie, de 8000 av. J.‑C., période d’arrivée des premières peuplades autochtones…, à 2003, année de la reconquête du pouvoir par le Parti libéral. Puis se déroule une série de larges fresques, qui constituent la substance même de l’ouvrage : Mutations et enjeux de société. Là, dominent les idées de nouveauté et de défi : nouvel idéal, indiscutablement, mais aussi défis du libre-échange et du pacifisme, questions posées par un avenir démographique incertain en contexte de vieillissement rapide, enjeu de la cohésion sociale sur un territoire en forme d’archipel, débat constitutionnel qui se donne à voir comme toujours inachevé, peut-être parce que inachevable. Chronologie, de juillet 2002 à juillet 2003, qui est assortie de quelques portraits de grands disparus (Gérard Bergeron, Pierre Bourgault, Louis Laberge…) et l’année en photos sous l’objectif de Jacques Nadeau. Puis vient, en près de 400 pages et de 50 contributions, la pièce centrale : L’état du Québec, considéré dans sa population, son économie, ses systèmes de santé et d’éducation, sa culture et ses médias. La vie politique traite en profondeur du scrutin législatif du 14 avril 2003 et de ses leçons, et établit le bilan de l’administration et des politiques publiques. Le territoire retrace « les grands enjeux », au premier rang desquels « la valse des fusions / défusions », et porte également attention à la diversité des territoires : les régions de Montréal et de Québec, les villes intermédiaires et les régions périphériques. Enfin, Le Québec, le Canada, le monde situe la Province au sein de la fédération canadienne et sur la scène continentale et internationale. Du courage, donc, pour tirer le meilleur parti de ce vaste panorama, traité avec intelligence, mais aussi du bonheur ! L’annuaire du Québec 2004 est en effet l’heureux résultat d’une alliance entre la recherche et la vulgarisation, l’analyse savante et l’approche citoyenne. Les meilleurs spécialistes des questions traitées s’adressent à un public avant tout curieux et acteur de son devenir collectif. Le lecteur se retrouve ainsi invité tout à la fois à s’informer et à cultiver l’inquiétude intellectuelle ; ses centres …