La restriction d’accès aux articles les plus récents des revues sous abonnement a été rétablie le 12 janvier 2021. Pour consulter ces articles, vous pouvez notamment passer par le portail de ressources numériques de l’une des 1 200 institutions partenaires ou abonnées d’Érudit. Plus d'informations

Comptes rendus

Jean-Philippe Warren, L’engagement sociologique. La tradition sociologique du Québec francophone (1886-1955), Montréal, Boréal, 2003, 447 p.[Notice]

  • Jacques Beauchemin

…plus d’informations

  • Jacques Beauchemin
    Département de sociologie
    Université du Québec à Montréal

Jean-Philippe Warren retrace l’histoire de la sociologie québécoise depuis ses lointaines origines à la fin du XIXe siècle jusqu’à l’aube de la Révolution tranquille. Cette histoire est menée du point de vue de l’institutionnalisation de la discipline, mais surtout elle resitue cette dernière à partir des diverses « écoles sociologiques » ou, si l’on préfère, dans le cadre de ce qu’on pourrait appeler les grands paradigmes qui l’ont traversée. Le projet de ce livre est clairement balisé et le lecteur trouve facilement, chaque fois, les éléments conceptuels permettant d’éclairer l’un ou l’autre des paradigmes en question. De même, on resitue les influences intellectuelles favorisant leur émergence de manière à toujours restituer « l’air du temps ». Ces paradigmes seraient, selon Warren, au nombre de trois. La sociologie naissante se serait inscrite sous le paradigme leplaysien (branche tourvillienne) en vertu duquel la société doit être analysée en fonction du type d’organisation familiale qui y domine. Ce paradigme fonderait les travaux des toutes premières tentatives de théorisation de la société québécoise au cours des dernières décennies du XIXe siècle et verrait son influence s’atténuer dès le début du XXe. Il informe les travaux de Léon Gérin dont on fait ici et à juste titre le premier sociologue canadien-français. La sociologie de l’ordre (ou doctrinale) succéderait à cette première approche. Fondée pour l’essentiel sur la doctrine sociale de l’Église et sur les enseignements des encycliques tournées vers la restauration de l’ordre social dans les sociétés déchirées par la lutte des classes, elle tente de retisser le lien social. Elle recourt à des analyses empiriques visant à circonscrire les conditions de vie de la classe ouvrière, milite en faveur de la constitution d’une bourgeoisie canadienne-française capable de prendre en charge les destinées de la nation, s’inquiète de la survivance de cette dernière dans le contexte d’une américanité à laquelle elle consent pourtant à certains égards. Le dernier paradigme, celui qui domine la période 1940-1960, est caractérisé par l’institutionnalisation de la sociologie, en particulier grâce à la création de la Faculté des sciences sociales de l’Université Laval en 1943. L’auteur le rapporte à l’influence de la philosophie personnaliste et en particulier à la pensée d’Emmanuel Mounier. Les sociologues des années cinquante auraient été portés par le même souci du travail empirique qui avait caractérisé leurs prédécesseurs, mais en renonçant au projet doctrinaire que ceux-ci entretenaient. Il s’agit alors de penser la société québécoise du point de vue des acteurs en situation et de s’attacher à poser les conditions de leur émancipation. C’est la raison pour laquelle cette sociologie « lavalloise » aurait été si critique du traditionalisme, et du duplessisme qui l’incarnait, dans la mesure où cet enfermement traditionaliste semblait tourner le dos aux enjeux du présent. La thèse de fond consiste en ceci que, à l’encontre de ce qu’un certain sens commun sociologique véhicule, la tradition sociologique québécoise ne commence pas avec la création de la Faculté des sciences sociales de Laval, mais bien avant, avec les travaux précurseurs de Léon Gérin à la fin du XIXe siècle. Aux yeux de Warren, ne pas considérer la période antérieure aux années quarante procède d’une réflexion habituée à reconnaître dans la Révolution tranquille l’avènement véritable de la modernité québécoise. À ce titre, l’analyse à laquelle se livre l’auteur va bien au-delà de la mise au jour de la tradition sociologique et s’inscrit à sa façon dans le vaste débat portant sur la question de la modernité québécoise avant la Révolution tranquille. L’ouvrage s’inscrit donc en faux contre l’interprétation dominante en vertu de laquelle on ne saurait considérer comme relevant de la …