La restriction d’accès aux articles les plus récents des revues sous abonnement a été rétablie le 12 janvier 2021. Pour consulter ces articles, vous pouvez notamment passer par le portail de ressources numériques de l’une des 1 200 institutions partenaires ou abonnées d’Érudit. Plus d'informations

Comptes rendus

Carla Fratta et Élisabeth Nardout-Lafarge (dirs), Italies imaginaires du Québec, Saint-Laurent, Éditions Fides, 2003, 248 p. (Nouvelles études québécoises.)[Notice]

  • Carmen Mata Barreiro

…plus d’informations

  • Carmen Mata Barreiro
    Département de Philologie française
    Universidad Autónoma de Madrid (Espagne)

Le projet de cet ouvrage, dirigé par Carla Fratta et Élisabeth Nardout-Lafarge, est né dans le cadre des échanges interuniversitaires qui lient l’Université de Montréal et l’Université de Bologne, et plus spécifiquement, le Centre d’études québécoises de l’Université de Montréal (CÉTUQ) et le Centro Interuniversitario di Studi Quebecchesi de l’Université de Bologne. L’hypothèse à l’origine du livre est « que le Québec entretient avec l’Italie un rapport singulier » et que « le Québec se serait inventé [ ... ] une Italie spécifique, conforme aux besoins particuliers de son imaginaire, fidèle aux représentations de ses idéologies successives, marquée par les aléas de son histoire propre » (p. 7). Une première série d’articles analyse la genèse des représentations sur l’Italie au XIXe siècle et la manière dont elles se sont enracinées dans la société canadienne-française à la fin du siècle. Robert Melançon souligne la puissance de l’image de l’Italie construite et adoptée au Canada français par les ultramontains canadiens, qui diabolisent le Risorgimento et ses acteurs tels que Garibaldi ou Cavour. Aux dichotomies simplistes et manichéennes qu’expriment les récits des zouaves pontificaux canadiens, perçus comme des « nouveaux croisés », s’oppose la vision d’Arthur Buies, défenseur de Garibaldi et de la révolution de l’ « Italie-Une », et qui « n’était qu’une chemise rouge contre cinq cent cinq zouaves pontificaux » (p. 42). Pierre Rajotte étudie les récits des voyageurs canadiens-français du XIXe siècle, la représentation de l’Italie qu’ils y véhiculent et les stratégies auxquelles ils ont recours dans leur écriture. L’évocation du passé, « le voyage dans le temps », et l’exhumation d’un patrimoine littéraire qui a mis en scène les mêmes paysages auparavant déterminent que, dans ces récits de voyage, « l’Italie semble […] décrite indirectement, à travers une vision préexistante, un modèle culturel préétabli » (p. 60). Et Hans-Jürgen Lüsebrink souligne l’originalité des Lettres de Venise et de Rome (1890-1891) d’Edmond de Nevers où ce dernier évoque une Italie en pleine transformation et rapporte la puissance d’un nouveau nationalisme : la nouvelle Italie de Cavour et de Garibaldi représente pour lui une « vision utopique d’avenir, associant nationalisme, liberté démocratique et héritage culturel » (p. 76-77), dont il va s’inspirer dans ses livres futurs comme L’avenir du peuple canadien-français (1896). Une deuxième série d’articles concerne la présence d’Italiens au Québec et leur rôle dans les discours de reconfiguration de l’espace identitaire québécois. Bruno Ramirez analyse l’histoire de l’immigration des Italiens au Québec, la structure à caractère régional des populations italiennes à l’intérieur des principaux centres urbains du Canada dont Montréal, leurs valeurs et leur évolution dans leur processus d’acculturation. Il conclut qu’« Après un siècle d’immigration et d’acculturation au Québec, les Italiens sont plus qu’une simple minorité ethnoculturelle » et que leur présence dans le paysage métropolitain constitue « un apport solide au développement d’un authentique cosmopolitisme québécois » (p. 87). Pierre L’Hérault approfondit « L’intervention italo-québécoise dans la reconfiguration de l’espace identitaire québécois ». Il montre comment plusieurs jeunes intellectuels issus de l’immigration italienne ont construit un discours sur la culture immigrante dès le début de la décennie 1980 et comment ils ont forgé un « espace réflexif commun » à l’intérieur duquel chacun d’eux a eu des apports spécifiques. Et il explique les apports de Marco Micone, Lamberto Tassinari, Fulvio Caccia et Antonio D’Alfonso ainsi que les concepts qu’ils ont développés tels que « culture immigrante », « culture de transition » ou « triangulation des cultures » de même que l’apport de la revue Vice Versa, qui a fait circuler le concept « transculture » dans le champ …