In Memoriam

 

In MemoriamJean-Paul Montminy O. P., 1928-2018[Notice]

  • Simon Langlois

…plus d’informations

  • Simon Langlois
    Département de sociologie, Université Laval

Destiné par les Frères Prêcheurs (Dominicains) à l’enseignement de la pastorale, Jean-Paul Montminy, O.P., a plutôt fait carrière comme professeur au département de sociologie de l’Université Laval pendant trente-trois ans. Il était spécialiste de la sociologie de la religion. Né le 3 juin 1928 à Québec, Jean-Paul Montminy est décédé le 23 décembre 2018. Au terme de ses études secondaires au Petit Séminaire de Québec, il obtenait en 1950 son baccalauréat ès arts ainsi qu’un baccalauréat en philosophie de l’Université Laval. Après son entrée chez les Dominicains en 1951 et son ordination presbytérale en 1955, il a poursuivi pendant quatre ans des études en théologie au Saulchoir (Paris) où il a soutenu une thèse de doctorat. De retour au Québec, il s’est inscrit au département de sociologie de l’Université Laval en 1958, y obtenant le diplôme de maitrise en 1962. Au début des années 1960, le département de sociologie et d’anthropologie manquait de professeurs. Comme « le père Montminy » détenait un doctorat et achevait sa maitrise, Fernand Dumont, alors directeur du département, souhaitait le recruter, ce qu’il proposa au doyen de la Faculté des sciences sociales. Il connaissait de longue date Montminy puisqu’ils avaient été confrères d’études au collège classique. Le doyen accepta et il demanda à Mgr Louis-Albert Vachon, recteur de l’université, d’entreprendre des démarches auprès de l’Ordre des Dominicains dans le but d’autoriser l’engagement du père sociologue. Le recteur formula sa demande dans une lettre datée du 13 février 1962. Le père Thomas-M. Rondeau, Prieur de l’ordre, se montra cependant réticent à acquiescer à cette demande dans sa réponse à la lettre du recteur Vachon. « Concernant notre Père Jean-P. Montminy, il me faut vous dire d’abord que nous l’avions préparé pour l’Institut dominicain de Pastorale, où nous ne pouvons vraiment pas nous passer de ses services. À cette fin nous comptons sur lui pour l’année scolaire prochaine. En plus, pour la même période, nous songeons à lui confier une série de cours à notre Studium de théologie à Ottawa. (…) Cependant, je suis disposé à vous accorder le Père Montminy à ‘demi-temps’ (…) et ceci, pour la prochaine année académique seulement ». Les réticences du Prieur ont été contrées par l’intervention de Fernand Dumont auprès de la hiérarchie dominicaine et auprès des membres de l’Institut de pastorale à Montréal, ce qui a facilité cet engagement. Autorisé par son supérieur, Jean-Paul Montminy commença à enseigner au département de sociologie et d’anthropologie à demi-temps à l’automne 1962. Le 1er janvier 1964, Mgr Alphonse-Marie Parent, vice-recteur à l’enseignement et la recherche, lui offrit un contrat de « professeur auxiliaire » à plein temps, selon le statut administratif de l’époque. Il obtint son agrégation en 1967 et fut nommé professeur titulaire en 1971. L’université Laval comptait alors plusieurs prêtres dans son corps professoral. En 1964, le conseil universitaire décida « d’établir la parité entre la rémunération de ses professeurs ecclésiastiques et celle de ses professeurs laïques » et le père Montminy bénéficia alors d’une substantielle augmentation de traitement. Le 2 mars 1965, le recteur Vachon écrivit au père Rondeau pour lui faire part de son appréciation du professeur Montminy. Ce témoignage retrouvé dans les archives mérite d’être cité car il reflète bien l’esprit de cette époque. L’Université Laval était alors à l’aube d’une mutation interne importante à la suite de l’arrivée de nombreuses cohortes d’étudiants, et surtout d’étudiantes, sans oublier l’engagement de plusieurs professeurs laïcs, qui allaient en transformer le visage. La sécularisation de l’appareil administratif ne devait plus tarder. Par ses enseignements et par son engagement dans l’administration, Jean-Paul Montminy a contribué à mettre en oeuvre les changements …

Parties annexes