Comptes rendus

Lucio Castracani, Ils viennent pour travailler. Enquête ethnographique parmi les ouvriers agricoles migrants au Québec, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2019, 288 p.

  • Mircea Vultur

…plus d’informations

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès
Couverture de Identité professionnelle et changements structurels, Volume 60, numéro 2, mai–juillet 2019, p. 241-478, Recherches sociographiques

Le livre de Lucio Castracani, issu d’une recherche doctorale, aborde une question de grande pertinence et actualité dans le contexte sociétal québécois, marqué par la présence de nouveaux flux migratoires et par des métamorphoses importantes de la composition de la population active et des modes de production et d’organisation du travail, notamment dans le secteur agricole. En effet, l’auteur s’attache à décrire l’expérience de vie et de travail des ouvriers latino-américains qui arrivent au Québec dans le cadre des programmes de migration temporaire mis en place pour pallier la rareté de main-d’oeuvre dans les exploitations agricoles. Selon les données présentées par Castracani, ces programmes, qui ont connu un fort essor à partir des années 2000, ont amené au Québec, en 2017, environ 10 000 travailleurs, dont la majorité (97 %) provient du Mexique et du Guatemala. L’introduction et le premier chapitre posent le cadre théorique de l’analyse et décrivent la logique des programmes de migration temporaire, fondée sur « la marchandisation du travail, à travers la séparation de la force de travail de sa composante humaine, résumée dans la phrase “importer le travail sans le travailleur” » (p. 12) ; une logique qui s’inscrit dans une tendance lourde du capitalisme actuel caractérisé par la dépersonnalisation du travail (le rôle professionnel transcende la personne humaine). Des références aux auteurs classiques comme Marx ou Foucault et aux études postcoloniales sont mobilisées pour souligner la marchandisation des personnes, processus propulsé actuellement par « l’intervention régulatrice, voir coercitive de l’État » (p. 15). Si l’on fait des rapprochements de perspectives avec des processus plus anciens, on peut considérer qu’à la différence de la traite qui arrachait l’esclave à ses racines, l’actuel afflux de travailleurs migrants saisonniers est organisé de façon à maintenir ces travailleurs en lien avec leur pays d’origine et répond à des choix politiques et économiques assumés. Dans le chapitre 2, l’auteur expose la méthodologie de sa recherche fondée sur des entrevues semi-dirigées avec des travailleurs migrants et des chefs d’exploitations agricoles de même que sur l’observation participante. Castaracani a fait lui-même l’expérience du travail agricole, ce qui donne à son enquête une forte plus-value, qui ressort essentiellement dans la description quasi littéraire des situations de travail vécues et observées. Quatre autres chapitres structurent l’ouvrage, exposant les résultats de la recherche. Ces chapitres analysent les problèmes des agriculteurs soumis à la « pénurie » de la main-d’oeuvre, à la pression de la concurrence et à l’absence de relève, leurs attentes et représentations de la force de travail migrante, et l’expérience des ouvriers migrants pris entre les exigences des employeurs et la réglementation gouvernementale qui les encadre. En traitant de ces questions, l’auteur apporte des informations inédites sur le processus d’importation temporaire de la main-d’oeuvre immigrée et sur les personnes faiblement ou non qualifiées qui travaillent dans l’économie agricole québécoise : « une main-d’oeuvre très hétérogène qui s’inscrit dans un contexte encore plus hétérogène » (p. 109) ; des individus (majoritairement des hommes), travaillant souvent dans des conditions très dures, privés de facto de droits et de protections juridiques et, dans une certaine mesure, de l’exercice de la liberté de mouvement (les migrants ont des contrats nominatifs et sont confinés aux fermes dans lesquelles ils travaillent), soumis à un « contrôle paternaliste » par leurs employeurs et sans possibilité de profiter de l’opportunité d’un meilleur emploi ou de l’accès à la résidence permanente canadienne. Les histoires de vie racontées dans le livre nous font vivre le destin presque héroïque de quelques travailleurs migrants. L’aventure des déplacements pour le travail ne date pas d’aujourd’hui, mais les histoires des travailleurs que Castracani met devant nous …