Recensions  : Études, revues, livres

Cattin, M. (1993). Quelle formation pour les formateurs des enseignants primaires de demain? Repères et perspectives en Suisse romande. Genève : Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation, Cahiers de la section des sciences de l’éducation.[Notice]

  • Nicole Fortin

Revue des sciences de l'éducation, Vol. XX, n° 4, 1994, p. 787 à 808

Recensions

Cattin, M. (1993). Quelle formation pour les formateurs des enseignants primaires de demain? Repères et perspectives en Suisse romande. Genève: Faculté de psychologie et des sciences de l'éducation, Cahiers de la section des sciences de Péducation.

Ce soixante-quatorzième cahier de la section des sciences de l'éducation de l'Uni- versité de Genève rend compte d'une recherche réalisée dans le cadre d'un mémoire de licence. L'autrice y soulève la question de la formation des formateurs d'enseignants au primaire, question à peu près absente de la littérature et des débats actuels. Il s'agit d'une enquête auprès de responsables de la formation initiale, de responsables de la formation continue, de formateurs et de personnalités politiques qui proviennent de sept cantons de la Suisse romande. L'autrice s'interroge sur la nécessité d'une formation. Quel serait son contenu? Comment se justifierait-elle et serait-elle géné- ralisée? À quel moment aurait-elle lieu et serait-elle certifiée? Elle se questionne enfin sur le profil de ce formateur et sur les modalités d'embauché. Ces différents thèmes sont abordés dans des entretiens semi-structures. Dans la partie réservée à l'analyse, on nous décrit le point de vue des répondants sur la situation actuelle, d'une part, et sur la situation imaginée pour les années 2 000-2 010, d'autre part; puis l'on compare les réponses des différents groupes.

Voilà une recherche qui, par sa méthodologie, allie rigueur et ouverture. Tout au long du texte, on sent bien que l'autrice a un parti pris pour la mise en place d'une formation, mais les personnes interrogées ont l'espace nécessaire pour donner leur point de vue. De plus, bien que les résultats reflètent une situation particulière, celle de la Suisse romande, et que, de ce fait, ils ne soient pas générablisables, les questions soulevées sont pertinentes et pourraient être reprises dans d'autres contextes.

Pour qui veut mettre en place une formation des formateurs d'enseignants, cette lecture est sûrement intéressante et elle constitue un point de départ à la réflexion. Cependant, elle suscite autant de questions qu'elle apporte de réponses. On en sort avec l'envie d'en savoir davantage, de prolonger et d'approfondir les résultats. Ne faut-il pas y voir là l'indice d'une recherche réussie?

Nicole Fortin Université de Montréal