L'accès à la plateforme Érudit connaît actuellement un ralentissement, dû à un incident chez notre prestataire technique. Nous sommes désolés de ce désagrément et collaborons activement à rétablir le service. L'information sera mise à jour sur notre pageTwitter

Recensions

Roy, G.-R. et Désilets, M. (2005). Grammaire pour comprendre la phrase et les accords. Sherbrooke : Les Didacticiels GRM.

  • Annie Monette

…plus d’informations

  • Annie Monette
    Université du Québec à Montréal

Logo de Revue des sciences de l’éducation

Corps de l’article

Cette seconde édition mise à jour de l’ouvrage intitulé Grammaire pour comprendre la phrase et les accords offre une « vision renouvelée » (p. 7) de plusieurs aspects et particularités de la langue française en se concentrant sur l’organisation de la phrase et les relations existantes entre les différents groupes qui la composent.

Cette Grammaire s’adresse d’abord aux enseignants : elle se veut un outil pratique qui leur permettra, en contexte d’enseignement-apprentissage, d’aider les élèves « à comprendre les relations grammaticales comme un système relativement simple et présentant de multiples complémentarités » (p. 9). La matière y est présentée de manière à ce que les enseignants puissent se l’approprier et l’adapter, selon les besoins et le niveau scolaire de leurs élèves. En effet, le contenu théorique est ajustable et peut tout aussi bien s’adresser aux classes du primaire, du secondaire que du collégial. Cette flexibilité découle du découpage et de l’organisation générale de la Grammaire : en partant du plus simple au plus complexe, les règles grammaticales sont bien présentées et expliquées; il est donc possible pour l’élève de faire des apprentissages et d’acquérir des compétences en lien avec sa zone proximale de développement.

Les auteurs, s’inscrivant dans la tradition saussurienne, conçoivent la langue comme un système à l’intérieur duquel les accords et les structures verbales s’établissent selon un rapport de réciprocité. La Grammaire, dès lors, se construit sur le même principe et doit, par conséquent, « décrire ce système de manière simple et cohérente, même si l’objet de la description, la langue, n’est pas forcément simple ni totalement cohérent » (p. 10).

Les auteurs suggèrent de passer de la simple observation des faits langagiers à une compréhension et une application en contexte, par le biais d’opérations de conceptualisation et de résolution de problèmes. De la sorte, il devient possible, comme le préconisent les orientations ministérielles actuelles, d’acquérir des capacités transférables à d’autres domaines d’apprentissage tout en s’assurant de favoriser le développement de la compétence grammaticale.

Divisée en six parties, la Grammaire débute par l’explication de la base, soit le mot, pour évoluer progressivement vers l’organisation interne de la phrase.

La première partie consiste en une présentation de l’orientation donnée à l’ouvrage : les auteurs y décrivent les principes de base qui leur serviront de guides pour expliquer les différentes règles grammaticales. Ainsi, réaffirment-ils la nécessité de percevoir la langue comme un système et de favoriser une approche grammaticale en contexte. Ils préconisent de même une « construction basée sur l’observation » : les phénomènes grammaticaux doivent être comparés et rapprochés d’occurrences similaires, afin que l’apprenant puisse, par le biais de l’observation, découvrir les constantes, les différences et les pièges langagiers. Dans ce dessein, les auteurs proposent de se servir de quatre procédures (le remplacement, le déplacement, l’effacement ou l’ajout, la réversibilité) pour rendre spontanée l’utilisation des règles d’accord et de syntaxe en contexte d’écriture. Ces procédures servent d’ailleurs tout au long de la grammaire à expliquer et à illustrer les notions présentées.

La seconde partie se consacre au mot et à l’accord. Une définition du mot et de ses principales caractéristiques est d’abord présentée pour ensuite élargir l’horizon vers son accord selon le genre, le nombre et la personne.

La troisième partie présente sommairement les différents groupes (groupe du nom, groupe adjectival, groupe adverbial, etc.) susceptibles de composer la phrase. Chaque groupe se voit défini et expliqué par plusieurs exemples.

La quatrième partie traite des connecteurs ou marqueurs de relation. Une classification est proposée en fonction des différents types de connecteurs.

La cinquième partie traite de la notion de phrase et met en lumière ses différentes particularités. Les auteurs débutent par l’étude de la différence entre les groupes obligatoires et facultatifs; ils présentent les types de phrase par rapport à leurs formes et à leurs éléments.

La dernière partie s’intéresse à l’organisation de la phrase; elle met l’accent sur les rôles, les fonctions des différents groupes constitutifs ainsi que leurs incidences sur l’accord grammatical.

À ces six parties s’ajoute, en annexe, un complément d’informations. Les quelques notions présentées (les fonctions du mot « que », les coverbes les plus fréquents, l’accord avec le pronom « on ») n’ont pas proprement été abordées au cours de l’ouvrage, mais peuvent avoir fait l’objet de questionnement, par le biais des exemples donnés dans les différentes sections de la Grammaire. Finalement, une bibliographie sommaire (un peu moins de vingt titres) offre quelques pistes de lecture à l’enseignant qui souhaite poursuivre sa réflexion sur l’enseignement de la grammaire et sur l’acquisition des compétences grammaticales par les élèves.

La Grammaire pour comprendre la phrase et les accords présente l’avantage indéniable de fournir de nombreux exemples, judicieusement choisis, pour expliquer et illustrer chacune des notions abordées. Ainsi, le système de cette grammaire s’avère accessible et compréhensible; les exemples sont visuellement parlant, notamment par l’utilisation d’encadrés, de figures et de tableaux qui résument et synthétisent la matière abordée. Il est donc possible pour le lecteur de repérer rapidement la règle dont il est question et de saisir facilement les particularités grammaticales mises en jeu.