L'accès à la plateforme Érudit connaît actuellement un ralentissement, dû à un incident chez notre prestataire technique. Nous sommes désolés de ce désagrément et collaborons activement à rétablir le service. L'information sera mise à jour sur notre pageTwitter

Recensions

Galazzi, E. et Molinari, C. (2007). Les français en émergence. Bern, Allemagne : Peter Lang

  • Davy Bigot

…plus d’informations

  • Davy Bigot
    Université Concordia

Logo de Revue des sciences de l’éducation

Corps de l’article

Cet ouvrage traite de nouvelles variétés de français apparues en France durant les vingt dernières années, variétés résultant non seulement de facteurs démographiques, mais aussi technologiques. Plus qu’une simple description de variétés en émergence, les auteurs proposent une véritable réflexion sur le rôle de ces parlers dans des pratiques langagières contemporaines, mais également sur les implications que la variation en français peut avoir dans l’enseignement du français langue étrangère (FLÉ). À travers l’histoire de la langue, la sociolinguistique, l’analyse du discours, la sémiotique, la didactique du FLÉ ou encore la littérature et la linguistique, les seize articles qui nous sont offerts couvrent un éventail de thèmes qui poussent le lecteur à resituer la langue française dans son entière pluralité.

Le collectif se divise en deux sections. La première partie regroupe essentiellement des études de corpus. D’une première analyse sur le contraste existant entre le parler diffusé sur des stations de radio, telles que Skyrock ou Fun Radio (donc à caractère très informel), et celui employé dans des émissions beaucoup plus formelles (sur le canal RFI), on passe à une étude des vannes dans le discours de Jamel Debbouze, pour finir par une description de l’évolution d’un français dit commun intimement lié au langage des jeunes. Entre-temps, sont présentés des textes portant sur le langage de la presse écrite, la langue dans la littérature de Mohamed Dib ou encore la langue dans les nouvelles technologies. On se questionnera certainement sur l’agencement des deux textes présentés en début et en milieu de section, textes qui se détachent nettement par leur caractère soit trop historique, soit trop littéraire. L’ensemble de ces études illustre combien la norme du français se trouve dans une phase de mutation intense et qu’elle ne peut plus, en aucun cas, se limiter à la simple notion de bon usage.

La seconde section propose sept articles davantage axés sur des problèmes d’ordre didactique que sur la description du français. Plusieurs aspects sont abordés comme la prononciation des emprunts à l’anglais (notamment dans le langage informatique), le lexique du français (dans des ouvrages de type para-lexicographique comme Les mots de la mer ou le Dico des noms propres devenus noms communs, et dans le Petit Larousse 2006), les nouvelles stratégies d’apprentissage du français langue étrangère, ou encore les défis du français dans le contexte de la mondialisation. Il en ressort principalement que l’intégration des variétés en émergence du français dans l’enseignement du FLÉ peut s’avérer tantôt très pertinente (comme le démontre l’article de Jullion), tantôt problématique (dans le cadre du projet européen Galanet), et que le français doit inéluctablement redéfinir sa place dans une dynamique langagière mondiale particulièrement axée sur une politique de plurilinguisme.

Au final, nous retiendrons l’excellente qualité des textes présentés dans cet ouvrage, qui s’adresse non seulement aux didacticiens, mais aussi à tout linguiste désireux d’en connaître encore un peu plus sur l’évolution du français contemporain. Le seul reproche que nous ferons à ce collectif est lié à son organisation générale (peut-être brouillée par des titres de section peu évidents), susceptible de briser, à quelques reprises, la réflexion globale suscitée par les nombreux articles qui le constituent.