L'accès à la plateforme Érudit connaît actuellement un ralentissement, dû à un incident chez notre prestataire technique. Nous sommes désolés de ce désagrément et collaborons activement à rétablir le service. L'information sera mise à jour sur notre pageTwitter

Recensions

Lafortune, L. et Allal, L. (2008). Jugement professionnel en évaluation. Pratiques enseignantes au Québec et à Genève. Québec, Québec : Presses de l’Université du Québec

  • Hélène Meunier

…plus d’informations

  • Hélène Meunier
    Université du Québec à Montréal

Logo de Revue des sciences de l’éducation

Corps de l’article

Cet ouvrage présente les résultats d’une recherche collaborative réalisée en parallèle au Québec et à Genève. À l’aide d’entretiens, les deux équipes se sont penchées sur le processus du jugement professionnel dans les pratiques évaluatives des enseignants et enseignantes qui travaillent avec des élèves de 11 et 12 ans au primaire. Le livre se divise en deux parties. La première porte sur l’étude au Québec et comporte cinq chapitres. Le chapitre 1 décrit le cadre conceptuel qui permet de mieux comprendre le jugement professionnel dans un contexte d’évaluation. Les chapitres 2, 3 et 4 font état des résultats de l’étude québécoise, et on y trouve incluse une étude de cas qui analyse les facteurs d’influence sur le jugement professionnel. Trois logiques en ressortent : cumulative / quantitative, cumulative / qualitative et intuitive / cumulative. Le chapitre 5 décrit les principales conclusions de la recherche québécoise quant aux conséquences de l’exercice du jugement professionnel à partir des observations et des réflexions des différentes personnes qui ont collaboré à l’étude. La deuxième partie se divise aussi en cinq chapitres et présente l’étude genevoise. Le chapitre 6 explicite le cadre conceptuel de la recherche, le contexte et la méthodologie utilisée. Le chapitre 7 décrit les pratiques qui caractérisent le processus du jugement professionnel des enseignants et enseignantes lorsqu’ils doivent attribuer les notes dans le carnet scolaire des élèves. Le chapitre 8 aborde les pratiques évaluatives sous deux aspects : les adaptations que les enseignants et enseignantes apportent à leurs pratiques en fonction de leurs élèves ainsi que les différentes modalités de communication qui accompagnent l’attribution des notes dans le livret scolaire. Le chapitre 9 s’intéresse aux décisions relatives à la promotion et à l’orientation de l’élève et qui caractérisent le processus de jugement professionnel. En conclusion, le chapitre 10 propose une modélisation du jugement professionnel ainsi qu’une discussion sur la logique propre aux pratiques évaluatives des enseignants et des enseignantes, qui diffèrent des approches d’évaluation utilisées par les chercheurs pour les effets de l’enseignement dans le système scolaire. De plus, les conséquences possibles de l’étude pour le développement et la poursuite de recherches sur les pratiques évaluatives y sont décrites. En conclusion, Lafortune et Allal présentent une synthèse de ce qui ressort de ces deux recherches collaboratives, en s’appuyant sur les énoncés produits dans les chapitres 5 à 10. Finalement, elles proposent plusieurs perspectives d’accompagnement et de formation pour le développement du jugement professionnel auprès du personnel enseignant, ainsi que pour des recherches subséquentes dans le domaine.

Cet ouvrage permet de mieux saisir ce qu’est le processus du jugement professionnel en enseignement. Ainsi, on comprend mieux les raisonnements et les réflexions qui amènent régulièrement le personnel enseignant à porter un jugement, à donner une note ou à prendre des décisions. On y explique les différentes démarches qui accompagnent et caractérisent le jugement professionnel dans les pratiques évaluatives, que ce soit dans un contexte d’évaluation formative, sommative ou pronostique.