Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

Recensions

Parsons, S. et Branagan, A. Adaptation française de Boucher, H. (2008). De la pensée au langage : une approche structurée pour les élèves éprouvant des difficultés langagières. Montréal, Québec : Chenelière Éducation

  • Marie Labelle

…plus d’informations

  • Marie Labelle
    Université du Québec à Montréal

Couverture de Se former professionnellement : une dynamique individuelle et collective, Volume 37, numéro 2, 2011, p. 231-448, Revue des sciences de l’éducation

Corps de l’article

Ce livre est une traduction et une adaptation en français du programme de Parsons et Branagan visant l’intervention auprès d’élèves aux prises avec des difficultés langagières (Parsons, S. et Branagan, A. [2005]. Language for thinking : a structured approach for young children. Milton Keynes, United Kingdom : Speechmark Publishing Ltd). Le programme s’adresse aux enseignants intervenant auprès d’enfants âgés de 4 à 7 ans, aux enseignants en adaptation scolaire intervenant auprès d’enfants âgés de 4 à 11 ans, aux techniciens en éducation spécialisée, aux orthopédagogues et aux orthophonistes. Il peut être utilisé individuellement, en petits groupes ou avec un groupe classe. L’intérêt du programme est qu’il vise à amener les élèves à réfléchir sur le texte et à exprimer verbalement le fruit de leurs réflexions. Trois niveaux de langage sont identifiés : le niveau A concerne la capacité d’un élève à répondre à des questions générales de compréhension ; le niveau B vise à amener l’élève à lire entre les lignes et à faire des inférences ; le niveau C pousse l’élève à analyser et à raisonner. Trois modalités sont prévues : 1) Illustration et échange verbal, 2) illustration et lecture, et 3) lecture seule. Le but est d’amener l’élève à passer du niveau de langage A au niveau C, et de la compréhension verbale appuyée par une illustration à la compréhension en lecture sans illustration. Le livre comporte quatre parties bien identifiées, et les informations techniques sont claires. L’utilisateur ne devrait avoir aucune difficulté à s’y retrouver et à utiliser le programme comme il doit l’être.

Hélène Boucher aurait gagné à s’associer à une personne dotée d’une maîtrise plus fine du français au niveau stylistique. Le texte bénéficierait en effet d’une révision linguistique en profondeur pour en éliminer les québécismes et les problèmes stylistiques, notamment dans l’emploi de l’imparfait et du passé composé. Dans certains cas, la maladresse de la formulation mène à des difficultés de compréhension. Une bonne révision des récits aurait permis d’améliorer le français, d’éliminer des difficultés de compréhension inutiles et de rendre les récits plus naturels. De manière générale, les illustrations sont claires et bien faites. Mais dans certains cas, il y aurait matière à amélioration (par exemple, p. 129 : le récit dit que le pot de bonbons est au-dessus de l’armoire, mais l’image le présente au-dessus du réfrigérateur). De plus, lorsque les questions exigent de l’enfant une inférence ou un jugement personnel, cela doit être indiqué clairement dans la question (Comment penses-tu que Rachid a renversé le pot de peinture ?), ce qui n’est pas toujours le cas.

Le programme d’intervention de Parsons et Branagan est excellent, et malgré des faiblesses dans l’adaptation française, l’ouvrage est hautement recommandable.