Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

Recensions

Pollin, J.-P. (2009). Universités : nouvelle donne. Paris, France : Presses universitaires de France

  • Alexandre Beaupré-Lavallée

…plus d’informations

  • Alexandre Beaupré-Lavallée
    Université de Montréal

Couverture de Se former professionnellement : une dynamique individuelle et collective, Volume 37, numéro 2, 2011, p. 231-448, Revue des sciences de l’éducation

Corps de l’article

Le Cercle des économistes (France) est un regroupement d’économistes qui cherchent à favoriser les débats autour d’enjeux sociaux. Universités : nouvelledonne est présenté comme le point de vue de certains membres du Cercle sur les enjeux contemporains de l’enseignement supérieur français.

L’ouvrage comporte neuf chapitres. Le chapitre I traite de la réforme administrative des universités à la suite de l’adoption de la Loi sur les libertés et les responsabilités des universités, en 2007. Dans le chapitre II, on décrit les changements organisationnels qui devraient suivre l’adoption de cette loi. Le chapitre III propose de professionnaliser et de hiérarchiser certains aspects de l’Université, notamment la recherche. Quant au chapitre IV, il soulève l’enjeu de l’internationalisation des universités françaises. Le chapitre V permet d’examiner le parcours des étudiants au sein des différentes filières. Le chapitre VI porte sur la professionnalisation de certaines filières d’enseignement. Dans le chapitre VII, on s’attaque à la question de la sélection des étudiants. Le chapitre VIII cherche à ouvrir un débat sur les Grandes Écoles, les Universités, la Recherche et les liens qui les unissent. Enfin, le chapitre IX présente une comparaison entre la recherche en France et celle faite en Allemagne.

L’ouvrage se signale par plusieurs qualités et défauts. Tout d’abord, les conséquences des travers du système français sont très bien expliquées. Même si le diagnostic des travers relève souvent du postulat ou du on sait tous que. Ensuite, l’approche réflexive promue par le Cercle permet aux auteurs de proposer des diagnostics et des explications qui choquent, mais qui pourront sûrement susciter d’autres réflexions et faire émerger d’autres idées. Finalement, les auteurs font l’effort conscient de chercher à sortir du cadre strictement français et à inclure des éléments d’analyse tirés des processus de normalisation des études supérieures (Bologne, notamment) et des éléments de comparaisons internationaux (classements des universités, situations dans les autres pays).

Quelques aspects de l’ouvrage mériteraient une amélioration. Si les auteurs du document cherchent à obtenir un écho à l’échelle mondiale, il manque une mise à jour ou des comparaisons avec des systèmes plus alignés sur la licence, la maîtrise et le doctorat – LMD (les premier, deuxième et troisième cycles universitaires). Un texte de présentation du système français aurait été fort pertinent, par ailleurs. On comprend également que l’accent soit mis sur la réflexion et l’ouverture, mais on trouve très peu de références scientifiques dans les deux premiers tiers du livre. D’un point de vue externe, il devient difficile de séparer l’opinion du fait et le fait de l’analyse.

Malgré ces quelques bémols, Universités : nouvelle donne pourrait s’avérer utile pour repérer les points de vue d’une partie de l’opinion publique française au sujet des réformes (ou des tendances de réforme) en cours ou qui devraient être entamées dans l’enseignement supérieur français. Quelques analyses, fort pointues, pourraient permettre de jeter un regard comparatif, pour peu que l’on trouve un ouvrage similaire portant sur un autre système d’enseignement supérieur.