Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

Recensions

Maubant, P., Clénet, J. et Poisson, D. (2011). Débats sur la professionnalisation des enseignants. Les apports de la formation des adultes. Québec, Québec : Presses de l’Université du Québec

  • Nancy Granger

…plus d’informations

  • Nancy Granger
    Université de Sherbrooke

Couverture de La littérature de jeunesse : le lecteur, l’oeuvre, les passeurs et le passage, Volume 39, numéro 1, 2013, p. 7-255, Revue des sciences de l’éducation

Corps de l’article

Le présent ouvrage est issu d’un symposium dont le but était de rendre compte des recherches visant à analyser les interactions entre l’enseignant en formation et les différentes ressources formatives et contributives de son apprentissage professionnel. D’origines nord-américaine et européenne, ces recherches mettent en relief deux points de vue épistémiques : celui de la formation des adultes et celui de la formation des enseignants. La première perspective propose une lecture descriptive et compréhensive de l’apprentissage professionnel, à la fois par le rôle que jouent les stages dans la formation des futurs enseignants mais aussi l’étude de la construction des savoirs professionnels et des compétences développées afin de dresser un portrait des interactions entre formateur et formé. Le processus de construction identitaire et l’intérêt des dispositifs collaboratifs dans la formation continue sont aussi des champs de recherche explorés, et ils mettent en lumière toute la dimension éthique comprise dans les changements de paradigmes qui supposent une vision nouvelle de la formation des enseignants, que ce soit dans le cadre de la formation initiale ou de la formation continue. Dans la même foulée, la deuxième perspective traite de la problématique de l’alternance, questionnée d’abord sous l’angle des politiques de formation, puis sous celui des modèles d’analyse et des conditions qui favorisent une professionnalisation réussie.

Les différentes recherches réunies dans cet ouvrage posent la question de la forme que doivent prendre les dispositifs innovants de formation dans le but de stimuler la réflexivité chez les acteurs et de créer du sens en cours de formation. La valeur du travail collectif animé par une vision commune semble rallier les différents points de vue rapportés dans ce livre. Toutefois, si les conditions de la mise en place d’une formation mieux adaptée aux besoins des acteurs de terrain sont abondamment décrites, il revient au lecteur de colliger toutes les informations pour synthétiser les aspects à retenir et, à son tour, créer du sens autour de ces écrits. De plus, si on ne peut reprocher aux recherches présentées de nous donner accès à une diversité de modèles théoriques, on peut relever l’éclectisme des sujets traités et des angles d’analyse. Il peut s’avérer difficile pour le lecteur de suivre le fil d’Ariane d’un tel ouvrage. Cela dit, la contribution de ces auteurs apparaît des plus importantes, puisqu’ils font émerger de multiples questions.

En effet, comment peut-on accompagner les enseignants dans la transformation de leurs pratiques professionnelles en tenant compte à la fois des savoirs issus de la pratique et de ceux issus de la théorie ? Comment mettre à profit des théories comme celle de l’ingénierie de formation dans le cadre de la scolarisation des futurs enseignants ou dans la création de dispositifs propres à la formation continue ? Comment peut-on assurer des interactions entre formateur et formé qui permettent une régulation de l’agir en fonction de la création de nouvelles démarches d’action ? Comment intégrer au sein d’une formation basée sur l’alternance et la réflexivité une perspective éthique qui guiderait les actions et la construction des compétences professionnelles appropriées aux situations ? Voilà autant de questions qui sont abordées et qui méritent d’être approfondies par d’autres recherches dans le but d’adapter les dispositifs de formation aux besoins des apprenants et des milieux.