L'accès à la plateforme Érudit connaît actuellement un ralentissement, dû à un incident chez notre prestataire technique. Nous sommes désolés de ce désagrément et collaborons activement à rétablir le service. L'information sera mise à jour sur notre pageTwitter

Recensions

Pronovost, J., Caouette, M. et Bluteau, J. (2013). L’observation psychoéducative : concepts et méthode. Longueuil, Québec : Béliveau éditeur

  • Jacques C. Grégoire

…plus d’informations

  • Jacques C. Grégoire
    Université de Montréal

Couverture de Volume 40, numéro 1, 2014, p. 7-177, Revue des sciences de l’éducation

Corps de l’article

L’objectif de cet ouvrage est de mettre en valeur l’observation participante et d’encourager l’usage de cette opération professionnelle dans la pratique psychoéducative. La psychoéducation étant centrée sur les interactions individu(s)/environnement(s), il est aisé de comprendre pourquoi l’observation directe ou participante est privilégiée et pourquoi l’intérêt porte sur les comportements et particulièrement sur les notions d’adaptation. Ainsi, le premier chapitre fait état de la contribution de l’éthologie à l’étude des comportements, alors que le second présente nombre de perspectives touchant l’adaptation.

Par ailleurs, désireux d’enrichir l’opération professionnelle observation en y incluant un cadre d’analyse clinique, les auteurs abordent d’autres concepts-clés du domaine : l’interaction, la convenance ainsi que le modèle de la structure d’ensemble. Puis, en guise de préparation à la présentation de leurs derniers chapitres, ils traitent des comportements adaptatifs et rappellent la technique d’observation des comportements adaptatifs (TOCA) développée par Tessier. S’inspirant de cette dernière technique et des concepts d’interaction, de convenance et du modèle de la structure d’ensemble, ils proposent la méthode d’observation et d’analyse des comportements adaptatifs (MOACA) et l’outil d’observation, d’évaluation et de structuration d’activités de groupe (OOESAG).

Cet ouvrage s’avère formateur, d’abord parce qu’il souligne l’importance de l’opération professionnelle observation pour le psychoéducateur dont la pratique consiste à accompagner la personne en difficulté dans ses processus adaptatifs que révèlent au quotidien les interactions individu(s)/environnement(s). Puis, parce qu’il propose une excellente synthèse des concepts sous-jacents à cette opération et en illustre ainsi la richesse et la complexité. Ensuite, tout en rappelant les liens entre l’observation et les autres opérations professionnelles, parce qu’il montre l’incontournable contribution de l’observation à l’évaluation psychoéducative. Enfin, parce qu’il expose et met en valeur les importants travaux du psychoéducateur Tessier sur l’observation.

Cela dit, il aurait été utile, même s’ils ont été traités dans d’autres ouvrages-clés parus en psychoéducation, que soient davantage développés les concepts d’interaction, de convenance et même le modèle de la structure d’ensemble qui se retrouvent dans les nouvelles méthodes d’observation proposées. Et au sujet de ces nouvelles méthodes, bien qu’elles marquent un pas en avant dans le lien observation et évaluation psychoéducative, s’avèrent-elles faciles d’usage dans la pratique quotidienne ou alourdissent-elles celle-ci au point d’en perdre leur pertinence ?

En terminant, l’ouvrage constitue un bel exemple des travaux réalisés depuis quelques années pour présenter sur quels concepts empruntés à d’autres disciplines ou inhérents à la psychoéducation sont basées les différentes opérations professionnelles.