Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

Recensions

Périer, P. (2014). Professeurs débutants. Les épreuves de l’enseignement. Paris, France : Presses universitaires de France

  • Robert Dubois

…plus d’informations

  • Robert Dubois
    Université de Montréal

Couverture de La responsabilité en éducation : transformations, ruptures et contradictions,                Volume 41, numéro 1, 2015, p. 5-164, Revue des sciences de l'éducation

Corps de l’article

Comment devient-on enseignant ? Dans son ouvrage, l’auteur décrit avec une remarquable acuité l’insertion professionnelle des jeunes enseignants débutants au secondaire, qui se révèle être un véritable parcours du combattant. Dans le contexte déstabilisant d’un métier en crise identitaire et en voie de profonde mutation sociale et professionnelle, Périer analyse les épreuves qui questionnent et ébranlent profondément les professeurs débutants. Son enquête qualitative s’appuie sur 86 entretiens individuels de jeunes enseignants et s’articule sur trois parties qui représentent autant de crises à traverser pour ces jeunes volontaires confrontés à la ligne de feu qu’est la classe. La première partie montre l’épreuve de la dure réalité du métier d’enseignant qui déboulonne le métier imaginé. Les premiers cours font figure de véritables rites de passage hautement déstabilisants, surtout sur les plans de la complexe gestion de la bonne distance à établir avec les élèves et de l’expérience subjective de leur singularité. La seconde partie décrit d’abord l’épreuve de la négociation de l’autorité de l’enseignant dans un contexte d’affaiblissement social de son statut, où certains élèves et leurs parents sont loin d’offrir leur reconnaissance et leur coopération. Ensuite, les défis pédagogiques sont tout aussi prenants face à la gestion de l’hétérogénéité de la classe qui contrecarre la transmission des contenus et qui lui confère une singularité constamment en évolution. La troisième partie concerne la construction du métier à travers un rapport pragmatique, constituée de bricolages dans l’urgence, à la pratique individualisée toujours contextualisée.

Cet ouvrage compte plusieurs forces. D’abord, Périer s’appuie sans réserve sur le vécu cognitif, relationnel et émotionnel des jeunes enseignants, ce qui confère aux analyses de leurs pratiques une réelle légitimité. D’ailleurs, l’ouvrage est parsemé de témoignages de jeunes enseignants qui se révèlent extrêmement éclairants. Ensuite, l’auteur situe les épreuves existentielles et professionnelles des jeunes enseignants au coeur de l’âpre réalité de la classe et non pas dans une réalité scolaire idéalisée. Ce regard libéré de défenses idéologiques met en dialogue les difficultés des jeunes enseignants avec un contexte de crise d’une profession qui a perdu ses repères et ses bases. Finalement, l’auteur montre une profonde compréhension des aspects éprouvants, dévalorisants et souffrants du métier d’enseignant au secondaire, ce qui peut ouvrir un espace à une reconnaissance pour les hommes et les femmes qui acceptent quotidiennement, souvent dans les classes les plus difficiles, de s’exposer sur la ligne de feu.

Je recommande avec force cet ouvrage qui me paraît indispensable pour tous ceux qui s’intéressent à l’insertion professionnelle des jeunes enseignants au secondaire.