Articles

Éditorial : le contrôle corporatif nuit à la diffusion des connaissances en sciences de l’éducation

  • Vincent Larivière

…plus d’informations

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès
Couverture de Volume 46, numéro 3, 2020, p. 1-230, Revue des sciences de l’éducation

La diffusion des connaissances est au coeur du processus de recherche, peu importe la discipline. Avant la création des Philosophical Transactions of the Royal Society of London – première revue savante, fondée en 1665 – la diffusion des nouvelles connaissances était souvent faite par des démonstrations publiques où l’on pouvait observer, en direct, les nouvelles découvertes réalisées (Fyfe et Moxham, 2016). Elles étaient également disséminées par la publication de traités – qui mettaient en général plusieurs années à paraitre – ainsi que par l’intermédiaire de l’imposante correspondance épistolaire que les chercheurs entretenaient. Dans cette république des lettres, des passeurs, tels le père Marin Mersenne ou Henry Oldenburg, jouaient le rôle d’éditeurs en chef avant l’heure, choisissant les lettres qui méritaient d’être recopiées et transmises plus largement (Gingras, 2010). Avec l’avènement de l’imprimerie, les premières revues scientifiques sont venues faciliter la diffusion des résultats de la recherche et accélérer la production de nouvelles connaissances (Harmon et Gross, 2007). Au cours des 300 années qui ont suivi, le nombre de revues savantes a augmenté de façon exponentielle, porté par une croissance correspondante du nombre de chercheurs et par la création de nouvelles disciplines et spécialités (Price, 1963). Les revues ont ensuite consolidé, pendant la majeure partie du 20e siècle, leur position centrale dans le système de diffusion des connaissances (Meadows, 1979), en particulier dans les sciences naturelles et médicales (Larivière, Archambault, Gingras et Vignola-Gagné, 2006). En plus de permettre une diffusion plus rapide des connaissances, les revues ont établi les principes de la priorité scientifique et de l’évaluation par les pairs, et ont contribué à l’archivage systématique des connaissances scientifiques (Wouters, Sugimoto, Larivière, McVeigh, Pulverer, de Rijcke et Waltman, 2019). L’arrivée de l’Internet et, plus généralement, des technologies numériques, est venue bouleverser le paysage de l’édition savante au milieu des années 1990. Alors que certains considéraient l’Internet comme un moyen de résoudre les enjeux financiers liés à l’achat des revues, d’autres pensaient que ce réseau ne rendrait pas la diffusion des connaissances moins onéreuse (Mackenzie Owen, 2007). Dans l’ensemble, l’écosystème de l’édition savante, fragmenté entre universités et sociétés savantes nationales et disciplinaires, était mal équipé pour profiter de ces transformations numériques. En conséquence, plusieurs petits éditeurs et autres presses universitaires se sont tournés vers les éditeurs commerciaux afin de passer au numérique (Guédon, 2001). Cela a conduit à la situation où la diffusion des connaissances est concentrée entre les mains de quelques éditeurs à but lucratif, dont les couts deviennent intenables pour la communauté de la recherche et, plus spécifiquement, pour les bibliothèques universitaires (Shu, Mongeon, Haustein, Siler, Alperin et Larivière, 2018). En 2015, par exemple, plus de la moitié des articles scientifiques publiés dans les revues internationales étaient contrôlés par cinq éditeurs commerciaux : Elsevier, Springer Nature, Wiley, Taylor & Francis et SAGE Publications (Larivière, Haustein et Mongeon, 2015). À ces derniers sont associés des revenus de 19 milliards $ US annuellement, portés par des marges de profits de l’ordre de 40 % (Hagve, 2020). Tout cela étant facilité, bien sûr, par le fait que ni les auteurs, ni les évaluateurs, ne sont rémunérés pour leurs articles et évaluations. Le tableau 1 montre que les sciences de l’éducation ne font pas exception à cette tendance lourde : les cinq grands éditeurs commerciaux contrôlent près de la moitié (49,2 %) des articles publiés dans le domaine entre 2010 et 2020. De ces cinq éditeurs, Taylor & Francis est celui qui détient la part la plus importante, avec 22,6 % de tous les articles, suivi par SAGE Publications (9,1 %) et Springer Nature (8,1 %). Elsevier et Wiley, avec respectivement 4,7 …

Parties annexes