Articles

Rétrospective des activités rédactionnelles

  • Marc-André Éthier et
  • David Lefrançois

…plus d’informations

  • Marc-André Éthier
    Rédacteur en chef
    Université de Montréal

  • David Lefrançois
    Directeur
    Université du Québec en Outaouais

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès
Couverture de Volume 48, numéro 1, 2022, Revue des sciences de l’éducation

Cet éditorial de la Revue des sciences de l’éducation dresse un bilan annuel rapide et dégage quelques perspectives pour 2022-2023. La Revue s’est engagée en 2017 dans un processus de transformation qui s’est manifesté de diverses manières et qui se poursuit. Ainsi, le volume 47 fut l’occasion de diversifier les enjeux couverts par la Revue. Après avoir créé et développé les rubriques Lectio, Quaestio et Disputatio au cours des dernières années, nous avons lancé Argumenta permettant à des chercheur⋅se⋅s de prendre part à des discussions à l’intersection de controverses scientifiques, sociopolitiques et éducatives. L’équipe de rédaction a également mis en place des pratiques d’édition adaptées à la démarche de publication en continu, de plus en plus courante dans le milieu académique anglophone, mais encore rare chez Érudit. La période d’ajustement se terminant avec le présent volume, nous prévoyons réduire à moyen terme les délais de mise en ligne des articles. L’équipe a voulu reconnaitre aux recensions de monographies savantes récentes – c’est-à-dire aux comptes-rendus critiques – l’importance quantitative et la portée intellectuelle qu’elles doivent avoir, à la mesure de la portée intellectuelle. Grâce à l’engagement constant du responsable de cette rubrique, leur nombre a doublé par rapport au volume précédent. Ces initiatives ont certainement aidé à maintenir la position de tête de la Revue dans le classement des revues en sciences humaines et sociales les plus téléchargées (ce que Vincent Larivière, de l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information – Université de Montréal, faisait remarquer dans une note éditoriale qu’il a publiée dans notre troisième numéro du volume 47) et dans le renouvèlement de la subvention du CRSH, 2022-2025, pour le soutien aux revues scientifiques. Néanmoins, en tant que revue financée par le FRQSC, la Revue devra continuer sa mue pour s’adapter à l’implantation et au déploiement d’un plan de libre accès sans embargo adopté à l’échelle provinciale. Le FRQSC entend nous accompagner dans cette transition, notamment sur le plan financier, durant les deux prochaines années (2022-2023 et 2023-2024) afin de nous permettre de répondre aux exigences du plan en question. Enfin, nous attirons l’attention de nos lecteur⋅rice⋅s sur l’adoption, à partir de ce volume, du gabarit de mise en page d’Érudit récemment développé, dans le but de réduire les couts de production – anticipant le passage au libre accès complet des contenus de la Revue – et d’uniformiser la facture graphique des articles publiés en formats HTML et PDF. Bien entendu, de tels changements de nature éditoriale impliquent de repenser en partie les étapes de traitement et de publication des textes, ainsi que les interactions avec l’équipe d’Érudit, ce qui exige et exigera un temps d’adaptation de la part de la Revue. Bonne lecture !