Recensions et comptes rendusThéologie

Juliana M. Claassens, Writing and Reading to Survive : Biblical and Contemporary Trauma Narratives in Conversation (Bible in the Modern World, 74). Sheffield, Phoenix Press, 2020, 16 × 23,5 cm, 182 p., ISBN-13 : 978-1-9109-2878-3

  • Alexandre Kabera

…plus d’informations

  • Alexandre Kabera
    Faculté de théologie et sciences religieuses, Université Laval, Québec

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès
Couverture de Histoire vécue / Histoire écrite, Volume 75, numéro 3, septembre–décembre 2023, p. 317-471, Science et Esprit

Cet ouvrage met quelques récits de la Bible hébraïque faisant intervenir l’expérience du trauma en conversation avec des récits contemporains décrivant la même expérience. Professeure d’Ancien Testament, dont les champs de recherche sont la violence faite aux femmes et le trauma, J. Claassens développe une approche féministe en lien avec la littérature contemporaine. Elle souligne dans ce livre, l’importance de la « scriptothérapie », c’est-à-dire de verbaliser et d’exprimer le traumatisme vécu pour en guérir et surtout en survivre. Elle cite Toni Morrison affirmant que certains traumatismes sont tellement profonds que seuls les écrivains parviennent à les traduire et à transformer le chagrin en une réalité significative. Écrire les récits de trauma, de même que les lire, constitue un acte de survie. Son choix porte sur des personnages féminins de l’Ancien Testament et sur leurs attitudes par rapport aux traumatismes particuliers auxquels elles ont dû faire face. J. Claassens se donne comme objectif d’explorer comment ces récits anciens et modernes atténuent les expériences de douleur et de souffrance en face du trauma. Elle a pris le temps de lire les romans contemporains et les récits bibliques, ainsi que de s’immerger dans les traitements théoriques qui explorent l’intersection entre genre, traumatisme et littérature. Elle reprend l’explication que donne Ron Eyerman des traumatismes comme des événements choquants, entraînant des catastrophes intérieures qui laissent des blessures et des cicatrices mnésiques qui ne peuvent pas être facilement effacées. Or, l’un des effets psychologiques d’un événement choquant est la perte de la parole vécue par de nombreuses victimes du trauma. C’est pourquoi Claassens affirme à la suite de Van Der Kolk que les victimes de trauma ont besoin de récits du trauma pour devenir des survivants. Les récits du trauma incluent ici les récits bibliques qui émergent des événements catastrophiques tels que la destruction du royaume de Juda au VIe siècle. Ils incluent également les exemples de traumatismes cachés qui reflètent l’expérience des femmes marquée par la violence systémique d’une société patriarcale. Le livre est divisé en cinq chapitres. Dans chaque chapitre l’A. met en dialogue un livre biblique avec un ouvrage littéraire. Elle dégage des liens de ressemblance et des implications similaires. Le premier chapitre, qui porte sur la hantise du passé, aborde le trauma et le rétablissement dans les récits des mères moabites et ammonites du Livre de Ruth (Genèse 19) et le roman The Bookshop de Penelope Fitzgerald. Dans ces deux textes, les deux veuves survivent par elles-mêmes, par leurs propres capacités (p. 25-45). Le deuxième chapitre s’intéresse au récit de Rachel et au roman de fiction historique, The Light Between Oceans, de l’australienne Margot L. Stedman. De part et d’autre, il est question de l’infertilité, du deuil de la perte reproductive et du trauma lié au choc de la perte violente de ses enfants (p. 47-70). Le troisième chapitre évoque le trauma insidieux dans le récit de Rachel, Léa, Bilhah et Zilpah (Genèse 29-35) et une femme, Offred June, personnage central dans le roman de science-fiction The Handmaid’s Tale de la canadienne Margaret Atwood. Dans les deux récits, la parole est donnée aux femmes traumatisées, dont la vie se passe en secret, en silence, et dans les couvertures (p. 72-96). Le chapitre quatrième se consacre aux corps vulnérables : le viol de Dinah (Genèse 34) et le harcèlement de Middle Sister, une jeune femme narratrice dans le roman Milkman d’Anna Burns. Les récits bibliques et contemporains sur les traumatismes réussissent à capturer les effets profondément traumatisants de la violence sexuelle sur la vie des femmes de tous âges et partout dans le monde (p. 98-124). Le cinquième …