Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

Liminaire

  • Jean-François Cottier

…plus d’informations

  • Jean-François Cottier
    Université de Montréal

Corps de l’article

Quand, au début des années 1960, le rapport Parent proposa ladémocratisation des collèges classiques du Québec et une réforme desuniversités, il rejoignait la vision idéologique de la Révolution tranquille,soucieuse de faire entrer le Québec dans la modernité et de démocratiser lasociété. Mais, aussi légitime que puisse être l’idéal de ce mouvement de fond,il marqua, de fait, la fin des études classiques dans les écoles secondaires, eten particulier de l’enseignement du grec et du latin. Comme l’analyse finementBenoît Castelnérac dans un article consacré à cette question  [1] et comme l’explique très bien, en ladéplorant, le sociologue Guy Rocher, ancien membre de la Commission Parent, laconséquence en fut que :

L’ancienne hiérarchie que nous avons voulu défaire entre le collègeclassique et l’enseignement scientifique s’est reconstituée aujourd’hui,mais de façon inversée. Les sciences autrefois dévalorisées au Québec, sontà la pointe de la pyramide et cela particulièrement au secondaire et auCégep. Et les sciences sociales, et plus encore, les humanités souffrentd’une dévalorisation dans l’enseignement. Cette pyramide se retrouve mêmechez les professeurs de Cégep et d’Université  [2].

À la même époque, mais de l’autre côté de l’Atlantique, Jacques Brelcommençait à fredonner sa célèbre chanson Rosa (1962)  [3], dans laquelle il dénonçait un système scolaire obsolète placésous la tyrannie du latin, langue devenue le symbole odieux d’une sociétéélitiste. Ce « tango des bons Pères et des forts en thème » était aussi lecauchemar des « forts en rien » et le symbole à abattre de deux institutions,l’Église et l’École, qui voyaient leurs bases ébranlées par l’aggiornamento de ces mêmes années. Ainsi, entrès peu de temps, au nom de la modernisation et de la démocratisation, le latinquitta à la fois les autels et les salles de classe, passant du pinacle de lahiérarchie scolaire au rayon des vieilleries, n’ayant plus le droit de cité àl’âge atomique. Au Québec, cette désaffection pour les études classiques a,entre autres, eu pour conséquence d’entraîner l’oubli de tout le patrimoinelittéraire latin moderne, à un moment où justement, ailleurs dans le monde, lesétudes néolatines prenaient leur essor. Aussi les textes latins composés enNouvelle-France et au Québec n’ont-ils jamais vraiment reçu l’attention deschercheurs : les latinistes, par manque de temps ou d’intérêt, les autres, parmanque de maîtrise de la langue latine ou par rejet de ce qu’elle pouvait encorereprésenter idéologiquement.

Comme l’a écrit le grand néolatiniste Joseph Ijsewijn, l’un des très raressavants à s’être penché (rapidement) sur la question : « on n’a pas encore écritl’histoire du latin au Canada  [4] ». Toutefois, le terrain n’est pas complètement en friche,puisque plusieurs recherches ont été menées ces dernières années sur l’histoireintellectuelle et culturelle du Québec moderne, histoire dans laquelle la placeet le rôle du latin ont bien sûr été pris en considération. On peut doncs’appuyer, comme sur autant de guides très sûrs, aussi bien pour la méthode quepour les résultats, sur l’ouvrage pionnier qu’Yvan Lamonde a consacré àl’enseignement de la philosophie au Québec  [5], ou sur les travaux plus récents que Marc AndréBernier a menés, pour sa part, sur la rhétorique au xviiie siècle  [6], tandis que l’on peut se référer aux livres que les historiensClaude Galarneau  [7] etClaude Corbo  [8] ontpubliés sur l’enseignement dispensé dans les collèges classiques et sur lesystème scolaire québécois. Enfin, Rainier Grutman, en analysant la place dulatin dans le xixe siècle québécois a non seulement mis en évidence savaleur symbolique (« le latin signe de stratification sociale »), mais il lui aaussi rendu sa juste place au sein de ce qu’il nomme l’hétérolinguisme québécois(« La diglossie comme concurrence culturelle »)  [9].

Ces textes et cette tradition représentent néanmoins un point aveugle del’histoire littéraire et culturelle québécoise qu’il est temps d’explorer. Lesarticles qui suivent sont le résultat d’une première journée d’étude qui s’esttenue à l’Université de Montréal le 4 octobre 2009 dans le cadre du CRILCQ,journée où étaient réunis des spécialistes des langues classiques, de l’histoirede la Nouvelle-France et de la littérature québécoise. Les quatre premièrescontributions dressent un premier bilan de ce que nous savons sur les écritslatins de la Nouvelle-France (Jean-François Cottier), tout en ouvrant des pistesnouvelles et prometteuses, en approfondissant la question de la cultureclassique des Jésuites (Hajo Westra), en interrogeant les différents registreslinguistiques utilisés par les missionnaires dans leurs rapports avec lesAmérindiens (John Bishop) et en travaillant sur les questions de réécritureentre les sources en vernaculaire et la production d’une histoire officielle dela Nouvelle-France, rédigée pour sa part en latin (Amélie Hamel). Les deuxdernières contributions sont consacrées, pour leur part, au xixe siècle québécois et à ses racines classiques, avecl’analyse de l’hypotexte virgilien du roman Jacques et Marie de Napoléon Bourassa (Iréna Trujic) et aveccelle de la composition d’un recueil de textes destiné à l’apprentissage du grecet réalisé par John Larkin, alors professeur de philosophie au Petit Séminairede Montréal (Benoît Castelnérac). Ce double éclairage sur les écrits latins dela Nouvelle-France et sur la culture classique du xixe siècle québécois appelle d’autres travaux quiapprofondiront telle ou telle piste, ou qui en ouvriront de nouvelles eninterrogeant par exemple la littérature du xxe siècle.

Avant de laisser la parole aux différents collaborateurs de ce volume, il mereste à remercier chaleureusement le comité de rédaction de Tangence pour tout le travail accompli. Cesremerciements s’adressent en particulier à Marc André Bernier et Claude LaCharité présents à mes côtés dès les débuts de ce projet de recherche qu’ilsn’ont jamais cessé de soutenir par de nombreuses marques d’encouragement. Jeveux aussi exprimer ici ma gratitude à deux de mes collègues de l’Université deMontréal, Guy Laflèche et Dominique Deslandres, pour toutes nos discussions etleur aide toujours fidèle : Gratias eis agomaximas !

Parties annexes