Tourisme, sport et développement

Tourisme sportifUn essai de définition socio-économique[Notice]

  • Patrick Bouchet et
  • Malek Bouhaouala

…plus d’informations

PRÉSENTATION Tourisme sportif Un essai de défi nition socio-économique Patrick BOUCHET Professeur des universités Laboratoire Socio-Psychologie et Management du sport Université de Bourgogne patrick.bouchet@u-bourgogne.fr Malek BOUHAOUALA Maître de conférences Université Joseph Fourier Grenoble 1 malek.bouhaouala@ujf-grenoble.fr Le tourisme sportif ne peut se prévaloir d’un héritage et d’une tradition dans l’histoire des vacances, du tourisme ou du sport. Il semble être un produit aux contours fl ous et aux limites en cours d’identifi cation, caractérisé par la variété des métiers et des produits qui le constituent. En France, comme dans la plupart des pays occidentaux, l’intérêt porté au tourisme sportif est né d’un double mouvement. L’un décrit l’associa- tion et l’intégration croissante de pratiques et représentations traditionnellement véhiculées par le sport en tant que loisir dans les produits touristiques. L’autre caractérise l’amplifi ca- tion sociale des loisirs sportifs qui se fondent de plus en plus dans les pratiques sociétales, échappant ainsi au cadre spatio- temporel de l’univers sportif. En récusant l’idée de faire du tourisme un concept « cannibale » qui se déclinerait en catégo- ries en fonction des orientations choisies, le tourisme sportif semble relever d’un processus original de métissage dont les repères évoluent. Fondé à la fois sur l’évolution du sport classique vers les loisirs sportifs et sur la massifi cation et la diversifi cation du tourisme, le tourisme sportif revêt un intérêt croissant suscité par l’impact économique qui lui est associé et l’attractivité qu’il génère en raison des valeurs et des représentations qu’il véhicule (environnement, écologie, liberté, souci du bien être, etc.). Ces éléments porteurs font que la communication institutionnelle du tourisme se réalise de plus en plus avec le support des activités sportives (Pigeassou, 2002). En outre, sa dynamique provoque des débats qui sont au cœur de la réfl exion actuelle concernant le développement territorial, le commerce équitable et la gestion des ressources. Par ailleurs, le tourisme sportif ne constitue pas un secteur uniformé- ment identifi é dans tous les pays du monde comme cela peut l’être en Amérique du Nord, en Australie ou au Mexique, par exemple. Pour qui veut s’aventurer à connaître le tou- risme sportif dans la panoplie d’informations disponibles au niveau français ou au niveau international, le constat est double. D’une part, les données accessibles sont limitées et, hormis des revues comme The Journal of Sport and Tourism ou les Cahiers Espaces, proviennent généralement d’études commanditées par des agences spécialisées ou des organisa- tions (relevant de la puissance publique) qui publient des statistiques sur le tourisme en fonction de leur spécifi cité ou pour nourrir leurs propres projets. D’autre part, l’iden- tifi cation du tourisme sportif comme vecteur du tourisme est embryonnaire et très souvent limitée à une identifi cation des « sports structurants du tourisme » (Origet de Cluzeau et Vicérat, 2000 ; Kurtzman et Zauhar, 2003). Des réfl exions récentes sur l’objet « tourisme sportif » au niveau international Des travaux précurseurs de chercheurs s’interrogeaient sur ce qui est caractéristique du tourisme sportif. Le fait de par- ticiper aux grands évènements sportifs (Jeux olympiques, Championnats du monde, Coupe du monde…) associe des prestations touristiques à des services sportifs même si le consommateur est passif (Hall, 1992 ; Chalip, Green et Vander, 1998 ; Delpy, 1996 ; Gibson, 1998). La participation à des pra- tiques sportives ou à des loisirs sportifs sur un lieu de vacances constitue une autre catégorie d’observations combinant sport et tourisme (De Knop, 1987, 1990 ; Gibson et Yiannackis, 1992, 1994 ; Nogawa, Yamguchi et Hagi ...

Parties annexes