En raison des circonstances exceptionnelles dues à la COVID-19, Érudit souhaite assurer à ses utilisateurs et partenaires que l'ensemble de ses services demeurent opérationnels. Cependant, afin de respecter les directives gouvernementales, l’équipe d’Érudit est désormais en mode télétravail, et certaines opérations pourraient en être ralenties. Merci de votre compréhension. Plus de détails

Tourisme urbain

Les secteurs sauvegardés : des outils de tourisme urbain durable avant l’heure ?

  • Marie-Eve Férérol

…plus d’informations

  • Marie-Eve Férérol
    Docteure ès géographie (Clermont II), qualifiée maître de conférences en géographie-aménagement ; mefererol@gmail.com

Couverture de Tourisme urbain, Volume 38, numéro 1, 2019, Téoros

Corps de l’article

Dès ses débuts, le tourisme a noué des liens très forts avec la ville, que ce soit au niveau des pratiquants (individus au mode de vie urbain) ou au niveau du cadre (lieux avec une urbanité plus ou moins importante) (Clivaz et Lucas, 2011). L’étroitesse des liens entre le tourisme et la ville incite même Mathis Stock (2007) à inventer un nouveau concept : « habiter touristiquement la ville ». Pour lui, il n’y a pas que le résident qui habite la ville ; il y a aussi le touriste. Son idée, déjà ancienne, a encore du mal à être intégrée par les politiques ; en atteste la conférence récente[1] d’Olivier Bessy (2016) : « Le touriste, l’habitant absent des réflexions territoriales ». Cependant, si le touriste est l’oublié des politiques urbaines, l’habitant est également souvent négligé quand il s’agit d’études sur le tourisme urbain. Pourtant, de nos jours, de plus en plus de locaux « visitent » leur ville et profitent des événements ou des équipements destinés en premier lieu aux touristes.

Les interrelations entre tourisme, ville et urbanité invitent à s’interroger sur les politiques d’urbanisme. Sont-elles conçues, dès le départ, pour les habitants permanents ET pour les touristes ? Dans certains cas, n’est-ce pas le tourisme qui invite à repenser la ville et donc à entreprendre des travaux pour mieux mettre en valeur le patrimoine urbain (le monumental, les espaces publics…) et remanier l’espace (transport en site propre et/ou aménagement de berges) ? Pour répondre à ces interrogations, nous avons choisi de nous intéresser aux secteurs sauvegardés.

La Loi Malraux du 4 août 1962 instituant les secteurs sauvegardés a été pensée à l’origine comme une mesure de protection. André Malraux lui-même estimait que bien qu’il faille améliorer les conditions de vie et de travail des Français, il n’en fallait pas moins conserver le patrimoine architectural et historique. Cette finalité particulière incite aujourd’hui à se demander si ces secteurs sauvegardés n’ont pas été des outils de tourisme durable avant l’heure. Ils permettent en effet la protection du patrimoine (ressource non renouvelable), la valorisation d’une identité et l’amélioration de la vie locale en assainissant certains quartiers urbains et en leur assurant un développement commercial. Or, ces objectifs ne sont-ils pas les mêmes que ceux énoncés dans la Charte européenne du tourisme durable[2] ?

Afin de répondre à notre problématique qui est le lien entre les secteurs sauvegardés et le tourisme urbain durable, notre étude de cas est centrée sur la ville de Bayonne, pôle majeur du triptyque urbain littoral basque avec Biarritz et Anglet. Cette ville n’a pas été choisie au hasard. Elle présente l’avantage de se situer dans une région touristique ancienne, le Pays basque, sans avoir été elle-même vraiment touristique. Certes, le Guide Joanne lui consacre un chapitre, mais son auteur lui-même estime que « Bayonne n’a qu’un monument digne d’une visite ; c’est sa cathédrale », et que la seule promenade qui vaille la peine est celle des Allées Marines « aux délicieux ombrages » (Joanne, 1857 : 91‑92). À la fin du XIXe siècle, la ville est surtout une étape vers des destinations plus lointaines[3]. Et même si elle possède un syndicat d’initiative depuis 1905, elle n’est qu’un élément d’un circuit touristique dont le cœur est Biarritz.

Pendant très longtemps, Bayonne a essentiellement été connue pour ses fonctions commerciale, administrative et portuaire (voir les nombreux ouvrages de géographie régionale datant de moins de vingt ans et les entretiens menés sur le terrain). Aujourd’hui, une fonction supplémentaire conforte son assise économique : le tourisme. L’importance nouvelle de ce secteur nous interpelle. Comment expliquer sa croissance tardive ? Sur quelles bases s’est-il développé ? Il nous apparaît notamment nécessaire de nous interroger sur les incidences de la création du secteur sauvegardé en 1975 sur le développement touristique urbain et patrimonial de la ville et sur l’obtention tardive (26 ans plus tard) du label « Ville d’Art et d’Histoire ». Au-delà de ces questions propres à Bayonne, nous pouvons aussi nous demander, à l’instar de Maria Gravari-Barbas (2013 : 53), pour quelles raisons la patrimonialisation a gagné en puissance seulement de nos jours pour devenir une véritable fabrique de lieux investis ou réinvestis de sens et de symbolique alors que les tissus urbains sont protégés et restaurés depuis les années 1960 ? Par ailleurs, est-ce la patrimonialisation ou « l’extension du domaine » du tourisme qui finit par englober les villes peu ou prou patrimonialisées ?

Pour répondre à toutes les questions énoncées ci-dessus, notre réflexion s’est structurée en trois parties. Dans un premier temps, il est nécessaire de rappeler brièvement le cadre théorique de notre recherche, à savoir les liens qu’entretiennent mise en tourisme et mise en patrimoine, et de nous interroger sur la durabilité commune au tourisme et aux secteurs sauvegardés. Dans un deuxième temps, nous poursuivrons avec l’exemple approfondi de Bayonne en relatant sa mise en patrimoine, puis sa mise en tourisme, et nous terminerons en montrant en quoi son tourisme urbain peut être considéré comme durable. Il ne s’agit pas ici de faire un bilan de la stratégie touristique et culturelle de la municipalité de Bayonne[4], mais bien de juger de la compatibilité du tourisme urbain avec les principes du développement durable.

Cadrage théorique

La mise en tourisme des espaces urbains

Notre sujet traitant plus particulièrement des secteurs sauvegardés, notre cadrage théorique se fera essentiellement sous l’angle patrimonial et culturel, tout en sachant bien sûr que la mise en tourisme des espaces urbains peut découler de l’exploitation d’autres ressources, matérielles comme immatérielles.

Tourisme urbain : une définition complexe et tardive

Les recherches consacrées au tourisme en ville sont assez tardives puisqu’on en repère les prémices seulement à la fin des années 1960 et au tout début des années 1970, et encore, uniquement dans le milieu anglo-saxon (voir les travaux de Stansfield en 1964 et ceux en collaboration avec Rickert en 1970). Après quelques années de repli, il faut attendre les années 1990 et les travaux de Gregory Ashworth, de Douglas Pearce, de Stephen Page…, toujours des auteurs non francophones, pour vraiment entreprendre un travail de fond sur ce sujet riche en perspectives de recherche. Ashworth et Page (2011) montrent que le tourisme urbain couvre plusieurs thématiques, prouvant sa position au carrefour de différentes disciplines (économie, sociologie, histoire…). Dix ans plus tôt, dans un article intitulé « An Integrative Framework for Urban Tourism Research », Pearce (2001) avait également montré la nécessité de l’interdisciplinarité.

Fig. 1

Tableau 1 : Quelques contributions théoriques et conceptuelles à l'étude du tourisme urbain

Tableau 1 : Quelques contributions théoriques et conceptuelles à l'étude du tourisme urbain
Source : Ashworth et Page, 2011 : 12.

-> Voir la liste des figures

Pour Susan Fainstein et Denis Judd (1999 : 262), il existe trois types de villes dans lesquelles le tourisme urbain peut s’épanouir :

1) Resort cities are places created expressly for consumption by visitors ; the term tourism urbanization describes the development of such places;

2) Tourist-historic cities lay claim to a historic and cultural identity that tourists can experience. Sometimes these cities have been sites of tourism for a long time, but in many cases a program of conscious promotion and reconstruction of heritage has transformed them into tourist sites;

3) Converted cities have built an infrastructure for the purpose of attracting visitors, but the tourist space brought into being by this infrastructure is insulated from the larger urban milieu within a process of uneven development.

Cette typologie n’est pas la seule existante dans le monde anglo-saxon. En 2008, Bruce Hayllar, Tony Griffin et Deborah Edwards en donnent une autre, en indiquant à chaque fois les spécialistes de la question :

  • Tourist-historic cities (Ashworth et Tunbridge, 1990) ;

  • Tourism shopping villages (Getz, 1993) ;

  • Tourism business districts (TBD) (Getz et al., 1994) ;

  • Recreational business districts (RBDs) (Stansfield et Rickert, 1970 ; Meyer-Arendt, 1990) ;

  • Tourism destination area development (Travis, 1994) ;

  • Enclaves (Brohman, 1996 ; Rutheiser, 1997 ; Davis et Morais, 2004 ; Brenner, 2005) ;

  • Integrated beach resort development (Smith, 1992 ; Pearce, 1995).

En France, comme le rappellent Boualem Kadri (2007) et Philippe Violier (2012), l’intérêt des chercheurs pour le tourisme urbain est récent (l’un des premiers ouvrages dédiés au tourisme dans les villes date d’il y a à peine 20 ans ![5]) et son analyse, superficielle[6]. Cela est paradoxal si l’on considère que le phénomène touristique est fondamentalement urbain, aussi bien par les lieux pratiqués que par ceux qui le pratiquent ou l’organisent. Quoi qu’il en soit, et malgré le relatif retard en la matière, la plupart des chercheurs français se sont accordés sur une définition implicite de l’expression « tourisme urbain », à savoir les liens existants entre tourisme et ville (Coëffe, 2010 : 58).

Certains chercheurs, notamment ceux de l’Équipe MIT, ont cependant souhaité aller au-delà de cette définition simple mais opérationnelle. Plusieurs angles d’approche sont ainsi possibles pour approfondir l’analyse de cette relation entre ville et tourisme. Stock (2007 : 27), par exemple, choisit de réfléchir en termes de conception et d’urbanité :

L’expression française « tourisme urbain » censée désigner l’association entre « ville » et « tourisme » est plus ambiguë que les expressions allemandes [sic] (Staädtetourismus) ou anglaise (city tourism même si urban tourism existe aussi) pour lesquelles on insiste sur le terme ville plutôt que urbain et ainsi permet d’éviter la confusion entre ville et autres types de lieux urbains. D’une part, et c’est bien là l’une des avancées récentes dans le traitement géographique du tourisme, le tourisme peut être compris comme étant intrinsèquement urbain, car mis en œuvre par des citadins : en tant que touristes, mais aussi entrepreneurs et législateurs, intermédiaires, organisateurs du marché, etc.

Une typologie des lieux touristiques urbains peut aussi être établie. Gravari-Barbas (2013) distingue ainsi trois catégories : les stations, espaces urbains créés uniquement pour le tourisme ; les villes qui se sont adaptées a posteriori à la fonction touristique, fonction qui est devenue dominante au fil du temps ; et les villes qui demeurent polyvalentes sur le plan fonctionnel et qui tirent une partie de leurs revenus du tourisme. L’Équipe MIT (2011) propose une typologie encore plus fine, en précisant que les lieux touristiques peuvent changer de statut au gré des décennies.

Le tourisme urbain : un tourisme de court séjour dédié le plus souvent aux pratiques culturelles

Depuis quelques années, le tourisme urbain connaît un essor considérable. Pour Vincent Vlès (2011 : 14, citant l’ODIT, 2008), « les villes concentrent la plus forte consommation touristique en France (40 %), estimée à près de 25 milliards d’euros, dont 60 % sont le fait de touristes étrangers. Le voyage en ville justifie aujourd’hui 35 % des déplacements en Europe et connaît une croissance continue de 4 %/an ».

Les touristes urbains ne séjournent pas longtemps en ville (moins de trois nuits) et, si possible, dans des destinations proches de chez eux[7]. « Les escapades urbaines sont généralement des voyages supplémentaires que l’on effectue en complément des vacances traditionnelles, souvent plus longues. Il s’agit d’un moment privilégié pour échapper à la routine. » (Neault, 2011) Les touristes urbains peuvent même être des habitants du lieu. Vlès (2011 : 14) va jusqu’à parler de « tourisme endogène » pour qualifier ces pratiques. Rémy Knafou pour sa part cible plus directement les périurbains. Il en profite pour souligner que le secteur privilégié en ville est celui du centre. « Désormais, la majorité des urbains, comme des touristes par conséquent, n’habite plus les centres des villes. Schématiquement, on pourrait résumer le tourisme en ville comme la fréquentation des centres de ville par les périurbains […] Visiter touristiquement une ville, c’est trouver ou retrouver un accès à la centralité. » (2007 : 12)

De plus en plus, poussés par des campagnes de communication active de la part des municipalités ou simplement guidés par la curiosité, les locaux affluent dans les musées et participent aux animations tels les festivals qui se tiennent sur leur lieu de résidence. Ils peuvent également tout simplement avoir envie de renouer avec leur patrimoine, leur identité, et de mieux connaître leur ville pour, pourquoi pas, la faire apprécier aux visiteurs (comme le font les greeters[8]).

Bien que beaucoup d’équipements sont offerts aux touristes, il semble que la simple promenade soit la plus prisée. « L’une des particularités du tourisme en ville est qu’il se pratique essentiellement par la déambulation dans des espaces publics (places, rues, ruelles, traboules, terrasses, esplanades, jardins, cours…) : 70 % des touristes urbains déclaraient en 2007 avoir fait une promenade en ville pendant leur séjour et 54 % visitent la ville à pied. » (Vlès, 2011 : 5) Lors de ces flâneries, le touriste est, psychologiquement (Jansen-Verbeke, 1991), plus disposé à acheter, d’où l’expression anglaise leisure shopping que Gregory Ashworth et John Tunbridge (2000 : 111) expliquent ainsi :

[T]his is a broader category than tourist-related shopping although it may include the sale of souvenirs, and is not the same as the recreational business district which includes catering but is much narrower in its definition of both the customer and the facility […] Leisure shopping is not uniquely associated with city centres or with historic environments. But some characteristics of historic areas, especially small premises with direct access to high pedestrian flows, render them especially suitable, particularly if combined with other attractions.

Si le tourisme en ville prend des formes variées telles que tourisme de magasinage, tourisme d’affaires ou de congrès, tourisme gastronomique, tourisme culturel (monumental, muséographique, etc.), c’est ce dernier point qui retient la plus grande attention. Plusieurs auteurs ont fait le constat de l’assimilation (plus ou moins forte) entre tourisme urbain et culturel. Pour Gravari-Barbas (2013 : 14), « la culture, le tourisme et la ville entretiennent une relation étroite, construite depuis l’apparition du tourisme en ville en tant que phénomène social moderne. Le tourisme en ville est, de facto, culturel, le terme culture intégrant non seulement les créations artistiques mais aussi l’ensemble des expressions urbaines voire l’urbanité elle-même ». Pour Violier (2007 : 148), « le tourisme, en particulier celui dit urbain, doit être culturel malgré la complexité de ses éléments. L’alibi culturel pare le tourisme de toutes les vertus et le rend acceptable aux yeux de nombreux acteurs politiques […] On continue à considérer que le tourisme en ville est culturel car cela le rend acceptable et le distingue du tourisme de masse ». S’attachant aux Tourist-Historic Cities, Ashworth et Tunbridge (2000 : 56) sont encore plus précis en affirmant : « the overlap between heritage tourism and culture tourism is so close that the terms are often used synonymously ».

Bien souvent, ce tourisme culturel urbain naît de la mise en patrimoine de la ville. Mais la patrimonialisation[9] ne précède pas toujours la mise en tourisme ; quelquefois, c’est la mise en tourisme qui préfigure la mise en patrimoine.

Mise en tourisme et mise en patrimoine : laquelle influence l’autre ?

Quand la mise en patrimoine précède la mise en tourisme

Hier comme aujourd’hui (et malgré des périodes de moins grande attention), le patrimoine bâti sert de ressource au développement du tourisme en ville. La patrimonialisation précède ainsi la mise en tourisme. Aux XVIIIe et XIXe siècles par exemple, des villes comme Bruges, Venise ou encore Florence sont fort prisées, notamment lors du Grand Tour. De nos jours, et sans rentrer dans le débat concernant l’authenticité et l’originalité dans la matérialité, il est clair que la mise en valeur du patrimoine, souvent soulignée par l’obtention d’un label, participe à la valorisation de la qualité du lieu urbain et légitime une future mise en tourisme. Cette attention portée au patrimoine s’est accentuée dans les années 1960, après que les acteurs publics se soient rendu compte que la rénovation « à l’aveugle », sans réflexion préalable, avait grandement entamé notre héritage culturel et historique. « Le tourisme urbain a largement investi les espaces historiques requalifiés. Si le Marais, à Paris, est aujourd’hui un des hauts lieux de ce tourisme, c’est grâce précisément à l’émergence d’une nouvelle sensibilité qui a abordé sous un angle différent un tissu historique auparavant voué à la table rase. » (Gravari-Barbas, 2013 : 53)

L’embellissement du lieu urbain par la requalification des façades et plus largement par celle des espaces publics favorise la venue de touristes en ville. Ces derniers viennent consommer un cadre de vie embelli, une de leurs pratiques favorites étant la déambulation (Violier, 2007), à condition toutefois que de nombreux magasins et restaurants soient à leur disposition (Jackson, 1991). Si cette pratique concerne plus généralement les centres-villes, des quartiers périphériques au patrimoine spécifique trouvent aussi un nouvel attrait. Des usines désaffectées, transformées par exemple en complexes culturels, sont ainsi à l’origine d’un « tourisme hors des sentiers battus » (Gravari-Barbas, 2013).

Quand la mise en tourisme préfigure la mise en patrimoine

Dans d’autres cas, c’est la mise en tourisme qui enclenche la mise en patrimoine. Le regard de personnes extérieures au lieu, avec un œil neuf, favorise la reconnaissance de tels bâtiments ou de tels éléments architecturaux.

Le regard des touristes est investi d’un véritable pouvoir : mettre en lumière ce qui est vu, le dégager de l’invisible et de l’oubli. Ce pouvoir est une puissante marque de reconnaissance […] Le regard des touristes est le meilleur argument pour convaincre les résidents du lieu de son caractère exceptionnel, de sa dimension patrimoniale et, du coup, des nécessités de l’entretenir, de l’alimenter et de l’enrichir. (Lazarrotti, 2011 : 46 et 148)

Pour certains lieux, « l’un des moyens pour rester touristique est de patrimonialiser l’espace urbain » (MIT, 2011 : 227). Les meilleurs exemples pour illustrer ce constat sont les stations thermales, notamment celles du Massif central, qui ont su sublimer leurs édifices, thermaux ou non, avec la mise en scène de leur passé touristique (Férérol, 2015a). Certains de ces bâtiments ne sont plus utilisés dans leur fonction première mais retrouvent une seconde vie en devenant des buts de visite grâce à leur architecture particulière et originale ou par leur reconversion en équipement culturel.

Enfin, la mise en patrimoine peut aussi jouer comme un accélérateur de la mise en tourisme (Lazzarotti, 2011). Dans la plupart des cas, une inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) renforce l’attractivité touristique des villes concernées.

Le but de cet exposé est donc d’obtenir une meilleure connaissance du tourisme urbain, en nous demandant si les secteurs sauvegardés ont été des outils de tourisme durable avant l’heure. Notre angle d’approche étant la durabilité, il est temps de passer à notre second point et de nous intéresser aux éventuelles interactions entre « tourisme urbain durable » et « secteurs sauvegardés ».

Une durabilité commune au tourisme urbain et aux secteurs sauvegardés

Le tourisme urbain durable : un concept qui déborde le champ de l’environnement

Qu’est-ce qui se cache derrière l’expression tourisme urbain durable ? En fait, deux concepts sont ici liés : la ville durable et le tourisme durable. Plusieurs chercheurs, notamment les Anglo-Saxons, se sont penchés sur la définition de « ville durable » (Charlot et Outrequin, 2009). En ce qui nous concerne, nous adopterons le parti de Cyria Emélianoff (2003 : 27-28) dont la définition met l’accent sur les notions d’identité, de qualité de vie et d’équilibre :

une ville durable est une ville capable de se maintenir dans le temps en gardant une identité et son dynamisme, capable aussi d’offrir une qualité de vie en tous lieux dans une mixité sociale et fonctionnelle, capable enfin de se réapproprier un projet politique, à la recherche d’un équilibre sur le plan écologique et social vis-à-vis du territoire et de la planète.

Ce cadre conceptuel renvoie à plusieurs facettes de la durabilité et permet d’intégrer à nos propos des problématiques qui tiennent aussi bien à la protection de l’environnement, aux liens sociaux et culturels qu’aux activités économiques.

La durabilité du tourisme s’entend d’abord par le maintien à long terme de l’activité touristique dans un lieu donné. Cette acceptation renvoie aux travaux de l’équipe MIT (2011) sur l’adaptabilité et donc sur la pérennité des lieux touristiques grâce à la réactivité des sociétés locales. Le terme de durabilité recouvre également les aspects du tourisme durable tels que l’entend la Charte de Lanzarote de 1995[10]. Cette Charte prévoit ainsi que

le tourisme doit être supportable à long terme sur le plan écologique, viable sur le plan économique et équitable sur le plan social pour les populations locales […] Il doit respecter les équilibres fragiles qui caractérisent de nombreuses destinations touristiques, améliorer la qualité de vie de la population et contribuer à l’enrichissement socio-culturel […] Enfin, l’activité touristique doit considérer ses effets induits sur le patrimoine culturel et sur les éléments, les activités et la dynamique traditionnels de chaque population locale. La reconnaissance de ces facteurs locaux et le soutien de leur identité, de leur culture et de leurs intérêts doivent être des points de référence incontournables lors de la conception des stratégies touristiques.

Au final, le tourisme urbain durable est une déclinaison du développement durable dans toutes ses dimensions, dans un espace particulier : l’espace urbain. Toutes les composantes du développement durable que recouvre ce concept se retrouvent également dans la « philosophie » des secteurs sauvegardés.

La « philosophie » des secteurs sauvegardés : protéger, donc transmettre aux générations futures

Après la Seconde Guerre mondiale, la France voit se multiplier d’importants travaux de rénovation urbaine. On fait table rase du passé pour pouvoir construire des quartiers d’immeubles et des centres commerciaux flambant neufs, mais à l’urbanisme et à l’architecture quelquefois contestés et contestables. Cette volonté de rénovation s’explique aussi par la lutte contre l’insalubrité dont souffrent les quartiers populaires du centre-ville. Ces « rénovations-bulldozers » portées par le courant moderniste finissent toutefois par être critiquées par les habitants. Ces derniers, souvent de condition modeste, sont en effet contraints de déménager dans de nouveaux quartiers périphériques. D’autres personnes, plus sensibles à l’aspect patrimonial, s’élèvent aussi contre cette pratique qui, selon elles, condamne à l’oubli certains pans de l’histoire urbaine. En détruisant des îlots, certes insalubres, on efface la mémoire des villes.

Conscient des dérives de la politique de rénovation urbaine, André Malraux, alors ministre de la Culture, décide d’instaurer en 1962 les secteurs sauvegardés, zones urbaines dont la valeur historique, architecturale et urbaine justifie une protection au titre de patrimoine d’intérêt national.

La lutte contre la crise du logement, qui s’est abattue sur notre pays avec son cortège de misères, de drames familiaux et humains, nous a fait laisser trop longtemps au second plan la sauvegarde et la protection de notre patrimoine immobilier de caractère historique ou culturel. Mes prédécesseurs ont paré au plus pressé depuis 10 ans. On a monté une immense machinerie, qui est un peu l’orgueil de la France, consistant à construire à un rythme de plus en plus grand, mais il faut bien dire que cette immense machinerie a abouti malheureusement trop souvent à la construction de véritables murs de béton, à la création de grandes casernes ou encore à la construction de grands ensembles sans esprit et sans âme. (Pierre Sudreau, ministre de la Construction, 1961, lors de la discussion au Sénat de la Loi sur les secteurs sauvegardés ; propos rapportés par Backouche, 2013 : 375)

Ces zones, fruits d’une étroite collaboration entre l’État et la commune concernée, vont être soumises à des règles particulières de restauration et de transformation des immeubles tant intérieures qu’extérieures, règles qui seront réunies dans un document d’urbanisme intitulé « Plan de sauvegarde et de mise en valeur » (PSMV).

L’intérêt de la loi Malraux est double : d’une part, c’était la première fois qu’on protégeait non plus un simple édifice mais un ensemble urbain ; d’autre part, elle avait l’intelligence de concevoir la dynamique urbaine vis-à-vis de la ville existante. L’autre enseignement que nous pouvons tirer de cette loi est que 25 ans avant le rapport Bruntdland[11], les composantes du développement durable se devinaient en arrière-fond. Les secteurs sauvegardés devaient permettre en effet la protection d’une ressource non renouvelable (le patrimoine), la valorisation d’une identité et l’amélioration de la vie locale en assainissant certains quartiers urbains.

Il existe aujourd’hui en France une centaine de secteurs sauvegardés (103 exactement en 2012) dont la création est antérieure aux années 2000 ; celui de Bayonne date de 1975.

Bayonne : « De l’espace urbain protégé à l’espace urbain consommé » (expression de Leduc, 2015)

Sise sur les bords de l’Adour et de la Nive et en direction de l’Espagne (illustration 1), Bayonne est devenue au fil des siècles une ville portuaire, industrielle et bien entendu commerçante. Une autre de ses fonctions importantes est la fonction militaire. Du fait de son histoire et de sa position frontalière, Bayonne a en effet été choisie pour être une place forte ; de ce choix a découlé la construction de châteaux forts, de la citadelle Vauban sur la rive droite de l’Adour[12] et de plusieurs ceintures de remparts.

Fig. 2

Illustration 1 : Bayonne vue du ciel

Illustration 1 : Bayonne vue du ciel
Source : © Mairie de Bayonne

-> Voir la liste des figures

De nos jours, Bayonne (48 178 habitants en 2014) est à la tête d’une aire urbaine de 293 987 personnes. Elle est toujours la capitale administrative du Pays basque avec la présence d’une antenne du Conseil départemental, de l’Agence d’attractivité et de développement touristiques, du Tribunal d’instance, de formations universitaires. Bien que le trafic ait baissé, Bayonne est encore considérée comme une ville portuaire associée à des industries dynamiques comme l’aéronautique. Mais aujourd’hui, elle a une nouvelle corde à son arc : le tourisme. Si cette nouvelle fonction a pu se développer, Bayonne le doit aux travaux qui ont suivi la création du secteur sauvegardé par arrêté ministériel le 5 mai 1975.

La création du secteur sauvegardé avec un grand absent : le tourisme

Contrairement à Lyon où « l’une des ambitions de départ est d’attirer des touristes par l’évocation du XVIe siècle » (Lazzarotti, 2011 : 162), les raisons qui expliquent ici la création du secteur sauvegardé reposent uniquement sur des préoccupations d’ordre hygiénique et économique. Bien que les travaux aient commencé dès 1975, la rédaction finale du Plan de sauvegarde fut tardive : 2006. Or, à cette date-là, aucune ligne n’était consacrée au tourisme ! Nous insistons sur ce point pour bien montrer que pour les élus et les techniciens de l’époque, le tourisme n’avait pas lieu d’être ; il y a dix ans, ils ne voyaient aucune relation entre ce dernier et la mise en valeur du patrimoine et l’attractivité du centre-ville.

La délimitation choisie

Le secteur sauvegardé de Bayonne couvre une superficie de 82 hectares qui comprend les quartiers du Grand et du Petit Bayonne ainsi que leur ceinture de remparts datant de Vauban (illustration 2).

Fig. 3

Illustration 2 : La délimitation du secteur sauvegardé et quelques vues de monuments historiques

Illustration 2 : La délimitation du secteur sauvegardé et quelques vues de monuments historiques
Sources : © Plan Mairie de Bayonne ; photos Marie-Eve Férérol, 2016

-> Voir la liste des figures

Si le centre ancien de Bayonne recèle peu d’édifices d’envergure (moins de dix monuments historiques classés et la cathédrale gothique inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l’humanité au titre des « chemins de Saint-Jacques de Compostelle »), il constitue en lui-même un monument urbain remarquable. Son caractère réside en effet dans l’harmonie produite par un habitat domestique très dense, édifié au fil des siècles sur un parcellaire médiéval (illustration 3). Ses richesses sont discrètes, voire secrètes : ferronneries raffinées, innombrables cages d’escaliers, caves médiévales…

Fig. 4

Illustration 3 : Un parcellaire en lanière avec des maisons étroites

Illustration 3 : Un parcellaire en lanière avec des maisons étroites
Source : © Mairie de Bayonne ; photo Marie-Eve Férérol, 2016

-> Voir la liste des figures

Les objectifs du Plan de sauvegarde et de mise en valeur

À Bayonne, il n’y a pas eu d’importantes opérations de rénovation qui auraient pu aboutir à des mouvements de contestation comme ailleurs en France (à Angers dans le Doutre ou à Troyes). Ici, la création du secteur sauvegardé s’est justifiée par des besoins plus prosaïques. Il s’agissait de lutter contre la désertification du centre-ville. Comme dans beaucoup de villes françaises, un phénomène de délaissement du centre par rapport à la périphérie est constaté. Les grands équipements ont quitté le centre ancien ; des centres commerciaux sont apparus dans la banlieue. La population a suivi ce mouvement et le nombre d’habitants intra-muros a considérablement diminué : de 13 700 en 1851 (population maximale), il est passé à 11 700 en 1906, 9600 en 1962, et 6500 en 1975. Le Plan de sauvegarde et de mise en valeur fixe trois objectifs :

Éviter la dégradation des quartiers historiques

Bayonne n’a pas échappé au vieillissement de son centre ancien : dégradation des crépis et des peintures, bâtiments en cours de délabrement, multiplication d’éléments extérieurs non esthétiques (câbles électriques tombants par exemple)… Si la municipalité ne voulait pas que son centre devienne un quartier fantôme, malfamé, il fallait agir.

L’idée d’un secteur sauvegardé s’est imposée car elle permet la mise en place d’un régime de protection adapté et, comme nous l’avons dit précédemment, la prise en compte des besoins de la ville contemporaine. À Bayonne s’est donc opéré un renouvellement urbain sans bouleversement morphologique (maillage, parcellaire, architecture et gabarit du bâti inchangés). Dans cette ville, et contrairement à Troyes par exemple (Hsu, 2005), il y a eu très peu d’opérations de façadisme[13]. Certes on a démoli des murs, mais les remaniements effectués ne se sont pas faits en rupture avec l’esprit de l’architecture d’origine. Il y a également eu très peu de pastiches, le maire de l’époque, Henri Grenet, y étant opposé. La seule exception qu’il ait concédée est la reconstruction à l’identique des Halles en 1994 pour remplacer la structure en béton qui avait été construite dans les années 1960 et que Pierre Laborde (1991 : 310) considérait comme « une véritable agression dans un site classé » (illustration 4).

Fig. 5

Illustration 4 : Exemples de reconstruction à l’identique et de constructions neuves

Illustration 4 : Exemples de reconstruction à l’identique et de constructions neuves
Sources : © Mairie de Bayonne ; Marie-Eve Férérol, 2016

-> Voir la liste des figures

Les constructions modernes ne sont pas totalement absentes du secteur sauvegardé. Dans le Grand Bayonne, nous avons l’exemple de la Place Montaut où depuis 2009 deux nouveaux édifices (une résidence de tourisme et un immeuble de logements sociaux) remplacent des bâtiments très vétustes (illustration 4). Encore aujourd’hui, l’architecture moderne de ce quartier fait débat au sein de la population. Mais pour reprendre l’expression de l’adjointe chargée du patrimoine culturel et urbain, nous dirons que « ces bâtiments permettent de magnifier le reste » (entretien avec Sophie Castel, 2016). À Bayonne, l’architecte des bâtiments de France (ABF) a donc donné son accord pour de telles constructions ; cela n’est pas une exception dans les villes françaises à secteur sauvegardé. Tun-Chun Hsu (2005 : 200) le remarque aussi à Troyes :

Il est intéressant de noter que ce n’est pas l’ABF, représentant administratif de la sauvegarde du patrimoine architectural, qui était opposé aux projets contemporains. Bien au contraire, il était prêt à leur donner un avis favorable. Ce sont les conseillers municipaux, représentants de l’opinion publique, qui avaient peur de l’impact d’une architecture contemporaine avoisinant les monuments historiques.

Requalifier le patrimoine et rendre les quartiers anciens habitables au regard des modes de vie contemporains en encadrant la qualité des nécessaires évolutions des immeubles anciens

Derrière cet intitulé un peu nébuleux se cache tout simplement la nécessité de lutter contre l’insalubrité et d’adapter les vieux immeubles aux conditions hygiéniques d’aujourd’hui (installer des WC par exemple). Ville militaire, Bayonne a été soumise, jusqu’en 1907, à l’interdiction de construire aux abords des remparts. La résultante de cette interdiction a été la densification du centre-ville avec l’occupation d’îlots à près de 98 %. Les seuls espaces de lumière étaient soit des courettes, soit des puits de lumière. Dans les années 1970, le centre-ville n’était guère reconnu pour son habitabilité : appartements étroits, pièces aveugles, logements coupés par des parties communes. Il en découlait alors un nombre croissant de logements vacants.

La création du secteur sauvegardé a permis de réfléchir à une dédensification du centre dans le respect du patrimoine ancien. Mais cette évolution n’a pu se faire que par l’intervention d’un architecte visionnaire (car n’appliquant pas le règlement à la lettre), Alexandre Melissinos, pour qui « la conservation des ensembles urbains doit aussi permettre de continuer l’histoire » (Le Moniteur, 2001). Avec son accord, des opérations de curetage sont lancées[14], aboutissant à la destruction de près de 6000 mètres carrés d’emprise au sol (chiffres de 2001 – nous n’avons pas pu obtenir de données plus récentes), multipliant ainsi la surface libre des îlots. Par ailleurs, plusieurs OPAH (opérations programmées d’amélioration de l’habitat), sur des thèmes variés (l’actuelle porte sur la précarité énergétique et la mise en sécurité), ont permis de moderniser les logements et de les rendre plus attractifs.

Favoriser la revitalisation résidentielle, commerciale et économique du centre historique

Le résultat des travaux décrits précédemment a été l’évitement d’une ville muséifiée. D’une part, le centre-ville est redevenu attractif, avec l’arrivée de nouveaux commerçants attirés par le dynamisme qui se dégageait désormais du centre-ville et par les potentialités qu’offraient les nouvelles zones piétonnières[15]. L’illustration 5 montre la rue d’Espagne avant et après l’interdiction de la circulation. Il est évident que le nouveau cadre urbain, débarrassé des voitures, a favorisé la flânerie (et donc les potentialités d’achats) tant des locaux que des touristes. Les rues commerçantes sont devenues « alléchantes ». Par ailleurs, si le centre-ville est animé, il le doit à l’installation de commerçants pérennes, qui vivent toute l’année grâce aux habitants de la localité.

Fig. 6

Illustration 5 : La rue d’Espagne avant et après la piétonnisation en 2007

Illustration 5 : La rue d’Espagne avant et après la piétonnisation en 2007
Sources : © Mairie de Bayonne ; Marie-Eve Férérol, 2016

-> Voir la liste des figures

D’autre part, une repopulation a eu lieu : en 1990, le seuil de population était tombé à 5000 ; aujourd’hui, il est de 5800 habitants, soit 12 % de la population bayonnaise. Le seul bémol est la persistance d’un taux important de logements vacants (20 %), ce qui toutefois n’inquiète pas les services municipaux :

La part due à des causes structurelles augmente grâce à une meilleure connaissance et un suivi accru des situations (locaux impropres à l’habitation en partie arrière d’immeubles, en raison d’un manque d’ouvertures à l’air libre et ventilation) mais elle est compensée par une forte dynamique de réhabilitation du centre ancien. Nous constatons un taux de vacance relativement stable depuis plusieurs années qui recouvre donc une situation qui évolue favorablement sur le plan qualitatif. (Pôle secteur sauvegardé et centre ancien, courriel à l’auteure, 16 juin 2016)

Ici, le phénomène de gentrification/embourgeoisement (très souvent survenu comme à Lyon ou à Angers) a été limité. Le centre-ville accueille des retraités soucieux d’être proches des commerces, des étudiants, des personnes aisées amatrices de patrimoine, des ménages modestes locataires du parc privé, et des personnes défavorisées présentes grâce à la construction de logements sociaux[16] et par l’existence de loyers modérés permis par un processus de défiscalisation lié à la Loi Malraux.

Pour la capitale basque, dès le début de la patrimonialisation, la préservation du centre-ville a rimé avec « vie ». Par des objectifs bien définis et pertinents, Bayonne a échappé à la muséification qui a gagné ou qui guette certaines villes. L’ambiance du centre-ville et sa remarquable requalification sont devenues des supports au tourisme car, ne l’oublions pas, le tourisme investit en priorité des lieux vivants et animés.

Une mise en tourisme indirecte

Dans le cas de Bayonne, la mise en tourisme du centre ancien a succédé à la mise en patrimoine. Cet exemple nous rappelle celui de Barcelone. Dans l’article que Pierre-Jacques Olagnier (2007 : 178) lui avait consacré, on peut lire :

Le tourisme ne constitue guère, à la fin des années 1970, une préoccupation majeure pour les nouvelles autorités municipales. Les premières politiques d’aménagement et les projets urbains menés puis mis en œuvre au début des années 1980 ont d’abord consisté à reconstruire la ville en reconstruisant ses quartiers […] La question d’un développement économique fondé sur le tourisme ou d’une mise en tourisme de certains quartiers ne se posait pas alors ni directement, ni explicitement. Toutefois, certaines de ces opérations d’aménagement d’espaces publics sont à la fois destinées aux habitants et… aux touristes, tels que l’aménagement de la Place Royale.

Auparavant, Bayonne était surtout connue pour ses fêtes, qui existent depuis les années 1930 et attirent des centaines de milliers de festayres[17]. Mis à part ces cinq jours de réjouissance marqués par l’identité culturelle de la région, la ville était choisie par défaut par les touristes, ces derniers la considérant uniquement comme un repli en cas de pluie. Ils ne venaient dans la capitale basque que pour se mettre à l’abri dans les commerces. Aux premiers rayons de soleil, ils repartaient vers les plages. Aujourd’hui, cette image est désuète. Certains touristes viennent de leur plein gré à Bayonne, attirés par les richesses patrimoniales mises en valeur (illustration 6) et la médiation qui les accompagne, tout comme par l’offre en musées[18]. Le label « Ville d’Art et d’Histoire » a d’ailleurs récompensé les efforts de la municipalité en 2011. Mais, pour Serge Cazaban, directeur de l’Office du tourisme (OT), le label n’est pas un élément qui parle vraiment aux touristes. Pour lui, ces derniers sont davantage sensibles aux services offerts et au cadre urbain, autrement dit à l’« accueillance urbaine[19] ».

Illustration 6 : Des touristes bien présents à Bayonne (Rue des Augustins et Place Pasteur)

Fig. 7

Source : © Marie-Eve Férérol, 2016

-> Voir la liste des figures

En termes de fréquentation, le nombre de touristes a considérablement augmenté ces six dernières années. Quelques indicateurs permettent de suivre ce phénomène. Les visites guidées ont atteint 28 607 participants en 2015, dont 11 729 pour les visites payantes organisées par l’OT ; si l’on regarde plus précisément la fréquentation des individuels, elle a presque doublé en trois ans (1719 en 2012 et 3306 en 2015). Pour ce qui est du site Internet de l’OT, si 215 819 personnes s’y sont connectées en 2013, c’est le double en 2015 : 420 096. Quant au Musée basque, il a connu une réelle consolidation de sa fréquentation : 93 602 entrées en 2016 contre 37 602 en 2014[20] !

Enfin, en ce qui concerne la provenance des touristes, 80 % sont des Français. Ils viennent principalement de la région Aquitaine (27 %, dont les trois quarts issus des Pyrénées-Atlantiques), de l’Île-de-France (12 %) et des Pays de la Loire (8 %). La clientèle étrangère constitue les 20 % restants ; elle est composée très majoritairement d’Espagnols (51 %). Nous n’avons pu obtenir davantage d’information de la part de l’Office de tourisme ni sur le profil des touristes ni sur les nuitées.

Contrairement aux années précédentes, la problématique du tourisme est désormais prise en compte dans les projets urbains[21]. Cet engouement va certainement de pair avec la prise de conscience de son rôle dans une stratégie de communication et une fabrique d’image. La municipalité continue ses efforts pour dynamiser le centre-ville, magnifier les ressources patrimoniales et devenir une capitale culturelle. « Notre ville se positionne comme une vraie capitale culturelle ouverte à ses voisins. La part active[22] que nous prenons à la résonance territoriale de San Sebastián 2016, Capitale européenne de la culture, a, d’ores et déjà, trouvé un écho remarquable dans les médias espagnols comme français[23]. » Dans cette optique, le plus grand projet de la mandature est de poursuivre et de mener à bien l’opération concernant le musée Bonnat. Il s’agit ici de réhabiliter et d’agrandir cet équipement culturel de renommée nationale, situé dans le Petit Bayonne et abritant plus de 7000 œuvres, dont certaines de Léonard de Vinci, Géricault, Delacroix… Mais, comme le note Violier (2007 : 148), « la déambulation et le shopping occupent davantage le temps des touristes que les visites de musées » ; on peut donc en déduire que le point le plus positif du projet Bonnat sera la poursuite de la piétonnisation à ses abords et leur embellissement.

L’émergence d’un tourisme urbain durable bayonnais

Le tourisme n’était pas le souci majeur des politiques nationale et bayonnaise lorsque se sont créés les secteurs sauvegardés. Pourtant, la stratégie entreprise à Bayonne dans une logique de redynamiser le centre-ville tout en protégeant le patrimoine a eu comme incidence l’apparition d’un tourisme qui plus est durable. Très brièvement, regardons les éléments qui se rattachent aux quatre dimensions du développement durable.

Une mixité de la population assurée

Comme on l’a vu, la ville a œuvré pour préserver une certaine mixité sociale dans le centre-ville. Cela est une bonne chose car, comme le relevait Maryse Boivin en 2015 à Bordeaux, « une trop grande gentrification mettrait en péril l’authenticité du quartier concerné et le rendrait complètement artificiel[24] ». On observe également une assez bonne mixité entre habitants et touristes. Contrairement à Barcelone par exemple (Gravari-Barbas, 2013), voire dans le Vieux Lyon, les Bayonnais acceptent assez bien dans l’ensemble la venue de touristes. Pour eux, ce n’est pas spécialement une gêne. Ils les côtoient notamment lors des visites guidées organisées par l’Office, dont ils sont très friands. Ce constat va dans le sens des propos de Bessy (2016 : 15) :

être touriste, au sens d’être en rupture avec son environnement habituel, n’obéit pas forcément à une spatialité éloignée (loin de chez soi) ou à une temporalité précise (dormir une nuit en dehors de son domicile). C’est davantage une question de sens, de regard porté sur les lieux, de rythme de déambulation, de relations avec les autres qui au final permettent de vivre une expérience inhabituelle et de découvrir « un ailleurs chez soi » que l’on peut alors qualifier de touristique.

Les rencontres habitants/touristes sont également fortuites. Une guide-conférencière, Sophie Lefort, a ainsi confié que plusieurs groupes de visiteurs américains lui avaient expliqué que le patrimoine pouvant se découvrir par Internet, ils souhaitaient plutôt aller tout simplement à la rencontre des Bayonnais ! Au cours de ces visites un peu particulières, les Bayonnais, « harponnés » tout au long du trajet par la guide (des enfants en sortie scolaire, un bijoutier, un chocolatier, etc.), ont joué le jeu et ont aimablement répondu aux questions des touristes étrangers à propos de leur vie quotidienne. Cela augure bien pour l’implantation durable du tourisme à Bayonne dès lors que l’on sait que les « key factors in visitor’s decision to visit a place are friendly, hospitable people » (Ruetsche, 2006).

Une identité et une culture valorisées

Ressources touristiques, l’identité et la culture bayonnaises et basques sont sauvegardées. Des maisons de style labourdin ou de type néo-basque sont mises en valeur. La ville de Bayonne s’est également associée à deux autres villes (Pampelune et Fontarrabie) afin d’obtenir des fonds européens pour réhabiliter ses fortifications (bastions, remparts, casemates) dans le cadre des projets Fortius et Creacity[25]. La mise en valeur du patrimoine est aussi à mettre en relation avec une redécouverte de l’histoire de la ville. Notamment, sur la rue d’Espagne, après l’opération de piétonnisation, un commerçant, soutenu par l’association du quartier, a eu l’idée d’enquêter sur l’histoire commerciale de la rue et d’afficher ses trouvailles à l’entrée de chacun des magasins.

La mise en valeur du patrimoine bâti s’accompagne aussi désormais de la valorisation du patrimoine non bâti : des visites sont par exemple organisées autour du savoir-faire du chocolat. Pour les quarante ans du secteur sauvegardé, des visites particulières ont été proposées pour permettre aux participants de s’enrichir culturellement en étant au contact de professionnels : « Voyage au centre des îlots » (un technicien de l’urbanisme expliquait la démarche des curetages) et « Bayonne aux fenêtres » (avec la participation d’un artisan-menuisier spécialiste de la restauration).

Comme le notent Pascale Marcotte et Laurent Bourdeau (2010 : 279) au sujet des patrimoines mondiaux de l’UNESCO,

la conservation des territoires n’est pas qu’une question architecturale, mais aussi une question de valeur sociale, humaine, de qualité de vie […] Les individus les plus attachés à leur communauté sont aussi les partisans les plus impliqués dans le développement durable et la reconnaissance du site au Patrimoine.

Or, si la valorisation du matériel comme de l’immatériel a pu se faire aussi facilement à Bayonne, c’est peut-être qu’on avait affaire à une communauté très attachée à ses racines, formant une population à part qui avait pendant longtemps réclamé son autonomie.

Le tourisme : une ressource économique

D’un point de vue économique, le tourisme permet de doper l’activité économique de la ville et de créer des emplois, notamment dans le secteur hôtelier. Depuis cinq ans, plusieurs hôtels ont ainsi été repris (Hôtel des Basses Pyrénées) ou créés (Ibis Style) ; le dernier en date est OKKO, quatre étoiles, dont l’ouverture a eu lieu en juillet 2016. Deux autres sont encore prévus : un quatre étoiles à proximité du musée Bonnat et l’autre dans le quartier de la cathédrale, au sein de l’îlot de la Monnaie. Certaines des personnes interrogées pensent toutefois que le développement hôtelier va trop vite et que l’offre sera trop abondante dans les années à venir.

Les aménagements du centre-ville qui ont découlé de la création du secteur sauvegardé ont permis de rendre le secteur de nouveau attractif. Avec un taux de vacance commerciale plafonné à 7 % (Bayonne Mag, no 195, juillet 2017), l’hypercentre de Bayonne concentre ainsi 1000 boutiques sur les 2015 que compte la ville ; 900 marques y sont représentées[26] ; et on estime à 1,2 million le nombre de personnes qui fréquentent Bayonne chaque mois (Bayonne Mag, no 189, juin 2016). Les commerces à destination uniquement des touristes sont toutefois encore en minorité, ce qui est plutôt une bonne chose. De cette façon, la ville conserve un centre-ville vivant avec des commerces de qualité, un centre non sanctuarisé, propice aux flâneries des visiteurs. Par ailleurs, du fait de la présence de commerces encore indépendants, Bayonne a échappé, pour l’instant, à la standardisation de son centre-ville qui se serait traduite par un surplus d’enseignes connues nationalement ou internationalement (McDo par exemple). Par ailleurs, il faut signaler que l’ancien Palais de justice (plus de 1000 mètres carrés), situé en plein milieu du secteur sauvegardé et dont le patio central et sa coursive du premier étage sont protégés au titre de « site patrimonial remarquable », va faire l’objet d’un projet de reconversion pour accueillir des activités commerciales. Prévu pour consolider le renouveau commercial observé dans le quartier, ce projet n’est pas sans rappeler le marché Bonsecours du Vieux-Montréal (bâtiment ayant hébergé le Parlement du Canada-Uni, l’hôtel de ville, etc.). Pour Nathalie Lemarchand (2013 : 82), le marché Bonsecours « réunit les dimensions urbanistique, commerciale et touristique illustrant les valeurs de la modernité et de la tradition ».

La preuve que tourisme et commerces sont intimement liés se retrouve enfin dans la politique de la municipalité :

[N]ous travaillons actuellement, pour la première fois, à l’élaboration d’un schéma directeur touristique et d’une stratégie de développement commercial du centre-ville : la combinaison des deux schémas permettra de renforcer le positionnement de Bayonne comme ville touristique de patrimoine, avec des retombées très significatives pour le commerce et l’activité économique plus globalement. (Sylvie Durruty, 1re adjointe ; Bayonne Mag, no 189, juin 2016, p. 31)

Dans cette optique, le bras armé de la municipalité est l’Office de commerce. Cet office vient d’ailleurs de déménager dans les locaux de l’Office du tourisme afin de mutualiser les moyens et de développer dans les prochains mois des actions communes.

La dimension environnementale largement prise en compte

Enfin, afin de rendre convivial le secteur sauvegardé, l’équipe municipale a également opté pour une reprise de la politique de piétonnisation du centre-ville, en organisant tout un système de stationnements en sa périphérie et à l’extérieur des remparts. Une navette électrique (donc sans bruit) gratuite a été mise en place en 2003. L’environnement est ainsi protégé par une réduction des gaz des pots d’échappement. Bayonne est également chef de file du projet européen Links, qui unit neuf villes européennes dans une démarche de développement de l’éco-restauration dans le centre ancien (Union européenne, 2012). Leurs réflexions devraient déboucher sur une panoplie de solutions pour valoriser les qualités propres aux architectures traditionnelles (atouts du low-tech ou basse-technologie : matériaux naturels et locaux, bio-climatisme, etc.) et montrer ainsi qu’il est possible de concilier patrimoine ancien et développement durable.

Selon Siham Jamaa (2010), une stratégie de tourisme urbain durable doit répondre aux exigences suivantes : minimiser l’empreinte écologique des activités touristiques et promouvoir des modes de consommation durables ; créer une infrastructure touristique viable ; concilier les intérêts des habitants et ceux des visiteurs ; préserver le patrimoine culturel, architectural et social dans un contexte de villes en constante mutation ; gérer la surcharge des lieux touristiques ; encourager un développement économique viable à long terme et offrant de bonnes possibilités d’emploi ; éviter l’apparition de phénomènes de ghettoïsation et d’espaces exclusivement touristiques qui créent une discontinuité de la vie urbaine locale ; avoir une politique de transport verte et viable pour contrer les effets négatifs des déplacements ; enfin, trouver le moyen de mobiliser les intervenants de l’industrie touristique autour d’un même objectif, bien que la nature de cette dernière soit fragmentée.

À ce stade de l’étude, nous pouvons dire que Bayonne respecte un certain nombre de ces exigences. Elle le doit à la création de son secteur sauvegardé qui peut donc bien être considéré comme un outil de tourisme urbain durable avant l’heure. Il revient maintenant aux différentes parties prenantes de prendre les mesures qu’il convient pour que le centre de Bayonne ne perde pas de son authenticité en ressemblant à un décor sans âme et que le tissu commercial ne s’uniformise pas en lissant les spécificités locales.

Conclusion

Comme le rappelle Vincent Coëffe (2010 : 58), « la géographie urbaine s’est longtemps confondue avec l’étude de la ville, tout en ratant l’attention portée au tourisme en tant que phénomène urbain ». De plus, « le tourisme dans les villes anciennement constituées a été tardivement étudié et ne l’est que peu » (Violier, 2012 : 3). Cette étude sur Bayonne est une pierre à l’édifice de la recherche puisqu’elle permet de comprendre davantage le tourisme urbain développé tardivement dans une ville administrative et portuaire. Ici, c’est bien la qualité du patrimoine mis en valeur qui a permis la « touristification » et la « tourismification »[27], pour reprendre deux termes chers aux auteurs anglo-saxons (Kadri, 2016, communication orale lors des Rendez-vous Champlain[28]). Mais dorénavant, avec cette greffe réussie, le tourisme devient à son tour un prétexte pour réhabiliter le patrimoine et entamer de gros projets, le tout sous couvert de la durabilité.

Opportunité de développement économique pour les villes moyennes dont les emplois productifs, et quelquefois administratifs, disparaissent ou diminuent, le tourisme permet aussi et surtout une refonte de l’espace urbain. Or, cette refonte passe par l’intégration du tourisme dans les politiques publiques plus générales tant les liens entre tourisme, transport, habitat et protection de l’environnement sont étroits. L’intérêt récent de l’AUDAP (Agence d’urbanisme Atlantique et Pyrénées) pour cette thématique montre l’enjeu qu’elle représente des points de vue économique et urbanistique pour les années à venir. Mais si les professionnels de l’urbanisme commencent à se saisir du dossier, c’est peut-être qu’ils ont compris aussi que le touriste peut être habitant de la commune, tout comme une personne extérieure à la localité qui, ravie de son lieu de vacances par la qualité de vie trouvée, peut en faire son lieu de résidence permanent (pour lui ou pour son entreprise le cas échéant) ou y acheter une résidence secondaire.

L’exemple de Bayonne avec un nombre élevé d’habitants lors des visites guidées de la ville montre également que les habitants de la localité peuvent s’apparenter à des touristes dans leur propre ville. Ce fait n’est pas nouveau, plusieurs auteurs l’ont pointé du doigt. Mais le fait de considérer désormais les habitants comme des touristes amène à s’interroger sur la définition même du mot. Certains professionnels sont conscients du flou que génèrent ces pratiques et prônent des politiques générales en direction « des touristes d’ailleurs » et « des touristes d’ici », le tout dans une optique d’attractivité.

Pourquoi ne pas engager un changement total de notre perception du tourisme ? Si par exemple, on disait que le tourisme c’était un mot qui englobait à la fois les loisirs, le marketing territorial. Pourquoi ne pas chercher à refonder le terme tourisme ? Pour éviter de continuer à penser en silo. Pourquoi on ne pourrait pas changer notre façon de penser le marketing touristique afin d’intégrer les touristes d’ici ? (Boulin[29], 2013 : 51)

La mise en tourisme récente de Bayonne permet enfin de prendre conscience de la nouvelle façon de faire du tourisme ; nous pensons particulièrement aux propos de la guide-conférencière relatés dans la dernière partie de cet article. Ces propos prouvent, comme l’écrivait Coëffe (2010 : 60), que le tourisme est bien « la mise en contact d’altérités réciproques » et que les touristes sont désormais demandeurs « d’expériences » : discuter tout simplement avec les locaux pour connaître leur genre de vie ; rentrer dans leur intimité. Le guide devient alors un lien et non plus un simple conteur de savoirs.

Pour finir, nous reprenons à notre compte cette citation de Knafou (2013 : 6) : « le tourisme urbain n’est pas une fin en soi ; c’est une clé passionnante pour comprendre les sociétés et le fait urbain du XXIe siècle ». Nous partageons aussi l’avis de Sylvine Pickel-Chevalier (2012 : 59) sur la nécessité « de mener des études comparatives de la mise en tourisme de villes historiques, dans des temporalités qui leur sont propres pour permettre l’amorce d’une modélisation des processus ».

Parties annexes