Présentation du volume

  • La rédaction

L’accès aux articles des numéros courants de cette revue est réservé aux abonnés. Pour accéder aux numéros d’archives disponibles en libre accès, consultez l’historique des numéros.

Si vous détenez un abonnement individuel à cette revue, veuillez vous identifier en vous connectant.

Pour plus d’informations, veuillez communiquer avec nous à l’adresse client@erudit.org.

Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Couverture de (In)justice sociale, Volume 24, numéro 1, 2016, p. 5-213, Théologiques
Ce numéro de Théologiques, sous la direction d’Éric Bellavance, aborde la question de la justice sociale et de ses abus dans une perspective pluridisciplinaire. Faisant remonter cette question aux responsabilités des rois de Mésopotamie, puis aux appels répétés des prophètes bibliques comme Amos, Michée, Zacharie, et d’autres, ce dossier convie au débat des spécialistes de l’exégèse biblique, du droit et de la littérature française, afin de proposer un regard transhistorique. La question qui traverse la réflexion du dossier pourrait donc se formuler de la manière suivante : comment l’héritage des prophètes bibliques, en ce qui a trait à la justice sociale, est-il pris en charge aujourd’hui ? En plus des contributions qui constituent le thème à l’étude, ce numéro a le plaisir d’accueillir trois articles hors thème. Le premier, de Pierre Perreault, nous propose, pour l’analyse d’Ézéchiel 16, une herméneutique processuelle, qui constitue une approche encore peu exploitée pour ce texte. Le second, de Calogero Miceli, est un autre texte d’exégèse biblique, mais cette fois néotestamentaire, puisqu’il se penche sur la péricope de Marc 5,24-34, c’est-à-dire le récit de la femme souffrant d’hémorragies chroniques. Lui aussi a choisi une approche novatrice, se référant à la Perspective Criticism inaugurée par Gary Yamasaki. Le troisième, de Maxime Allard, porte sur certains textes encore peu exploités de Thomas d’Aquin qui traitent de la cruauté. Ceux-ci lui permettent d’explorer le rapport à l’animalité dans l’étude de la question de la brutalité humaine. Malgré sa programmation pour le printemps 2016, ce numéro ne paraît qu’à la fin de l’hiver 2018. La Rédaction travaille activement à réduire ce retard de parution au cours de l’année courante. Bonne lecture !