Certaines fonctionnalités pourraient être temporairement inaccessibles ce jeudi 29 septembre en raison d'une maintenance chez notre prestataire de service. Suivez l'évolution

Comptes rendus

Dror Abend-David. Representing Translation: The Representation of Translation and Translators in Contemporary Media. Londres et New York, Bloomsbury Academic, 2019, 248 p.[Notice]

  • Alexandra Hillinger

…plus d’informations

  • Alexandra Hillinger
    Université Laval

Commençons cette recension en utilisant la même citation que celle que l’auteur donne au début de son introduction : « As Michael Cronin writes (2003: 68), translators in the twenty-first century have become important social and political agents ». Cette phrase résume bien le sujet du collectif Representing Translation. Publié par la maison d’édition américano-britannique Bloomsbury, l’ouvrage est classé dans la catégorie « Film and Media », puis dans la sous-catégorie « Media Theory ». Ces précisions nous rappellent que les articles examinent la représentation de la traduction et de l’interprétation dans les médias, en mettant l’accent sur le cinéma. L’introduction est rédigée par Dror Abend-David, directeur de ce recueil, où il explique que Representing Translation pousse plus loin la réflexion entamée dans le collectif Media and Translation (2014) qu’il a également dirigé et qui est publié chez Bloomsbury. Media and Translation avait pour objectif de créer des liens entre les disciplines de la communication et de la traductologie : deux champs qui étudiaient jusque-là la place de la traduction dans les médias de manière indépendante. Pour revenir à Representing Translation, Abend-David nous rappelle que depuis le début du XXIe siècle, la traduction, les traductrices et les traducteurs sont de plus en plus présents dans les médias, particulièrement au cinéma, à la télévision et dans la publicité. Ces représentations fictives de la traduction démontrent clairement que les traductrices et les traducteurs ne sont pas des personnages invisibles. L’exemple qui, selon nous, résonne le plus avec le public occidental est le film The Interpreter (2005) de Sydney Pollack, où Nicole Kidman tient le rôle principal (nous devons toutefois déclarer notre préjugé favorable : ce film nous a marquée. Alors que nous fréquentions le cégep, son visionnement nous a amenée à nous interroger sur les carrières en traduction et à nous renseigner sur les études dans ce domaine!). Pour les adeptes de séries portant sur la discipline médicale, Abend-David rappelle que lorsque le revêche Dr House a besoin d’une traduction du néerlandais vers l’anglais, il préfère retenir les services d’une effeuilleuse bilingue exerçant son métier en ligne plutôt que de communiquer avec une traductrice professionnelle. Cet exemple illustre parfaitement le statut précaire de la traduction, et le manque de reconnaissance de la profession dans la société. Representing Translation vise l’exploration des cas de figure où la traduction est présentée à l’écran tandis que cette pratique se passe habituellement derrière l’écran, pensons au doublage et au sous-titrage. On y aborde les thèmes de la traduction (des traductrices et des traducteurs) dans le genre dramatique au cinéma et à la télévision; des traductrices et des traducteurs dans le rôle principal; des traductrices et des traducteurs en tant qu’agents, agents doubles et négociateurs; de la traduction (des traductrices et des traducteurs) dans les nouveaux médias; de la traduction et des communications mondiales; de la présentation de textes visuels à l’aide d’autres techniques comme le sous-titrage et l’audiodescription; de la traduction des films multilingues ainsi que de la traduction en publicité (p. ix). L’ouvrage se décline en neuf chapitres. Pour chacun d’eux, le directeur soumet un titre – court et accrocheur – et rédige une note introductive d’une page. Cette dernière présente et contextualise le texte qui suit, et en plus permet au lectorat de juger de sa pertinence et de son intérêt au regard de ces domaines de recherches. Chaque chapitre ne contient qu’un seul article, une étude de cas articulée sur une vingtaine de pages, proposant son propre titre; ils sont signés d’autrices, un seul est une collaboration autrice-auteur. Dans les prochains paragraphes, nous proposons de présenter chaque article afin que …

Parties annexes