Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

 

Avant-propos

  • Lori Saint-Martin

Corps de l’article

Le dossier du présent numéro, dirigé par Jean-François Chassay et par Katherine Roberts, est consacré à la romancière et essayiste Monique LaRue, lauréate, tout récemment, du prix du Gouverneur général pourLa gloire de Cassiodore. Cette oeuvre lucide, intelligente, passionnée, est tout entière portée par un intense désir de comprendre, de réfléchir, de soulever les questions qui comptent. Outre l’entretien, réalisé par les responsables, et une bibliographie compilée par Richard Raymond, le dossier se compose de six études. Robert Dion s’intéresse au voyage comme moyen d’accéder à une certaine connaissance de soi et du monde. Susan Ireland interroge les rapports entre maternité, modernité et créativité. Véra Lucia dos Reis lit Copies conformes comme une méditation sur la vérité, le mensonge et les pouvoirs de la fiction. Katri Suhonen voit, dansLa démarche du crabe, une interrogation de l’identité masculine et une quête de réconciliation entre masculin et féminin. Lucie Joubert étudie de près les rapports qu’entretientLa gloire de Cassiodore avec le genre satirique. Enfin, François Dumont s’attarde aux stratégies textuelles employées par Monique LaRue dansL’arpenteur et le navigateur, conférence dont la version publiée a donné lieu, on s’en souviendra, à une polémique orageuse.

À la rubrique « Études », Luc Bonenfant analyse les poèmes en prose duNigog et montre qu’ils ont fait évoluer progressivement la vision du genre poétique qui avait alors cours. Jean-Christian Pleau étudie la polémique qu’a suscitéeL’appel de la race, dont il situe avec précision les acteurs et les enjeux cachés.

Je remercie Nicholas Simpson de nous avoir accordé la permission de reproduire en couverture le magnifique dessin de Philip Surrey, « L’homme encorné ».

Après sept ans, Marie-Andrée Beaudet quitte le comité de rédaction de la revue pour assumer de nouvelles responsabilités. Que de travail abattu, que de bons moments ! Son intelligence, sa rigueur, son humour et son dévouement nous manqueront, et je la remercie très chaleureusement de sa collaboration. C’est Andrée Mercier qui la remplacera au comité. Je remercie Andrée d’avoir accepté l’invitation avec enthousiasme et lui souhaite la plus cordiale bienvenue.