Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Moebius : écritures / littérature

Numéro 132, février 2012, p. 33-40

Passer l’hiver

Sous la direction de Lysanne Langevin

Direction : Lucie Bélanger (directrice), Nicole Décarie (directrice), Robert Giroux (directeur), Lysanne Langevin (directrice) et Raymond Martin (directeur)

Éditeur : Éditions Triptyque

ISSN : 0225-1582 (imprimé)  1920-9363 (numérique)

moebius1006620
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Une goutte d’eau

Nicolas Weinberg

Résumé | Extrait

Nicolas Weinberg Une goutte d’eau — C’est ici, le laboratoire photographique ? Mlopti leva le nez du comptoir et détailla le petit homme qui venait d’entrer. C’était un homme âgé – presque un vieillard – et il lui déplut immédiatement. D’abord, sa question était stupide : bien sûr que c’était ici le labo, puisque c’était inscrit en toutes lettres sur la vitrine du magasin. Ensuite, le nouveau venu était vêtu d’un lourd manteau, portait une écharpe, des gants et un bonnet en astrakan plutôt grotesque, il faut le reconnaître. Le photographe ressentit l’accoutrement du vieil homme comme une provocation, comme une insulte : on aurait dit qu’il voulait à tout prix s’ancrer dans l’hiver et, par là même, y précipiter ceux qui l’entouraient. Or, c’était le début du printemps. Toute la nature chantait la vie, immiscée au coeur des villes et des villages qui étiraient leurs artères comme au terme d’un long engourdissement. Chaque matin tremblait de vitalité, chaque soir vibrait de force retrouvée… On attendait l’été en piaffant d’impa-tience. Le vieil homme sortit de sa poche un mouchoir à carreaux et se moucha bruyamment. « La cerise sur le gâteau ! » pensa Mlopti, exaspéré. Il s’efforça de ne pas regarder le visage du vieux. Ce qu’il en avait aperçu l’avait suffisamment irrité : la peau était molle et grise, les yeux étaient larmoyants, mais vifs et rusés. — C’est bien ici ? Bon. Je voudrais faire retirer un négatif. C’est vieux… vous pourrez ? Mlopti, qui était après tout un commerçant, ravala son exaspération. — Bonjour, monsieur. Vous êtes à la bonne adresse… Vous avez le négatif sur vous ? — Oui... Le vieux farfouilla dans la poche intérieure de son manteau. Il tira une enveloppe défraîchie dont il releva la languette avec mille précautions. Dans la première enveloppe, il y en avait une autre, plus petite. Il en extirpa un morceau de papier plié en deux, fermé par un morceau de ruban adhésif. Le vieux voulut décoller le ruban, mais ses mains s’étaient mises à...

Auteur : Nicolas Weinberg
Titre : Une goutte d’eau
Revue : Moebius : écritures / littérature, Numéro 132, février 2012, p. 33-40
URI : http://id.erudit.org/iderudit/66011ac

Tous droits réservés © Éditions Triptyque, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014