Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Recherches sociographiques

Volume 32, numéro 1, 1991, p. 55-67

Direction : Simon Langlois (éditeur)

Rédaction : Marc-André Lessard (rédacteur)

Éditeur : Département de sociologie, Faculté des sciences sociales, Université Laval

ISSN : 0034-1282 (imprimé)  1705-6225 (numérique)

DOI : 10.7202/056579ar

rs
< PrécédentSuivant >
Article

L'effet du travail sur la consommation d'alcool et de drogue dans une usine de pâtes et papiers

Marie-France Maranda

Résumé

Dans quelle mesure les dimensions extrinsèques et intrinsèques du travail, la culture et la place d'un groupe dans une organisation sont-elles interreliées aux modes de consommation d'alcool ou de drogues? Y a-t-il, au travail, un environnement favorable à l'émergence de problèmes d'alcoolisme ou de toxicomanies et permet-il de mieux comprendre les conditions les plus propices à rendre un travail pathogène? À partir de l'étude de quatre groupes d'ouvriers (papetiers, hommes de métier, manœuvres et techniciens) d'une usine de pâtes et papiers du Québec, nous montrerons que l'usage de l'alcool prend la forme d'un rituel de convivialité lorsque l'organisation du travail facilite le rapprochement entre les membres du groupe, et qu'il se fait individuel, ou par petits groupes, lorsqu'elle est divisée. La consommation de drogues n'a pas les aspects conviviaux de l'alcool : au contraire, le collectif la perçoit comme un élément menaçant.

Abstract

To what extent are the extrinsic and intrinsic dimensions of work, of the culture and of the position of a group in an organization interrelated with the forms of consumption of alcohol or drugs ? Is there an environment in the workplace that is conducive to the emergence of problems of alcoholism or drug addiction, and can it lead to a better understanding of the conditions that are most likely to render a work environment pathogenic ? Based on a study of four groups of workers (papermakers, tradesmen, laborers and technicians) in a pulp and paper plant in Quebec, we will demonstrate that alcohol use takes the form of a ritual of conviviality when the organization of work facilitates close contact among members of the group, and that it is done individually or in small groups when there is less contact. Drug use does not have the convivial aspects of alcohol: on the contrary, it is perceived at the collective level as a threatening element.

Auteur : Marie-France Maranda
Titre : L'effet du travail sur la consommation d'alcool et de drogue dans une usine de pâtes et papiers
Revue : Recherches sociographiques, Volume 32, numéro 1, 1991, p. 55-67
URI : http://id.erudit.org/iderudit/056579ar
DOI : 10.7202/056579ar

Tous droits réservés © Recherches sociographiques, Université Laval, 1991

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014