Hommage à Michel Sarra-Bournet

Michel Sarra-Bournet, fils de la Révolution tranquille

  • Alain-G. Gagnon

…more information

  • Alain-G. Gagnon
    UQAM

Access to articles of this journal’s current issues is restricted to subscribers. You may consult the back issues to see all available open access content.

If you hold an individual subscriber account with this journal, log in to your account.

For more information, contact us at client@erudit.org.

The first 600 words of this article will be displayed.

Cover of La république apprivoisée : racisme et institutions dans l’histoire politique des États-Unis, Volume 27, Number 3, Summer 2019, pp. 7-211, Bulletin d'histoire politique
J’ai eu le plaisir de diriger les travaux de Michel alors qu’il complétait un postdoctorat à l’Université McGill en 1996-1997. C’est pendant cette période que nous avons produit un ouvrage collectif portant sur Maurice Duplessis. Michel ne pouvait pas accepter qu’un colloque, rassemblant historiens, politologues, sociologues, économistes, ne lui ait pas encore été consacré dans le cadre du grand projet portant sur Les leaders politiques du Québec contemporain et cela près de 50 ans après le décès du leader de l’Union nationale. C’était là un trait marquant de sa personnalité. Il souhaitait donner la voix à ceux dont on dispute les faits d’armes. Michel a été associé de maintes façons à la Chaire de recherche en études québécoises et canadiennes que je dirige à l’UQAM depuis 2003. De manière toujours aussi enthousiaste, il a pris une part active à nos colloques, nos séminaires et aux projets d’écriture. Nous lui sommes redevables de plusieurs de nos réalisations. Je pense entre autres aux entretiens qu’il a menés avec Louis Bernard. Il s’agit d’un livre fouillé sur la carrière exceptionnelle de celui qui est considéré à juste titre comme étant le mandarin des mandarins. Michel fait état du rôle déterminant de Louis Bernard dans l’avènement d’un Québec affirmé et ouvert sur le monde. Il y parle aussi de Louis Bernard comme étant la force tranquille qui a su donner au Québec un élan essentiel à son autodétermination interne. Tant chez Louis Bernard que chez Michel Sarra-Bournet, l’idée centrale a toujours été de valoriser le politique et la politique dans le but de susciter chez les Québécois le désir de s’assumer pleinement. L’idée de ce livre d’entretiens avec Louis Bernard est venue à la suite du colloque, tenu en novembre 2013 à l’École nationale d’administration publique, organisé par Michel (en lien avec les travaux menés au sein de l’Encyclopédie du patrimoine politique du Québec dirigée alors par Marcel Masse) sur les sujets des grandes missions et des grands commis de l’État québécois. Cet événement a donné lieu à une importante publication aux Presses de l’Université Laval en 2016. C’est à la lecture de cet ouvrage, Les grands commis et les grandes missions de l’État dans l’histoire du Québec, que le lecteur pourra constater comment l’État a été construit d’abord et avant tout par des acteurs de l’ombre, c’est-à-dire par des hauts fonctionnaires et des conseillers de premier plan. Viennent à l’esprit les noms d’Arthur Tremblay, Michel Bélanger, Jacques Parizeau, Claude Castonguay, Guy Coulombe et, naturellement, de Louis Bernard. Fils de la Révolution tranquille, Michel Sarra-Bournet a su d’abord s’imposer comme un homme intègre et sincère, cherchant toujours à être au diapason de la société québécoise dont il était si fier. On lui doit d’importantes études sur la société québécoise. Son livre portant sur L’Affaire Roncarelli : Duplessis contre les Témoins de Jéhovah a sans doute été l’ouvrage qui l’a d’abord révélé auprès des universitaires. On y trouve une analyse fine du contexte et des procédures judiciaires. Sarra-Bournet y explique le rôle exercé par Maurice Duplessis, qui agissait à la fois comme premier ministre et procureur général du Québec, afin de retirer à Frank Roncarelli son permis de vente d’alcool. C’est treize ans après le début des procédures en 1946 que la Cour suprême du Canada établit que Duplessis avait agi ultra vires et qu’il y avait eu abus de pouvoir. C’est ...

Appendices