Comptes rendus bibliographiques

KANE, Oumar (2016) La communication environnementale. Enjeux, acteurs et stratégies. Paris, L’Harmattan, 138 p. (ISBN 978-2-34309-994-1)

  • Roukia BOUADAM

…more information

  • Roukia BOUADAM
    Institut de gestion des techniques urbaines, Université de Constantine 3, Ali Mendjeli (Algérie)

Access to articles of this journal’s current issues is restricted to subscribers. You may consult the back issues to see all available open access content.

If you hold an individual subscriber account with this journal, log in to your account.

If you wish to subscribe as an individual and/or to the paper version of Cahiers de géographie du Québec, you may contact the journal at or by phone at 418 656-5392.

The first 600 words of this article will be displayed.

Cover of Les enjeux sociaux de l’eau : comparaisons internationales, Volume 61, Number 174, December 2017, pp. 415-606, Cahiers de géographie du Québec
Le livre de l’auteur Oumar Kane traite de la communication environnementale et de son rôle dans la gouvernance environnementale. La question est abordée dans un style clair, simple et aisé, ce qui en facilite l’accès à un public plus large. L’auteur met l’accent sur l’environnement en tant que bien commun et sur le fait que les risques environnementaux tels les changements climatiques peuvent affecter l’ensemble de la planète ; l’enjeu est donc très grand. Il analyse le rôle, les enjeux ainsi que les stratégies de communication dans la gouvernance des questions liées à l’environnement, notamment dans le contexte des revendications de la société civile pour une démocratisation du processus de la prise de décision dont le livre traite. L’ouvrage de 132 pages se divise en trois parties. La première porte sur la nécessité de repenser l’environnement comme un bien commun et sur les considérations liées à l’utilisation de l’approche interdisciplinaire en communication environnementale. La deuxième traite, d’une manière détaillée (théorique et pratique), des modalités de la mise en place des débats publics sur les questions environnementales. Dans la dernière partie, l’auteur s’intéresse à la communication environnementale, notamment celle des risques dans le cadre du développement durable, ainsi qu’à la communication dans les organisations. Il insiste sur le rôle de l’expertise dans les processus communicationnels liés à la gouvernance des questions environnementales. Les références bibliographiques sont diversifiées (européennes et américaines), riches et très récentes. Les informations sont de première main, car l’ouvrage est le fruit de cinq ans de recherche portant sur les relations entre la communication et l’environnement, plus particulièrement la communication internationale, ainsi que sur les politiques et réglementations des communications, dont l’auteur est un spécialiste (communication sociale). L’accent est mis sur un nouveau champ de recherche scientifique en plein essor, celui de la communication environnementale, qui regroupe des thématiques et des acteurs diversifiés. Le développement porte sur la prise de conscience publique et l’importance des problématiques environnementales dans notre monde « contemporain ». Un autre point fort de l’ouvrage : plusieurs cas spécifiques sont étudiés, notamment ceux des États-Unis et du Canada, car Oumar Kane est professeur agrégé au Département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal. Son ouvrage est la synthèse de cinq ans de recherche sur la question, une recherche subventionnée par le Fonds de recherche du Québec sur la société et la culture (FRQSC). Le livre est très récent (2016), sa thématique, pertinente et d’actualité à l’échelle planétaire. Ce qui fait sa nouveauté, c’est la façon ambitieuse et audacieuse avec laquelle le sujet est abordé. L’ouvrage constitue une référence de première main pour les chercheurs et les étudiants à plusieurs échelles.