Due to the exceptional circumstances concerning COVID-19, Érudit wishes to reassure its users and partners that all of its services remain operational. However, in order to comply with government directives, the Érudit team is now working remotely, and some operational activities may be slower than usual. Thank you for your understanding. More information

ÉditorialEditorial[Record]

  • Martial Meziani,
  • Emmanuella Martinod and
  • Patrick Fougeyrollas

…more information

  • Martial Meziani
    Maître de conférences, Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire EMA (EA 4507)

  • Emmanuella Martinod
    Docteure en Sciences du langage, Université Paris Lumières & Université Paris 8, Laboratoire SFL (UMR 7023)

  • Patrick Fougeyrollas, Ph.D.
    Réseau international sur le Processus de production du handicap (RIPPH), Canada

Les 9, 10 et 11 mars 2017, à Porto Alegre au Brésil, s’est tenue la troisième édition du Colloque franco-latino-américain de recherche sur le handicap. Ce réseau né en 2012 a pour ambition de faire partager des connaissances, des approches théoriques et des résultats de recherche dans les espaces francophones et latino-américains, notamment du point de vue des sciences humaines et sociales, tout en permettant aux personnes directement concernées d’avoir une voix au sein de la communauté académique. Les deux premières éditions qui ont eu lieu à Paris en juillet 2014 et à Santiago du Chili en décembre 2015 ont donné lieu à des échanges et des débats riches. À la suite de ces événements, la FADERS, la PUC-RS — les organisateurs locaux — et le réseau franco-latino-américain de recherche sur le handicap ont organisé une troisième édition portant plus particulièrement sur la tension politique entre « Égalité et dignité : enjeux et controverses ». À travers ce numéro thématique pour Eaquitas revue de développement humain, handicap et changement social, nous avons souhaité approfondir ces thématiques. Le colloque ayant réuni plus de 270 personnes pour 150 communications, nous avons opéré un choix visant à mettre en lumière ces tensions qui se jouent non seulement sur le plan philosophique, mais aussi aux niveaux politique et social. Ainsi, ce numéro réunit des contributions questionnant de façon transdisciplinaire les enjeux et les controverses liés à l’égalité et à la dignité. En effet, depuis une vingtaine d’années, débats internationaux et politiques publiques liées à la santé (OMS, 2001), à l’éducation (Unesco, 1994), ou plus générales (ONU, 2007), tendent à favoriser un égal accès aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales. De ce fait, les questions relatives à l’égalité d’accès à l’éducation, à l’emploi et, plus largement, à une vie sociale digne et épanouissante sont réinterrogées et reconfigurées sur le plan national et international, notamment dans le monde francophone et l’espace latino-américain. Ainsi, progressivement, l’égalité d’accès à travers l’idée d’équité vient s’opposer, dans une certaine mesure, à la notion d’égalité des chances (Derouet, 2017). Dans le même temps, même si ces principes de justice (Boltanski, Thévenot, 1991) traversent de nombreuses politiques nationales, les questions relatives à la dignité et à l’égalité ne se jouent pas de la même manière selon les pays et les cultures. En effet, bien que les théories de la justice (Rawls, 1971 par exemple), celles relatives aux capabilités (Sen, 2010; Nussbaum, 2012) ou l’ethics of care (Gilligan, 1982; Tronto, 1993) se soient largement diffusées, nous sommes loin d’assister à une uniformisation des manières de considérer le handicap. De fait, si aujourd’hui l’enjeu politique renvoie souvent aux conventions internationales, les acteurs sociaux aussi bien que les chercheurs développent des actions, des approches et des points de vue différents. Ainsi, les politiques publiques actuelles supposent qu’égalité et dignité vont nécessairement de pair mais qu’en est-il lorsque le chercheur interroge la réalité sociale ? L’accès à une plus grande égalité de traitement ou des chances conduit-elle toujours à une meilleure considération pour autrui ? Dans une autre perspective, les notions d’égalité et de dignité ne peuvent-elles pas s’opposer ? De façon plus générale, tous les acteurs sociaux cherchent-ils nécessairement à favoriser une forme de justice sociale où chacun pourrait s’épanouir ? Par ailleurs, faire valoir ses droits est-il toujours une stratégie payante lorsque l’on sait que le processus de stigmatisation conduit souvent à une forme d’exclusion sociale ? Les contributions de ce numéro thématique tentent de répondre à ces questionnements en apportant un éclairage actuel, pluridisciplinaire et impliquant une diversité de terrains de recherche. Pour commencer, Isabelle Ville souligne l’ambivalence des …

Appendices