GEODANSE : L’ÉMERGENCE D’UNE DANSE DANS UN ÉCOSYSTÈME NUMÉRIQUE[Record]

  • Vivian Fritz

…more information

GEODANSE : L’ÉMERGENCE D’UNE DANSE DANS UN ÉCOSYSTÈME NUMÉRIQUE Vivian Fritz Introduction À l’occasion de la notion d’écosystème proposée par la présente collection, nous cherchons à partager une approche de la danse et des technologies du numérique, évoquant le concept d’écosystème numérique et la démarche du laboratoire expérimental GeoDanse. GeoDanse s’inspire de questionnements sur la géolocalisation1 et sur les émergences esthétiques et méthodologiques du croisement entre la danse contemporaine et l’internet ; une co-habitation entre des éléments artistiques et techniques (caméra vidéo, internet, projection, logiciels interactifs) qui prolonge, diversifie et transgresse la définition de « danse » dans la complexité d’un écosystème numérique. Le terme d’écosystème numérique nous intéresse dans le sens de structure réactive et hybride, de dépendances et d’échanges générateurs de nouvelles dynamiques où la danse est le principal acteur. Les professeurs Serge Agostinelli et Nicole Koulayan définissent ce terme ainsi : S’inspirant du domaine de la nature et de l’environnement, le terme écosystème numérique peut être défini comme un ensemble dynamique composé d’acteurs (créateurs, producteurs, diffuseurs, usagers) et de produits numériques (sites web, réseaux sociaux, plateformes, logiciels). Chaque élément est en interdépendance/interaction avec tous les autres et contribue à constituer la complexité et la richesse de cet ensemble2. De cette façon, notre écosystème numérique se construit en interaction avec le corps dansant et les dispositifs techniques, permettant des échanges en images avec d’autres danseurs en images, à distance, et en temps réel. Ce nouveau format de création conditionnerait ainsi de nouvelles formes de matérialité, de présence, de déplacement, de diffusion et de réception de l’oeuvre chorégraphique. L’hypothèse centrale de ce travail concerne une danse qui n’existe qu’avec l’intermédiation des outils techniques, en particulier l’utilisation de la visioconférence pour la création d’un spectacle vivant. Cet outil permet la communication à distance et en temps réel, impliquant la caméra vidéo et le son, reliés à l’internet ; il attire également notre attention sur toutes les possibilités d’expérimentation technique, d’échanges socioculturels, multidisciplinaires et artistiques, qui jouent de manière significative sur les possibles applications à la création chorégraphique3. Cette nouvelle danse redéfinirait les éléments de base de la création chorégraphique, corps-espace-temps, transgressant les formes de représentation et de diffusion de l’oeuvre. Nous considérons l’interaction du trio corps-espace-temps comme la principale problématique de création dans le contexte de création sur le web. Ainsi, nous cherchons à comprendre, depuis la danse, comment l’interconnexion permanente (ce à quoi nous sommes incités par la vie moderne) interpelle les relations humaines, transformant les liens sociaux et les formes de communication. Les réseaux sociaux, par exemple, se développent comme des écosystèmes numériques de co-habitation entre humains et machines, modifiant nos perceptions et notre langage (gestuel, oral, symbolique). La danse serait impliquée directement en tant que corps qui partage un univers artistique et quotidien à la fois. Dialogues « spatiaux » Si nous partons d’une définition élémentaire de ce qu’est la danse, nous pourrions dire qu’elle est l’art du corps en mouvement, interagissant avec un espace et un temps déterminés. De cette manière, l’espace de la danse, en tant qu’élément de base, manifeste à travers différents styles son importance dans le résultat d’une oeuvre. L’espace est la « donnée fondamentale de l’expérience dansée »4, affirme Philippe Le Moal, dans le Dictionnaire de la danse. Il y explique que l’espace de la danse est déterminé « par les cadres social et esthétique de son expression et, notamment, par les fonctions réelle et symbolique des lieux dans lesquels elle prend place »5 ...

Appendices