You are on Érudit's new platform. Enjoy! Switch to classic view

Notes bibliographiques

Larousse de la généalogie. À la recherche de vos racines (Paris, Éditions Larousse, 2002), 320 p.

  • Bertrand Desjardins

…more information

  • Bertrand Desjardins
    Département de démographie
    Université de Montréal

Article body

Aujourd’hui tout à fait démocratisée, la généalogie suscite un engouement général que l’on explique souvent par une quête de l’identité chez les individus, quête impliquant souvent un retour aux origines. Reine des loisirs, elle se double au Québec d’une dimension scientifique, fournissant à la recherche universitaire, en raison de sources et de circonstances exceptionnelles, un matériel de choix pour l’exploration démographique, historique ou génétique de sa population.

Larousse publiait en 1991 La généalogie. Histoire et pratique, ouvrage plutôt austère, sans illustrations, qui avait l’ambition de représenter un véritable traité de la discipline. La maison revient à la charge ici avec un contenu similaire, mais dans une présentation d’une tout autre facture, riche en couleurs, avec de nombreux tableaux, photographies et reproductions de documents anciens. Le tout est fort agréable à consulter et fournit au novice une foule d’informations intéressantes et utiles, regroupées sous trois thèmes : « les démarches » pour établir la liste de noms de ses ascendants et pour reconstituer son histoire familiale en découvrant les détails de la vie de ses ancêtres ; « les clefs » pour comprendre la vie des noms et des prénoms et « un guide pratique » pour rassembler, classer et conserver les informations. Un cédérom est offert en prime, pour créer, modifier et présenter son arbre généalogique.

Larousse vise tous les pays francophones et inclut à cet effet des éléments propres au lecteur belge, suisse et québécois (et non pas canadien-français : l’Acadie n’y est pas). Marcel Fournier, président de la Société généalogique canadienne-française, a préparé les éléments québécois. L’effort est louable, mais, on ne s’en étonnera pas, l’ouvrage n’en reste pas moins très « français-français ».