Lu pour vous

DEVAULT, Annie, et Guilhème PÉRODEAU (2018). Pleine conscience et relation d’aide : théories et pratiques, Presses de l’Université Laval, 288 p.[Record]

  • Dominique Mercure

…more information

  • Dominique Mercure
    Professeure, École de service social, Université Laurentienne

Cet ouvrage revêt un intérêt particulier pour articuler une vision de la relation d’aide renouvelée avec les concepts de la pleine conscience. Il s’agit en fait du premier livre francophone à s’intéresser à cette dernière et à son application dans différents contextes thérapeutiques et éducatifs. Il s’intéresse d’abord au développement du savoir-être de l’intervenante ou intervenant soucieuse ou soucieux d’appliquer ses fondements à la pratique, ciblant ainsi un double but : la qualité relationnelle dans l’accompagnement, tout comme le bien-être de l’intervenante ou intervenant dans ce travail exigeant des professions de la relation d’aide. Empruntée de la philosophie bouddhiste, la pleine conscience s’installe d’abord dans le monde de la croissance personnelle par l’enseignement de maitres penseurs, tel le Dalaï-Lama, enseignement qui se répand en Amérique du Nord dans les années 1990. L’historique des courants de pensée présenté dans ce livre est fort intéressant; nous revisitons l’époque de la médiation, de la gestalt, dans cette quête permettant aux personnes d’être en paix et créatives. Aujourd’hui, l’approche est omniprésente dans le monde de l’intervention puisque des cliniciennes et cliniciens des courants cognitivo-comportemental, humaniste-existentielle et psychanalytique l’ont adaptée en y créant de nouvelles applications. Cette approche appelle à honorer l’expérience comme espace pour s’observer et mieux tolérer ses inconforts; elle adopte ainsi la fonction de régulation émotionnelle. Elle priorise l’être au faire et favorise l’alliance thérapeutique, tout en donnant des outils pour mieux composer avec le phénomène du contre-transfert. En première partie, nous pouvons apprécier l’apport des assises théoriques présentées pour mieux comprendre les fondements de la pleine conscience et leur valeur pour la qualité d’écoute et d’empathie requises en intervention psychosociale, autrement que par de simples techniques occasionnelles dénudées du contexte. Plusieurs précisions permettent de saisir d’une manière plus implicite le continuum de l’utilisation par l’intervenante ou intervenant de la pleine conscience en thérapie, à une manière explicite qui enseigne à la personne aidée comment utiliser concrètement cette approche. Ainsi, diverses étapes pragmatiques de distanciation et de restructuration cognitive peuvent être utilisées pour contrer les ruminations cycliques propres aux dépressions, aux dépendances et aux dynamiques conjugales. Une typologie d’approches est ainsi présentée (p. 79) pour situer la lectrice ou le lecteur. Parmi les concepts élaborés dans les premiers chapitres, nous apprenons comment cette utilisation de la pleine conscience appelle à privilégier un état d’accueil chez la personne accompagnante, et comment être en contact avec soi, l’autre et la relation en tenant compte de la résonnance intérieure, sans lui laisser toute la place, tout en demeurant attentif au moment présent. La combinaison de la résonnance et de l’engagement permet d’installer un espace créatif alimenté de la présence attentive à l’autre. Et cette écoute authentique permet ensuite une conscience réflexive, de manière à donner un sens à ce que suscite la rencontre, empreinte d’ouverture et de flexibilité pour aborder les problèmes sans résistance. Cette démarche permet ainsi de dépasser les conditionnements intériorisés, en travaillant à les désactiver intentionnellement. Cette résonnance affective est décrite comme nécessaire au développement du savoir-être de l’intervenante ou intervenant. Cette manière de prendre soin de soi comme intervenante ou intervenant est finement décrite comme une manière d’être au quotidien, dans un bien-être à privilégier auprès des collègues et personnes en besoin d’aide. Elle peut être utile aux débutantes ou débutants qui s’engagent dans leur profession avec des problématiques complexes, tout comme aux personnes plus expérimentées qui sont conscientes de l ...