You are on Érudit's new platform. Enjoy! Switch to classic view

Éditorial

  • Serge Jolicoeur

…more information

  • Serge Jolicoeur
    Directeur

Article body

Depuis le printemps dernier, les nouvelles structures de la Revue ont été mises en place. Nous disposons désormais d’un nouveau Comité de rédaction et d’un Comité de financement et de promotion. À la suite des premières décisions de ce dernier, la Revue est maintenant membre de l’Association canadienne des revues savantes, dont la rencontre annuelle se déroulera les 3 et 4 juin, dans le cadre du Congrès des sciences humaines, à l’Université du Manitoba. Le Comité de financement et de promotion en est aussi à finaliser notre adhésion au consortium Érudit; ce premier numéro de 2004 sera le premier qui sera aussi disponible sous format électronique à partir du site du consortium, suivi à l’automne du numéro thématique sur la Petite enfance. Finalement, une demande de subvention au Fonds du Canada pour les magazines est actuellement en préparation. L’objectif principal visé par ces diverses initiatives est bien sûr d’augmenter la diffusion de la Revue et d’en faire la promotion dans les milieux de la recherche de la Francophonie.

Au-delà de la diffusion de son contenu, un des défis qui se posent à la Revue concerne son identité comme revue savante humaniste et multidisciplinaire. S’il s’agit pour les uns d’un créneau avantageux, force est d’admettre que notre complémentarité face aux périodiques disciplinaires reste contestée par d’autres. Dans la mesure aussi où nous desservons l’ensemble de la communauté universitaire, le caractère « humaniste » des thèmes admissibles peut paraître contraignant. Une réflexion est donc nécessaire. Elle s’amorce justement à l’intérieur du Comité de rédaction. La communauté de chercheures et de chercheurs de l’Université de Moncton et nos abonnés y seront éventuellement conviés.

Le caractère multidisciplinaire de la Revue impose aussi un mode de fonctionnement et de traitement des textes particulier. La qualité et la validation du contenu de la Revue demeurant l’arbitrage par les pairs, le Comité de rédaction doit régulièrement actualiser ses pratiques en fonction des nouvelles technologies tout en s’assurant d’une prise de décision équitable, transparente et efficace. Certains des thèmes abordés lors des rencontres annuelles de l’Association canadienne des revues savantes rejoignent ces questionnements. La révision des documents internes à la Revue est un autre des dossiers sur lesquels les membres du Comité de rédaction se penchent actuellement.

À l’approche de la fin de l’année universitaire, j’enjoins donc toutes celles et tous ceux qui sont intéressés au développement de la Revue de l’Université de Moncton à surveiller les prochains appels de candidature aux Comité de rédaction et au Comité de financement et de promotion. La tâche à accomplir est grande mais captivante sur le plan intellectuel. L’atteinte de nos objectifs dépend essentiellement de la détermination d’une équipe dynamique. J’en profite d’ailleurs pour remercier les membres du Comité de rédaction qui ont terminé leur mandat en octobre 2003. Je tiens aussi à souligner la grande qualité du travail de Madame Janine Gallant, dont le mandat de secrétaire à la rédaction se termine en juin prochain. Elle a su appuyer avec dévouement et professionnalisme le travail de l’ancien rédacteur en chef et de l’actuel directeur. Nous ne saurions non plus oublier la contribution de Madame Phylomène Zangio, toujours fidèle au poste et qui assure la continuité de nos activités depuis plus longtemps qu’aucun d’entre nous, non plus que la contribution de Monsieur Rodrigue Savoie, qui se charge gracieusement de la conception graphique de la page couverture de la Revue depuis plusieurs années. Mes sincères remerciements à toutes ces personnes.

Nous en profitons enfin pour féliciter l’auteure de l’oeuvre figurant en couverture de ce numéro, Madame Claude Gauvin, professeure au Département des arts visuels de l’Université de Moncton. Madame Gauvin a été reçue membre de l’Ordre du Nouveau-Brunswick le 3 décembre dernier.