Introduction

Forum francophone sur l’apprentissage

  • Lyne Chantal Boudreau,
  • Claudine Auger and
  • Arline Laforest

…more information

  • Lyne Chantal Boudreau
    Cofondatrice et coprésidente du Forum francophone sur l’apprentissage, Université de Moncton, campus de Moncton

  • Claudine Auger
    Cofondatrice et coprésidente du Forum francophone sur l’apprentissage, Université de Moncton, campus de Shippagan

  • Arline Laforest
    Cofondatrice et coprésidente du Forum francophone sur l’apprentissage, Université de Moncton, campus de Shippagan

Access to articles of this journal’s current issues is restricted to subscribers. You may consult the back issues to see all available open access content.

If you hold an individual subscriber account with this journal, log in to your account.

For more information, contact us at client@erudit.org.

The first 600 words of this article will be displayed.

Cover of Forum francophone sur l’apprentissage, Volume 49, Number 1, 2018, pp. 1-196, Revue de l’Université de Moncton
Le Forum francophone sur l’apprentissage est un grand rassemblement de près de 200 participantes et participants dans le nord-est de la province du Nouveau-Brunswick qui permet un espace de réflexion collective visant l’amélioration de l’apprentissage. En collaboration avec de nombreux partenaires, il met en valeur les pratiques exemplaires en éducation susceptibles de relever les enjeux et les défis de l’apprentissage en contexte francophone minoritaire. Le Forum, qui se veut un évènement rassembleur d’envergure provinciale, permet à la communauté, sous toutes ses formes, de s’exprimer sur l’apprentissage dans un contexte riche, tant par ses activités que ses ateliers à caractère scientifique ou non, tout en tirant profit des savoirs et des savoir-faire de partenaires dans une perspective de résolution de problèmes et de création de nouvelles initiatives. Le Forum s’inspire de la Politique d’aménagement linguistique et culturel (PALC) qui a pour objectif : D’ailleurs, depuis sa création, le Forum francophone sur l’apprentissage a favorisé l’atteinte de nombreuses stratégies proposées par la PALC. Le Forum francophone sur l’apprentissage a germé à partir d’une idée qui, depuis, fait son chemin. En fait, il a pris naissance à la suite d’échanges entre Arline Laforest (conseillère en intégration) et Lyne Chantal Boudreau (professeure en éducation) concernant leurs préoccupations quant à l’impact des compressions budgétaires dans le domaine de l’éducation sur le développement du plein potentiel des apprenantes et des apprenants. L’annonce des résultats de l’enquête sur les enjeux de l’enseignement en contexte minoritaire francophone (FCE, 2014), qui confirme les défis reliés à l’éducation en français au Canada, a fait naître le même rêve chez ces deux femmes, soit celui d’améliorer les conditions d’apprentissage dans la province du Nouveau-Brunswick. Ce rêve est également partagé par le personnel éducatif qui se plaint cependant de la lourdeur de la tâche et de son essoufflement à remplir le double mandat des écoles francophones (Boudreau, 2014). Heureusement, la PALC propose que toutes les personnes de la communauté acadienne exercent pleinement leur rôle en contribuant à l’épanouissement de la communauté acadienne et francophone (MEDPE, 2014). Mais comment les personnes oeuvrant au sein du secteur éducatif et de la communauté peuvent-elles mettre en oeuvre les 48 stratégies sans s’épuiser? Ces premiers constats décident les deux rêveuses à oser agir. Dès lors, le rêve se transforme en une volonté obstinée de mettre en oeuvre un mécanisme de réflexion et de dialogue qui prend finalement la forme d’un forum où l’apprentissage sera à l’honneur. Bien que l’organisation d’un forum permettant la collaboration de diverses expertises semble être une idée ingénieuse, elles prennent rapidement conscience de l’ampleur du projet et de la nécessité de collaborer avec de nombreux partenaires. Après tout, établir des partenariats avec d’autres organismes permet d’apprendre des autres et d’offrir de nouvelles possibilités (Luc, 2010[2004]). Ainsi, le campus de Shippagan de l’Université de Moncton (UMCS) s’engage avec ardeur dans une participation active et stratégique sur le plan organisationnel. Cette structure prend de l’ampleur et se voit renforcée par l’ajout de Claudine Auger (professeure d’anglais). Par la suite, le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick, campus de la Péninsule acadienne (CCNB-PA) emboite le pas et devient un partenaire important qui participe à la programmation et à l’animation, et dont les étudiantes et les étudiants collaborent étroitement avec les étudiantes et les étudiants en éducation de l’UMCS pour animer des ateliers dans le cadre de l’activité « Place aux jeunes ». Les nombreuses consultations auprès de ...

Appendices