Comptes rendusBook ReviewsReseñas

Hayes Matthew, 2018, Gringolandia: Lifestyle Migration Under Late Capitalism. Minneapolis, University of Minnesota Press, coll. « Globalization and Community », 280 p., illustr., tabl., cartes, ann., bibliogr., index.

  • Marco Romagnoli

…plus d’informations

  • Marco Romagnoli
    Département des sciences historiques, Université Laval, Québec (Québec), Canada

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès
Couverture de Modes de vie mobiles, Volume 44, numéro 2, 2020, p. 15-248, Anthropologie et Sociétés

Dans Gringolandia: Lifestyle Migration Under Late Capitalism, Matthew Hayes dresse un portrait sociologique aussi frappant qu’évocateur des migrants de style de vie (lifestyle migrants) nord-américains s’installant à Cuenca (Équateur). Ce phénomène migratoire du Nord vers le Sud séduit de plus en plus de Nord-Américains, et ce, pour trois raisons principales selon l’auteur : le rêve d’une retraite à l’étranger, où le coût de la vie est moins élevé ; le goût de l’aventure, motivé par le désir d’échapper à la condition politico-économique nord-américaine ; l’envie d’« exotisme » dans un environnement culturel nouveau susceptible d’offrir les expériences de vie convoitées. Les migrants de style de vie à qui Hayes donne la parole se définissent comme des réfugiés économiques et non comme des expatriés ou immigrés. L’auteur développe dès le départ le concept de « géoarbitrage », exercice d’une forme transnationale d’utilitarisme des migrants, qu’il reconnaît comme un legs du colonialisme. Sa recherche s’inscrit dans la continuité coloniale de la société globale, concept qu’Aníbal Quijano (2000) qualifie de « coloniality of power ». En effet, aucun sujet n’illustre mieux les structures globales coloniales que la migration transnationale. L’image de couverture est d’ailleurs brillamment choisie et reflète parfaitement cette forme de colonialité. Dépeignant toute la complexité de la migration motivée par la recherche d’un style de vie, l’ouvrage de Hayes est à la fois une « ethnographie de l’inégalité globale » (p. 7, notre traduction) et une cartographie des conséquences socioéconomiques des déplacements utilitaristes des Nord-Américains vers le Sud. L’auteur s’appuie sur une recherche de terrain menée dans la ville de Cuenca, en Équateur, dont le centre historique — Centre historique de Santa Ana de los Ríos de Cuenca — est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1999. Qualifiée par les commerçants d’espace d’échange social dans lequel règne un esprit communautaire et qui possède une valeur d’usage et d’existence, cette place est aujourd’hui transformée par la création d’un espace patrimonial justifié par sa « revitalisation » en vue d’un label et au profit d’une élite, au détriment des traditions d’une communauté. La place est donc l’exemple d’un héritage social détruit. En analysant la construction patrimoniale de Cuenca, l’auteur décrit le parcours de restauration fortement imbriqué dans ce qui est appelé la « revitalisation urbaine de la colonialité » (Atkinson et Bridge 2005). Plusieurs réflexions sont à entreprendre en ce qui a trait aux risques liés à la patrimonialisation d’un centre historique par l’UNESCO. Des exemples « d’embaumement patrimonial » et d’excessive touristification dans les villes de Venise, en Europe, ou de Québec, en Amérique du Nord, sont déjà visibles et bien documentés. L’originalité de Gringolandia réside dans le fait de dévoiler les impacts des gringos et la suprématie qu’ils exercent subrepticement sur la culture hôte équatorienne, voyant leur présence comme un facteur bénin du développement et du niveau de vie des Cuencanos (p. 93). L’analyse de Hayes s’ancre dans un corpus bibliographique qu’historicise, contextualise et déstabilise la notion de « whiteness ». L’auteur montre parfaitement comment le « privilège blanc » dépend de la présence et de l’interaction avec les « autres » non-Blancs (p. 96). Il indique le pouvoir qu’exerce cette migration du Nord, capitaliste et néocoloniale, sur l’appropriation de l’espace social des pays visités et sur la division mondiale du travail (p. 183), marquant ainsi l’échafaudage d’une sociologie d’inégalités globales (p. 190). Le travail ethnographique de Hayes est d’envergure et nourrit l’ambition, bien satisfaite, de changer le regard directionnel des migrations en analysant les enjeux du déplacement Nord-Sud, une sorte de revers de la médaille migratoire, celui de la classe moyenne blanche nord-américaine, qui mérite une …

Parties annexes