Comptes rendusBook ReviewsReseñas

Chave-Dartoen Sophie, 2017, Royauté, chefferie et monde socio-cosmique à Wallis (’Uvea). Dynamiques sociales et pérennité des institutions. Marseille, pacific-credo Publications, 317 p., illustr., cartes, bibliogr., glossaire, index, ann.

  • Françoise Douaire-Marsaudon

…plus d’informations

  • Françoise Douaire-Marsaudon
    CNRS-Crédo, Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie, Marseille, France

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès
Couverture de Modes de vie mobiles, Volume 44, numéro 2, 2020, p. 15-248, Anthropologie et Sociétés

L’ouvrage de Sophie Chave-Dartoen concerne la société de Wallis, petit archipel de l’Océanie française (Polynésie occidentale), et s’intéresse à l’histoire de sa chefferie, institution centrale dans la vie du pays, aujourd’hui comme hier. L’objectif de Royauté, chefferie et monde socio-cosmique à Wallis (’Uvea). Dynamiques sociales et pérennité des institutions est de montrer ce que peut être l’étude d’« une organisation sociale et d’un système de valeurs propres à une société cosmomorphe » (p. 9). L’auteure se focalise moins sur les bouleversements de cette histoire que sur les continuités (institutions, valeurs) qui la traversent, celles-ci organisant les transformations de la société (p. 61). Sont donc examinées les « différentes modalités de la reproduction du social » au cours de l’histoire et est interrogé « le jeu combiné de ce que Marshall Sahlins appelle la structure et [sic] la conjoncture » (p. 7). Cet ouvrage a peu d’équivalents dans la littérature anthropologique sur Wallis. Il combine une démarche de recherche historique et une approche anthropologique holiste à l’exemple de celle de Daniel de Coppet (1990). Il s’appuie sur un travail très sérieux, se fondant sur une masse importante de données (travaux de terrain, fouilles archéologiques, archives). Chave-Dartoen défend et illustre avec brio « une analyse au plus près des catégories, des logiques et des valeurs que permettent de dégager les textes anciens et l’ethnographie contemporaine » (p. 40). Ainsi se trouve saisi le rôle central de la « coutume » dans l’organisation de la vie insulaire et au travers des obligations cérémonielles, le poids du statut dans les rapports entre individus, entre individu et société, et surtout la fonction structurante de l’ancienneté/ancestralité dans les relations entre les vivants comme entre les vivants et les morts. L’écriture claire et fluide de l’auteure rend la lecture plaisante. Cependant, les présentations générales de l’introduction (53 p.) auraient gagné à être davantage synthétisées. Sur le contenu global, très riche, je ne ferai que deux observations principales. À propos de la conversion, l’auteure écrit : « l’organisation générale des relations en termes d’ancienneté relative […] fut modifiée pour intégrer le Dieu chrétiensans subir de modification profonde dans son principe » (p. 193-194, nos italiques). Le dieu chrétien aurait été ainsi installé au sein du panthéon wallisien sans effet notable sur la société. Avant la conversion, l’au-delà wallisien constituait un monde d’une infinie richesse où les ancêtres, source de vie et fondement premier du lien social, étaient en connexion permanente avec les vivants. Dénommés temonio (démons) par les missionnaires, ils furent bannis du panthéon au profit d’un dieu nouveau et unique, universel et transcendant, parfaite antithèse des divinités anciennes. S’il est vrai qu’en dépit de la volonté missionnaire les Wallisiens contemporains ont conservé un lien personnel fort avec les ancêtres — lesquels continuent à jouer un rôle quotidien et rituel déterminant —, ça ne signifie pas que le dieu chrétien ait été intégré « sans modification profonde » (p. 193). Universel, celui-ci est puissant mais lointain et connecté à la modernité occidentale ; surtout, son lien avec les Wallisiens demeure largement impersonnel, à l’inverse de la relation aux ancêtres, fondée sur la parenté. Si l’ancestralité est, selon l’auteure, l’un des fondements cardinaux du caractère cosmomorphe des relations sociales, alors on voit mal comment l’intégration d’un tel dieu à l’au-delà wallisien aurait pu se faire « sans modification profonde » (p. 193-194) du caractère socio-cosmique du monde wallisien. L’auteure utilise le terme royauté de droit divin pour désigner la fonction royale à Wallis (p. 121). Hérité de l’histoire française, il signifie que le roi de France, par le sacre, détient son pouvoir de Dieu et …

Parties annexes