Hors-dossier

Desmond Morton, 1937-2019

  • Yves Tremblay

…plus d’informations

  • Yves Tremblay
    Historien, ministère de la Défense, Ottawa

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès
Couverture de Vice, déviance et criminalité, Volume 28, numéro 2, été 2020, p. 7-189, Bulletin d'histoire politique

Desmond Morton, peut-être l’historien militaire canadien le plus respecté, est disparu en septembre 2019. Je l’ai un peu connu. Ma première rencontre avec lui remonte à 1997 ou 1998, mais ce premier contact fut gâché par la maladresse de l’historien militaire que je tentais de devenir devant un professionnel admirable. Je ne savais pas encore que l’homme était tout à l’opposé de l’intellectuel inaccessible. Le mot gentleman vient tout de suite à l’esprit pour qui a eu le privilège de le rencontrer ou d’assister à ses cours ou à ses conférences. J’ai souvent été témoin de ce trait de caractère alors qu’il s’adressait en français à un auditoire francophone sur un sujet séparant les deux solitudes comme le recrutement des Canadiens français. J’ajoute que ce n’était pas un Janus, car il disait la même chose en anglais aux anglophones, ce qui n’allait pas sans susciter des sourcillements. Il était un mélange d’affabilité, de réserve, de timidité selon certains, de passion pour son métier évidemment, d’engagement intellectuel aussi. Il laisse une oeuvre abondante, une quarantaine de livres, autant d’articles, dont quelques-uns très importants, d’innombrables conférences et interviews où certaines de ces qualités – affabilité, passion, engagement – se manifestaient avec un charme tranquille, qui la plupart du temps arrachait la conviction. On est étourdi lorsqu’on lit le compte rendu qu’il a donné de sa carrière intellectuelle dans la Canadian Historical Review en 2011. Ce qui n’empêche pas que ses propositions de communication au congrès annuel de la Société historique du Canada furent refusées jusqu’à 1980, année où il devint président de l’honorable société ! Né en 1937, Desmond Morton est tombé, plus qu’Obélix, dans la potion magique. Fils, petit-fils et arrière-petit-fils de généraux canadiens, lié familialement à d’autres officiers de haut rang, éduqués dans les meilleures écoles, arrivant sur le marché du travail à une époque où tout souriait aux diplômés, il aurait pu naviguer dans les eaux tranquilles de l’existence s’il n’avait eu une éthique du travail remarquable. En dépit ou peut-être à cause des privilèges de naissance et d’éducation, Morton s’est affiché toute sa vie (hormis un épisode de jeunesse qu’il « confesse » avec humour dans ses souvenirs) un partisan déterminé, un travailleur électoral, un cadre dévoué et un publiciste constant du CCF/NPD. Avec dans la parentèle plusieurs officiers de haut rang, tôt engagé dans la réserve, il est naturellement devenu élève officier au nouveau Collège militaire de Saint-Jean (troisième promotion) pendant trois ans. C’était un choix inspiré par un oncle officier, qui voulait en faire un officier bilingue, mais cela correspond également à un trait de personnalité : respecter la tradition, ce n’est pas être soumis, car c’est tout à fait compatible avec une bonne dose d’iconoclasme. Parce que Saint-Jean n’offrait pas les deux dernières années, il finit le programme au Royal Military College de Kingston. Là enseignaient d’éminents historiens, parmi lesquels George G. F. Stanley, le premier grand biographe de Louis Riel, et Richard A. Preston. À moyen terme, cela détermine son choix de carrière. Il se retrouve ensuite à Oxford, boursier Rhodes. Il y joint évidemment le club du Labour Party. De retour au pays, il entreprend une carrière militaire sans éclat (administration militaire), y compris un séjour à la Section historique du ministère de la Défense, où il fait la connaissance de J. Mackay Hitsman et Reginald H. Roy, autres historiens militaires respectés, avant de prendre sa retraite de l’armée en 1964. Il devient alors un employé rémunéré du NPD ontarien. Il retourne en Angleterre en 1966, cette fois à la London School of Economics, d’abord en …

Parties annexes